Rentrée littéraire 2018

Le malheur du bas : roman choc

img_8041

Bonjour les Amis,

Inès Bayard nous livre dans ce premier roman, l’histoire intolérable et la descente aux enfers insupportable d’une femme, Marie, victime d’un viol sauvage par son supérieur hiérarchique. De nombreux livres existent déjà sur le sujet bien entendu, or ici la lecture est extrêmement dérangeante et choquante. Le récit commence par la scène finale du livre. Ainsi, pas de surprise, j’ai immédiatement été plongée dans le vif du sujet. Je pensais savoir à quoi m’attendre, et pourtant…

En lisant ce livre violent et cru, j’ai forcément perçu le dégoût palpable de cette femme mariée à qui la vie souriait avant cette tragédie. J’ai vu arriver ce point de basculement inéluctable, cet avant et cet après si notoire, celui qui reste pour toujours ancré dans la chair et dans l’âme. J’ai reconnu la colère et la haine de Marie. J’ai vu grandir en elle sa solitude comme un trou béant. J’ai ressenti son incapacité à vivre au milieu de son entourage naïf et bienveillant. Car son drame repose non seulement sur la violence des actes abjects subis mais aussi et surtout sur le silence qui suit. Ce silence qu’elle ne parvient pas à briser. Elle voudrait être capable de parler mais les mots ne franchissent jamais ses lèvres. La honte les bloque en elle. Marie finit par penser que c’est sans doute mieux ainsi. Que son mari souffrira moins. Qu’il ne la rejettera pas. Il continuera de la traiter comme sa femme et non comme une victime. Pourtant au fond d’elle, elle reproche à son époux de ne pas la comprendre. Cette indifférence la brise. Confortablement installé dans son ignorance des faits, il ne comprend parfois pas les réactions vives de Marie. C’est là toute l’ambiguïté et l’incohérence qui frappent cette femme perdue. En s’emmurant  ainsi dans le silence, ce secret qui s’immisce au sein du couple finit de la détruire. De les détruire tous les deux. Marie ne devient plus qu’une boule de haine et de rage. Son cœur a été arraché au moment de l’agression. Sa dignité a été perdue à jamais. Elle sombre peu à peu dans la folie.

Un élément m’a quelque peu surprise dans ce récit. L’auteure n’évoque que très rarement la peur de Marie. Cette terreur qui se niche au creux du ventre après un tel traumatisme. Celle qui reste tapie mais pas dans l’ombre. Celle qui devient soi. J’ai été aussi dérangée, perturbée par trop d’impudeur, pas des scènes « sales ». J’ai conscience qu’il s’agit du style d’écriture choisi par Inès Bayard, ce qui en fait un ouvrage choc et percutant, cependant j’ai souvent ressenti un sentiment de malaise à la lecture.

Il s’agit d’un livre à ne pas laisser entre toutes les mains, âmes sensibles s’abstenir.

En conclusion, cet ouvrage démontre plutôt bien les séquelles d’un viol dans toute leur ignominie. Même si toutes les victimes ne sombrent pas dans une telle déchéance physique, émotionnelle et sexuelle. Chaque cas est unique. A mon sens, le seul point commun à toutes les victimes est le danger des non-dits et la nécessité absolue de parler, de révéler, d’oser avouer cette honte qui ronge afin qu’elle s’estompe et laisse place enfin à la reconstruction. Seule la parole libérée, associée au soutien et à l’accompagnement des victimes dans une quête de justice, peut mener ultérieurement à un sentiment de force. Sans parole, la vie entière est brisée ; en parlant seule une partie de soi l’est.

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/le-malheur-du-bas-9782226437792-pr

Existe en ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782226431097/le-malheur-du-bas-ines-bayard

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s