Avis de lecture

Lire ! par Bernard et Cécile Pivot

 

Bonsoir les Amis,

Alors comment se déroulent donc vos vacances ? Sont-elles bien comme il se doit, synonymes de temps pour soi, de plaisir et de détente ? De partage aussi ? Le soleil contribue à cette déconnexion mais pas seulement. A mon sens la lecture en est indissociable. C’est pourquoi je vous propose ce soir de découvrir un format de livre particulier. Ecrit à quatre mains par Bernard et Cécile Pivot, il ne s’agit pas d’un roman mais d’un ouvrage dans lequel le père et la fille confrontent leurs points de vue sur les livres et la lecture. Ils y dévoilent l’intérêt qu’ils leur portent et l’utilité qu’ils en ont. Sous forme d’une vingtaine de chapitres, l’un et l’autre donnent leur avis sur des thèmes tels que : choisir un livre, offrir des livres, entrer dans une librairie, lecture d’enfance…

J’ai adoré ce recueil car d’une part j’ai retrouvé le côté professionnel de Bernard Pivot, mais avec toute l’accessibilité qu’il peut mettre dans ses propos ; et d’autre part, la vision de Cécile Pivot qui elle, est celle d’une lectrice amateur de livres en qui il est très aisé de s’identifier. On y retrouve, et là juste pour le plaisir, la connivence entre un père et sa fille qui partagent une passion commune même s’ils n’en font pas le même usage. Tous deux amoureux des livres et des mots, ils en parlent chaleureusement et avec passion. Avec une grande facilité, ils parviennent à transmettre leur virus que je pensais pourtant avoir déjà attrapé depuis bien longtemps.

Voici un livre à mettre entre toutes les mains de celles et ceux qui aiment l’objet.  C’est un livre à lire et à relire à l’envi, agrippant un chapitre au hasard de l’ouverture des pages.  Revenir en arrière, le feuilleter, l’humer, admirer les photographies et illustrations qui l’agrémentent.

A votre tour de le découvrir au plus vite, il vous donnera sans aucun doute l’envie d’acheter ensuite beaucoup d’autres livres ou de prendre la plume, selon !

https://www.culture.leclerc/livre-u/arts-culture–societe-u/autres-art-cinema-musique-u/lire–9782081416307-pr

Avis de lecture

Le 1 : 11 histoires de séduction

img_5868

Bonjour les Amis,

Je vais vous présenter aujourd’hui un format particulier. Il s’agit de nouvelles parues dans le numéro hors-série du magazine le 1 Hebdo, sous forme de livret.

Dirigé par Eric Fottorino ce magazine réalise chaque semaine un focus sur un seul et unique sujet d’actualité. Je vous reparlerai prochainement de cet homme à l’occasion de la parution de son nouveau livre à la rentrée littéraire. J’ai déjà eu l’occasion de le recevoir en séance de dédicaces et après des discussions à battons rompus, il m’a laissé un souvenir empreint de gentillesse et bienveillance.

image-2

« Voir loin, avoir la mémoire et l’impatience de l’avenir, donner le goût de transmettre et de découvrir : voici l’ambition tracée pour ce journal 1-sensé que nous rêvons de rendre pour vous chaque semaine, 1-dispensable »

Eric Fottorino, directeur de la publication

Après ces présentations, abordons maintenant le sujet commun à ces onze nouvelles. La séduction. Où commence-t-elle ? Où cesse-t-elle ? Il semble qu’aujourd’hui elle prenne des formes de plus en plus discutables.

« Le sujet est aussi évocateur qu’ambigu. Et il l’est plus encore depuis un an et l’éclatement de l’affaire Harvey Weinstein, ce producteur américain accusé de harcèlement et agressions sexuelles…/… Des milliers de femmes ont ensuite pris la parole pour, enfin, faire tomber les masques et révéler la violence des rapports hommes-femmes. Comment envisager la séduction, à l’heure de #MeToo et de #BalanceTonPorc ? Où se niche la frontière entre le charme et la provocation ? Doit-on défendre, au nom du droit à séduire, la liberté d’importuner ?« …/…

Extrait de la préface de Julien Bisso

Les onze auteurs traitent tous ce sujet sous des angles très différents, ce qui fait la richesse de ce recueil très agréable à lire. La séduction s’y trouve parfois honnête et charmante, parfois intrigante, ou encore machiavélique. En revanche je ne vous en dis pas plus, je vous laisse le soin d’ouvrir ces quelques pages avec délectation. J’espère que vous prendrez autant de plaisir que moi à découvrir ces textes écrits avec des plumes aussi délicates et incisives les unes que les autres.

Ce recueil est signé de onze grands noms de la littérature francophone tels que :

Philippe Claudel, Véronique Olmi, Philippe Jaenada, Monica Sabolo, François-Henri Désérable, Carole Martinez, David Foënkinos, Léonor de Récondo, Lola Lafon, Olivier Adam et Kaouther Adimi.

Je vous souhaite une très séduisante lecture, chers Amis.

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/contes-et-legendes-u/le-1-nouvelles-n-2018-9782377150649-pr

 

Avis de lecture

La femme qui ne vieillissait pas : seule la jeunesse éphémère est précieuse…

delacourt

Bonjour les Amis,

Qui d’entre vous aimerait ne pas vieillir physiquement ? Je suis certaine qu’instinctivement vous seriez nombreux à jubiler rien qu’en l’imaginant. Et bien moi, non. Pas envie. Cette idée ne me fait pas particulièrement vibrer. En tous cas moins que le regard que l’être aimé qui partage ma vie porte sur moi. Tant que ses yeux brilleront en décryptant ma vie entière écrite sur mon visage et dans les petits sillons qui s’y sont confortablement installés, rien ne me fera changer d’avis. Il peut y lire tant qu’il le souhaite mes douleurs et mes joies, et je le laisse faire avec délectation ! L’essentiel est de traverser ce temps ensemble sans tenir compte des métamorphoses.

C’est aussi ce dont aurait rêvé Betty (ex Martine), l’héroïne. La femme qui ne vieillissait pas.

« À quarante-sept ans, je n’avais toujours aucune ride du lion, du front, aucune patte d’oie ni ride du sillon nasogénien, d’amertume ou du décolleté; aucun cheveu blanc, aucune cerne; j’avais trente ans, désespérément. »

C’est un roman qui aborde une thématique originale et contemporaine. Un phénomène très présent dans notre société actuelle. La jeunesse éternelle ou comment ne pas vieillir. Cependant, il est abordé ici sous un angle complètement opposé à ce qu’on a l’habitude d’entendre, de voir ou de lire. Betty ne vieillit pas, elle a trente ans pour longtemps sans l’avoir décidé. Et surtout en conservant sa fraîcheur et sa beauté naturelles. Elle n’a aucun recours au savoir faire d’un chirurgien esthétique, contrairement à sa meilleure amie. Elle n’a pas la faiblesse de croire que des mains expertes pouvent être magiciennes. Elle n’en a pas besoin surtout. Elle reste jeune sans que la superficialité ne s’inscrive avec vulgarité sur son visage.

En revanche, la cohabitation de cet état avec son entourage s’avère de plus en plus difficile et douloureuse. Grégoire Delacourt décrit parfaitement toutes les contraintes liées à cette jeunesse éternelle. J’aime beaucoup également sa manière de présenter des pans de vie juste par de menus détails. L’auteur en évoquant une coupe de cheveux, une forme de pantalon, un tube musical ou la mort d’un artiste permet au lecteur de se situer dans le temps. Il réalise cette prouesse avec beaucoup de douceur et de poésie. Je me suis littéralement laissée bercée et portée par son écriture fluide et féminine.

Ce livre est une véritable ode à l’amour. Ce véritable amour qui parfois trébuche mais jamais ne faiblit. Cet amour niché au creux du ventre pour l’éternité tel un cœur battant.

Bonne lecture chers Amis !

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/la-femme-qui-ne-vieillissait-pas-9782709661836-pr

Existe aussi en ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782709662093/la-femme-qui-ne-vieillissait-pas-gregoire-delacourt

 

 

 

 

Avis de lecture

Agnès Martin-Lugand récidive

A_LA_LUMIERE_DU_PETIT_MATIN_hd

Bonsoir les Amis,

Une fois de plus Agnès Martin-Lugand nous emmène dans une jolie histoire pleine de relations humaines intenses. En toile de fond, le deuil, comme souvent dans les livres de cette auteure à succès. Sans pour autant rendre ce roman triste. Il s’agit là d’un pan de la vie d’Hortense, professeur de danse de quarante ans, sans enfants, maîtresse d’un homme marié. Elle réalise un jour qu’ elle est sans doute en train de passer à côté de sa propre vie. Peut-on vivre heureux en se mentant à soi-même ? Rien n’est moins sûr.

Agnès Martin-Lugand est très douée pour décrypter et retranscrire les émotions et les états d’âme de ses personnages toujours attachants. Un livre très agréable à lire. C’est son sixième ouvrage et les cinq premiers, que j’ai tous lus également, se sont déjà vendus à deux millions d’exemplaires. Le premier étant : Les gens heureux lisent et boivent du café. N’hésitez donc plus si vous voulez passer un bon moment !

Bonne lecture à tous, chers Amis

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/-9782749929026-pr

Existe aussi en ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782749936567/a-la-lumiere-du-petit-matin-agnes-martin-lugand

Avis de lecture

Millésime 54 : un voyage dans le temps

img_1863

Bonjour les Amis,

Comment réagiriez-vous si tout à coup vous faisiez un bon en arrière dans le temps ? Un bond de plus soixante ans ? Vous y découvririez une vie au mode de fonctionnement inimaginable de nos jours. Vous seriez perdus. C’est ce qui arrive aux quatre personnages principaux du nouveau roman d’Antoine Laurain, Millésime 54 paru chez Flammarion il y a quelques jours. La dégustation d’un vin de 1954 les envoie dans cette année. Un roman frais, original, distrayant. Comme dans chacun de ses livres, l’auteur nous présente des protagonistes attachants. Toute la lecture est ponctuée de rencontres improbables avec des personnalités telles que Salvador Dali, Edith Piaf, Jean Gabin, Jean Cocteau, Marcel Aimé, Audrey Hepburn et quelques autres encore. Les Halles de Paris ont retrouvé leur fonction d’antan, les téléphones portables ont disparu, le TGV n’existe pas plus que le mariage homosexuel ou le droit à l’avortement. Quant à imaginer un homme noir diriger les Etats-Unis ou un femme à la tête de l’Allemagne ! Autant vous dire que nos héros vivent des anachronismes qu’ils ne s’expliquent guère…

Pour ma part j’ai terminé la lecture de ce livre dans un avion qui m’envoyait dans une destination lointaine, j’ai donc ainsi doublement voyagé. Tant dans le temps que dans l’espace.

Un roman agréable et propice à la détente.

Je vous ai déjà parlé de cet auteur avec ma chronique sur Rhapsodie française.

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/368

Antoine Laurain avait remporté le prix Landerneau découverte en 2012 avec un titre que j’avais aussi beaucoup aimé : Le chapeau de Mitterrand. Je vous conseille également La femme au carnet rouge.

Bonne lecture chers Amis.

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/-9782081408654-pr

Existe aussi en ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782081408661/millesime-54-antoine-laurain

Avis de lecture

Tatiana de Rosnay de retour sous la pluie

SENTINELLE PLUIE

Bonjour les Amis,

Je vais vous parler aujourd’hui de la jolie plume de Tatiana de Rosnay. A la fois très accessible et pleine de pudeur, elle m’a embarquée sur les flots de la Seine en crue. J’ai noté et aimé le parallèle entre la montée des eaux et la recrudescence des sentiments souvent inavoués qui apparaissaient au fil du roman. J’ai senti arriver une escalade de secrets et d’émotions. Jusqu’à l’explosion. J’aime les histoires, comme les les musiques d’ailleurs, dont la structure monte crescendo. L’intrigue est dévoilée dans une progression aussi lente que puissante. Le tout dans une grande délicatesse.

On y retrouve les problématiques de secrets de famille, de relations parents-enfants, de non-dits.

J’ai beaucoup aimé ce roman très agréable à lire comme la plupart de cette auteure.

Publié aux éditions Héloïse d’Ormesson le 1er mars dernier, cet ouvrage est plébiscité par un grand nombre de média comme de lecteurs.

Résumé de l’éditeur :

« Rien n’empêchera les Malegarde de se retrouver à Paris pour fêter les soixante-dix ans du père, arboriste à la réputation mondiale, pas même les pluies diluviennes qui s’abattent sur la Ville Lumière.

La crue redoutée de la Seine est pourtant loin d’être la seule menace qui pèse sur la famille.

Comment se protéger lorsque toutes les digues cèdent et que l’on est submergé ? Face au péril, parents et enfants devront s’avouer ce qu’ils s’étaient toujours caché. Tandis qu’en miroir du fleuve les sentiments débordent, le drame monte en crescendo, démultipliant l’intensité des révélations. »

Voici donc un livre à glisser entre toutes les mains.

Bonne lecture à tous,

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/sentinelle-de-la-pluie-9782350874425-pr#divdetaille

Existe aussi en ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782350874432/sentinelle-de-la-pluie-tatiana-de-rosnay

Avis de lecture

La chambre des merveilles

chambre des merveilles

Bonsoir les Amis,

Voici un premier roman digne d’intérêt très agréable à lire. Julien Sandrel, l’auteur de La chambre des merveilles dresse un portrait à la fois émouvant et drôle d’une mère célibataire dont le fils tombe dans le coma suite à un accident. Elle met tout en oeuvre pour tenter de le sauver. Je préfère ne rien dire de plus et vous laisser découvrir ce combat que toute mère souhaiterait être capable de mener dans une telle situation. Ce joli roman est très frais et tendre en dépit du sujet difficile. On  y retrouve les thèmes des relations familiales, de l’amour, de la remise en question, et surtout des priorités. Le tout sans pathos ni tristesse profonde. J’ai été touchée parfois, puis à d’autres moments j’ai souri.

Paru aux éditions Calmann-Lévy il y a seulement une semaine, ce premier roman est déjà plébiscité par le monde de l’édition en France et à l’international.

Bonne lecture à tous

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/la-chambre-des-merveilles-9782702162897-pr

Existe aussi en ebook :

https://www.culture.leclerc/pageRecherche?q=la+chambre+des+merveilles&univers=all

Avis de lecture

L’amour sans le faire

L'AMOUR SANS LE FAIRE

Bonsoir les Amis,

Je ferme à l’instant la dernière page de ce très beau roman de Serge Joncour, L’amour sans le faire. Une fois de plus l’auteur peint les atmosphères à merveille. Ici elle est à la fois douillette et fébrile.

Un homme de quarante ans qui vit seul, meurtri par la vie, reviens chez ses parents à qui il ne parle plus depuis dix ans. Sur place, il rencontre une femme, une âme en peine elle aussi, maman d’un petit garçon qui lui rappelle étrangement son frère disparu.

Une écriture poétique pour décrire des sentiments et des mots qu’on ne dit pas. Une précarité. Une relation parents enfant compliquée voire absente. Un amour impossible qu’il vaut mieux ne pas faire. Une tendresse. L’espérance. Toutes ces vibrations constituent les ingrédients de ce roman. La plume si particulière et délicate d’un auteur à l’apparence de grand gaillard. Ce grand gaillard j’ai eu la chance de le rencontrer, sa carrure d’homme costaud aux larges épaules est rehaussée par un regard empreint de douceur. Quand je le lis, j’ai chaque fois le sentiment de retrouver une part de lui dans ses personnages.

Je ne vous en dirai pas plus pour vous laisser le plaisir d’ouvrir la première page et vous laisser happer par l’histoire tout en douceur et délicatesse.

Bonne lecture chers Amis

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/l-amour-sans-le-faire-9782290072264-pr

Existe en ebook

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782081291058/l-amour-sans-le-faire-serge-joncour

JONCOURPhoto David Ignaszewski © Flammarion

Avis de lecture·rentrée littéraire 2017

le cœur battant de nos mères

brit bennett

Bonsoir les Amis,

Une fois n’est pas coutume. Je vais vous parler de littérature américaine. En particulier d’un livre que j’ai pris plaisir à lire mais dont je ne garderai pas un souvenir impérissable. Je vous en parle tout de même car il s’agit d’un premier roman de la rentrée littéraire de septembre 2017 qui a rencontré un grand succès. Ce livre Le cœur battant de nos mères, écrit par Brit Brennett a remporté le prix du Meilleur premier roman étranger du magazine Lire.

Résumé de l’éditeur :

«Tous les grands secrets ont un goût particulier.»
Nadia a 17 ans et la vie devant elle. Mais quand elle perd sa mère et avorte en cachette, tout change. Elle choisit alors de quitter la communauté noire et religieuse qui l’a vue grandir. Boursière dans une grande université, Nadia fréquente l’élite. Elle a laissé derrière elle Luke, son ancien amant aux rêves brisés, et Aubrey, sa meilleure amie. Durant une décennie marquée des affres de la vie, les trajectoires des trois jeunes gens vont se croiser puis diverger, tendues à l’extrême par le poids du secret.

L’histoire est très intéressante. Son environnement afro-américain également. Les personnages attachants. Or je ne saurai dire pourquoi, j’ai parfois senti quelques longueurs dans ce livre. Je pense que ce qui m’a dérangée est le fait que j’ai mis quelque temps (trop longtemps à mon goût) pour comprendre la personnalité de Nadia, l’héroïne. J’ai eu du mal à la cerner, tant sur le plan physique que psychologique. Surtout au début.

En revanche, pour qui aime les thèmes de la communauté noire religieuse, l’avortement, l’amitié, la trahison, le deuil, le désespoir, l’amour, l’inceste, l’homosexualité, le racisme (abordé brièvement), ou encore l’adultère, c’est le livre idéal. Tout y est !

J’ai quand même apprécié suffisamment ce livre pour en terminer la lecture, voilà aussi un de mes critères pour vous en parler. Peut-être suis-je une des rares personnes à ne pas crier Hourra ! en tournant la dernière page. Je crois savoir que Warner Bros a prévu de l’adapter au cinéma. Il mérite donc sous doute d’être évoqué sur ce blog.

Je garderai en mémoire le message essentiel de l’ouvrage. Les mères qui qu’elles soient, bonnes, mauvaises, présentes ou non, mortes ou vivantes font partie intégrantes et indéniables de la construction d’un enfant et de sa vie d’adulte future.

Bonne lecture les Amis.

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-etrangere-u/litterature-americaine-u/-9782746745728-pr

Existe aussi en ebook

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782746745735/le-c-ur-battant-de-nos-meres-brit-bennett

Avis de lecture

En attendant Bojangles en BD

BOJANGLES BD

Bonjour les Amis,

Un peu d’illustré aujourd’hui avec cette très jolie BD réalisée par Ingrid Chabbert et Carole Maurel, d’après le roman phénomène d’Olivier Bourdeaut. En attendant Bojangles, lauréat et finaliste de différents prix littéraires.

Mr. Bojangles est une célèbre chanson de Nina Simone, sur laquelle les deux héros, passent leur temps à danser sous les yeux ébahis de leur jeune fils. Son éducation est menée de façon très fantaisiste à l’image de ses parents. Entre dérision, désinvolture, musique, danse. Pour eux, la vie est juste une fête. Leur amour est plus fort que tout. Jusqu’au jour où la réalité les rattrape. La douce folie de la mère prend de l’ampleur et la mène en hôpital psychiatrique et plus loin encore.

Les traits des dessins sont extrêmement fins et clairs, les couleurs choisies sont chaudes et chatoyantes. L’ensemble reflète tout à fait l’ambiance si particulière qui règne au sein de cette histoire aussi joyeuse que triste. J’ai vraiment beaucoup aimé.

BOJANGLES 2.jpg

J’en profite pour vous rappeler qu’Olivier Bourdeaut, auteur du roman original, vient de publier un nouvel ouvrage aux éditions Finitude le 4 janvier dernier. Pactum Salis. Souhaitons lui le même succès que pour son précédent roman.

Bonne lecture les Amis.

https://www.culture.leclerc/livre-u/bd-humour-u/bd-adultes-u/romans-graphiques-artbooks-u/en-attendant-bojangles-9782368461099-pr

Existe en numérique : https://www.sequencity.leclerc/fr-FR/books/24563