Rentrée littéraire 2018

Douce : une relation addictive

img_5870

Bonjour les Amis,

Douce. Voici un nouveau roman signé Sylvia Rozelier, qui démontre à quel point l’emprise d’un homme sur une femme peut parfois devenir nocive. Douce est le surnom qu’un amant donne à sa maîtresse. Cette dernière vivra pendant huit années un amour passionnel impossible. Un amour tiraillé entre attente, solitude, possession, dépendance, mensonge, trahison et jalousie. Est-ce vraiment cela l’amour ? Le véritable ? Les contours ont-ils si peu d’importance ? Aimer au point de s’oublier, est-ce réellement aimer ?  La passion doit-elle passer par ces méandres ? Quel est donc ce pouvoir que l’amant distille autour de lui tel un venin ? Son amant est une réelle addiction pour Douce. Une addiction dont elle a beaucoup de mal à se sevrer. Pourtant dès le début de leur relation, Douce sent tout au fond d’elle une sorte de danger, or elle l’occulte, préférant ne marcher que dans les traces de ce que lui dicte son cœur. Préférant laisser la raison sur le bas-côté. Je vous laisse découvrir jusqu’où cette décision la mènera.

Bonne lecture à tous chers Amis

Cet ouvrage paraîtra le 30 août or il est déjà possible de le pré-commander en version papier sur :

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/douce-9782847423907-pr

Coup de cœur·Rentrée littéraire 2018

Pêche : un premier roman percutant

IMG_5420

Bonjour les Amis,

Voici un premier roman à paraître chez Flammarion : Pêche, d’Emma Glass.

Pêche est une jeune fille à qui il est arrivé quelque chose de grave. Infiniment grave. Un vrai cauchemar. Elle rentre chez ses parents ensanglantée sans qu’ils ne voient rien. Ou préfèrent-ils ne rien voir ? Cela semble plus probable…

Avec une écriture incisive, brutale, lapidaire, comme ce que Pêche vient de subir, l’auteure parvient à nous faire vivre le calvaire de cette jeune fille. La seule fantaisie de ce roman réside dans les noms donnés aux personnages, qu’il s’agisse de Pêche, Tronc, Vert, ou encore Patate…

Le rythme est saccadé. Les mots sont nets, précis, brusques et violents mais jamais crus. Et pourtant j’ai ressenti le dégoût de Pêche, sa douleur, sa terreur, sa honte, son incapacité à s’exprimer. Tout ce qui va l’enfermer. Tous ces mots qui jamais ne dégoulineront hors de ce corps sali. Les cinq sens sont intensément présents tout au long de l’histoire. En particulier les odeurs. Les fluides et les relents décrits semblaient imprégner ma propre peau à leur lecture.

J’ai compris ces ombres qui l’assaillent sans cesse et sans prévenir. Tout le temps. Partout. Elles sont palpables. Je les ai vues. Je les ai reconnues. La cohabitation avec elles est intolérable, invivable. Jusqu’à l’extrême limite du supportable.

Les faits décrits au scalpel rendent ce roman rythmé, et extrêmement percutant. A tel point que le premier chapitre est assez violent, or il est le reflet de ce que Pêche vit au même instant. Oserai-je dire âmes sensibles s’abstenir ? En tout cas, il s’agit d’un roman sombre dont on risque vivement d’entendre parler.

Bonne lecture chers Amis.

Cet ouvrage paraîtra le 22 août, or il déjà possible de le pré-commander soit en version papier :

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-etrangere-u/litterature-anglaise-u/peche-9782081443136-pr

soit en version numérique :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782081443143/peche-emma-glass

Coup de cœur·Rentrée littéraire 2018

Trancher : un choix cornélien

img_5872-1

Bonsoir les Amis,

Je vous propose aujourd’hui un premier roman, Trancher d’Amélie Cordonnier à paraître chez Flammarion. En ouvrant la première page des cent-soixante qu’abritent ce roman, je suis immédiatement entrée dans la vie de cette famille que décrit l’auteure. Un couple, deux enfants. A priori un portrait classique et presque sans histoire. Seulement à priori. Aurélien, le mari, souffre d’accès de colères et de violences verbales envers son épouse à peine descriptibles tant elles sont viles, méchantes et humiliantes. Ses mots sont reçus comme des coups de couteau. Ses insultes broient littéralement celle qui les reçoit. Tels de vrais coups physiques qu’elle n’a jamais subis. Ensuite il s’excuse, dit ne pas comprendre pourquoi il agit de la sorte. Elle pardonne, mais elle n’oublie pas. Ensemble ils ont vécu quelques années de rémission, puis il a rechuté. La femme décide alors de définitivement trancher avant ses quarante ans qui vont poindre dans quelques semaines. Partir ou rester pour toujours. Dans la tourmente. Choix difficile tant elle est sous l’emprise de son mari.

Extrait :

« Il canalisait enfin ses colères. Alors tu as cru que vous vous étiez définitivement débarrassés de la violence, que vous l’aviez bannie pour toujours de votre existence. Tu ignorais qu’on se réussit jamais vraiment à s’en dépêtrer. Tu ne savais pas qu’elle peut se mettre en veilleuse, en sourdine, se planquer dans un coin de la maison, restée tapie dans l’ombre ou sous le paillasson pour mieux resurgir le moment venu, et nous sauter dessus lorsqu’on s’y attend le moins…/… Tu vois bien qu’il n’y a pas dix mille options. PARTIR ou RESTER : pas d’autre possibilité. C’est entre ces deux mots qu’il faut choisir, trancher…/.. La seule chose dont tu étais sûre, il y a sept ans, quand plus rien n’allait entre vous, c’est que tu ne voulais plus de lui. Mais tu ne voulais pas le perdre non plus. Tu aurais aimé l’éloigner pour un temps donné, le mettre sous serre, comme ces plantes dont on se sépare pour leur donner une chance de passer l’hiver et que l’on rapatrie chez soi aux beaux jours, lorsqu’on a la certitude qu’elles ne risquent plus de mourir de froid…/… »

Amélie Cordonnier m’a emportée dans cette histoire d’amour ravagé grâce à son écriture à la fois sensible, ciselée et maîtrisée. Son angle est assez peu commun. Elle a pris le parti d’écrire à la deuxième personne. A la lecture, j’ai senti ou cru que ce Tu pourrait sans doute être un Je. Cependant il met de la distance avec l’auteure, il crée une ambiguïté assez forte. J’ai trouvé cette approche littérairement intéressante. Je pense qu’on entendra souvent parler de ce premier roman dans les prochaines semaines.

Je vous souhaite une très bonne lecture. En dépit du sujet délicat, l’ouvrage se lit aisément et rapidement. Sa sortie est prévue le 29 août, or il est déjà possible de le pré-commander soit en version papier :

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/trancher-9782081439535-pr

soit en version numérique :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782081443099/trancher-amelie-cordonnier