Rentrée littéraire 2018

Tous les hommes désirent naturellement savoir

NINA B

Bonsoir les Amis,

Voilà, j’ai fermé le nouveau livre de Nina Bouraoui sur sa dernière page. Tous les hommes désirent naturellement savoir, paru aux éditions JC Lattès le 22 août. J’avais déjà eu envie d’en ouvrir la première page en juin, avant sa sortie officielle, tandis que je voyais l’auteure le présenter. J’ai eu cette chance de l’entendre parler elle-même, avec ses propres mots et sa propre émotion du contenu de ce nouveau né. Sa détermination à vouloir révéler qui elle est vraiment mêlée à sa fragilité apparente m’avait touchée. Le temps a passé, m’a dépassée, et ce livre était resté sur ma PAL (pile à lire) jusqu’à ce que je rencontre à nouveau Nina Bouraoui la semaine dernière. Après avoir revu l’auteure, j’ai réalisé qu’il me fallait vraiment découvrir ses écrits au plus vite.

J’ai voyagé avec douceur entre l’Algérie, la France et son homosexualité. Elle dit elle-même avoir trois nationalités. Homosexuelle née d’une mère française et d’un père algérien. J’ai erré avec Nina dans Paris et le milieu des filles, J’ai traversé le désert algérien avec sa mère et sa sœur. J’ai découvert ses premiers émois. J’ai compris cette souffrance inconnue. Nina raconte l’origine de l’amour, la naissance du désir et celle de la peur.

Ce livre est écrit avec une alternance rythmée entre les chapitres. Ils m’ont emportée d’une époque à une autre, d’un pays à un autre. Entre Souvenir et Devenir. C’est la première fois que l’auteure révèle aussi nettement son homosexualité, son identité comme elle la décrit, et la difficulté à l’assumer surtout quand elle est jeune. Alors que pourtant, qui peut donc avoir la légitimité pour porter un jugement sur la sexualité d’autrui ?

Lors de son intervention à La Grande Librairie hier soir, elle a expliqué avoir ressenti une réelle colère et une envie d’oser parler plus ouvertement il y a cinq ans, lors des polémiques sur le mariage pour tous. Elle ne supportait plus les humiliations entendues. Sa détermination à être elle-même l’a menée à cette écriture violente.

« L’écriture n’apaise pas. C’est le feu sur le feu. »

Elle a conclu son entretien en déclarant qu’elle est peut-être écrivain car elle est homosexuelle…

Bonne lecture à tous chers Amis

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/tous-les-hommes-desirent-naturellement-savoir-9782709660686-pr

Existe en ebook

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782709660259/tous-les-hommes-desirent-naturellement-savoir-nina-bouraoui

Coup de cœur·Rentrée littéraire 2018

La Vraie vie, un premier roman grandiose

la vraie vie

Bonjour les Amis,

Je souhaite plus que tout partager avec vous les sensations que j’ai ressenties en me plongeant dans ce premier roman : La Vraie vie, d’Adeline Dieudonné. Si je n’avais droit qu’à un seul mot ce serait Wouah ! Cependant, ce serait ternir ce sublime ouvrage que d’utiliser un si pauvre mot, j’y préfère donc : Grandiose. Je ne peux qu’écrire cette chronique en musique, vous comprendrez pourquoi à la vingt-sixième page précisément. Il s’agit de belle et Grande musique, à savoir La valse des fleurs de Tchaïkowsky, si envoûtante. Je soupçonne même l’auteure d’avoir elle aussi laissé ses doigts s’égarer sur son clavier au rythme du célèbre ballet Casse-noisette.

L’héroïne, une toute jeune fille que j’ai suivie depuis l’âge de ses dix ans jusqu’à ses quinze ans, n’est jamais nommée. Elle est la narratrice. Son frère Gilles, de quatre ans son cadet devient, après un violent traumatisme pour eux deux, sa véritable raison de vivre. Son amour immensément grand pour lui ainsi que son besoin viscéral de le protéger et le sauver lui procure une force incommensurable. Cette enfant possède au fond de son ventre un courage incroyable. Dotée d’une intelligence hors du commun, elle apprend à se battre contre tous ceux qui se placent en travers de son chemin. A commencer par son propre père sadique. Cette famille issue d’un milieu populaire ne communique qu’avec violence et dans la peur, sinon aucunement. Au fil des pages, j’ai vu l’héroïne grandir et assister aux transformations de son corps. Celui qui devient son seul allié. Celui qui à la fois lui est doux mais celui aussi dans lequel s’abrite une rage de vivre intense et profonde. Egalement une rage contre ses ennemis. Une rage bestiale salvatrice et nécessaire. Cette jeune fille s’interdit de ressembler à sa mère. Elle s’interdit de devenir une proie ou une victime et elle met tout en œuvre pour parvenir à ses fins. J’ai aussi remarqué l’évolution de son langage au fur et à mesure de sa croissance. Cette prouesse littéraire est réalisée avec une grande finesse.

Ce livre m’a subjuguée, possédée, émue. Tous les personnages sont sauvages et entiers. Je suis admirative de cette jeune fille. Cette histoire est enveloppée d’une atmosphère palpable, singulière et fébrile dans laquelle j’ai immergé dès les premières pages. J’ai immédiatement pénétré l’univers dans lequel l’auteure m’attirait. Comme si elle m’avait attrapée par la main et m’avait dit « Allez, viens avec moi, suis moi ». Je vivais dans le même quartier appelé le Démo. Je me promenais moi aussi dans le bois des Petits Pendus, j’ai rencontré Monica, la Plume et le Champion, j’ai moi aussi vu les yeux jaunes effrayants de la hyène… Moi aussi j’ai senti cette boule de terreur au creux de mon ventre dans les bois ou encore dans la scène finale. Ce roman est aussi sombre qu’il est empli d’espoir. C’est un livre dont on se souvient et qui ne laisse pas indifférent.

Chaque fois que je devais poser ce livre, je n’avais qu’une envie, avoir encore le temps d’en ouvrir les pages suivantes. J’aurais aimé pouvoir le lire en une seule fois.

Je suis très heureuse d’avoir rencontré Adeline Dieudonné cette semaine et d’avoir eu l’occasion de lui dire à quel point j’aimais son histoire ainsi que son écriture corrosive et aboutie. Ce livre semble être né pour paraître aux éditions de L’iconoclaste. Cette maison qui a la qualité de publier des livres à atmosphères puissantes et poétiques avec des personnages absolument uniques par leur entièreté. Bravo et merci à toi, Sophie de Sivry, d’avoir laissé sa chance à ce livre  !

Je conclurai en disant que cette histoire mériterait une adaptation cinématographique. D’ici là, je souhaite une longue et belle vie à ce premier roman qui vient déjà d’obtenir le prix du roman Fnac ainsi que le prix Première Plume. Il est aussi déjà en lice pour remporter d’autres grands prix littéraires tels que le Goncourt, le Renaudot, le prix Filigranes et celui du Livre de Poche. Titre à suivre donc de très près.

Très belle lecture chers Amis.

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/la-vraie-vie-9782378800239-pr

Existe en ebook

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782378800413/la-vraie-vie-adeline-dieudonne

Coup de cœur·Rentrée littéraire 2018

Les prénoms épicènes, signé Amélie Nothomb

9782226437341-j

Bonsoir les Amis,

Pas la peine de vous la présenter si je vous donne juste deux indices !

Une inconditionnelle et incontournable de toutes les rentrées littéraires. Un teint diaphane rehaussé de lèvres colorées de rouge. Vous l’avez donc reconnue j’en suis certaine. Avec Les prénoms épicènes, prénoms donnés tant aux hommes qu’aux femmes, Amélie Nothomb a encore une fois imaginé et rédigé un ouvrage succulent sur fond grave. L’histoire évoque une relation fille-père dénuée d’amour. Sont également abordés l’amour éperdu et la vengeance.

Comment une enfant peut-elle se construire et développer tous ses sens sans l’amour de son père ? Dans la transparence ? Comment peut-elle grandir dans une haine réciproque ? Devenir une femme épanouie ? Sur quelles bases, quelles fondations doit-elle gravir la vie qui lui a été donnée ? Il n’est pas nécessaire de vous en dire plus, vous le découvrirez en ouvrant les premières pages de ce nouveau livre.

Bonne lecture à tous

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/les-prenoms-epicenes-9782226437341-pr

Existe aussi en ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782226431134/les-prenoms-epicenes-amelie-nothomb

Coup de cœur·Rentrée littéraire 2018

Douce en librairie demain

img_7400

Bonsoir les Amis,

Le voici enfin ! le nouveau roman de Sylvia Rozelier sera dès demain en librairie. Je vous avais déjà conseillé de le pré-commander, désormais vous allez pouvoir en savourer le récit dès la première page.

Si vous aviez échappé à cette chronique, cliquez sur le lien ci-dessous pour la découvrir sans attendre.

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/4293

Coup de cœur·Rentrée littéraire 2018

Trancher enfin en librairie

img_5872-1

Bonsoir les Amis,

Le mois dernier je vous ai parlé de ce livre sensible à l’écriture ciselée et maîtrisée. Avec Trancher, Amélie Cordonnier commet son premier roman chez Flammarion. Une histoire de choix cornélien que l’héroïne doit faire entre rester avec son mari ou partir. Un joli roman à ne pas manquer et dont l’auteure n’a j’espère, pas fini de nous étonner.

Rendez-vous sur ma chronique de présentation du livre.

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/4164

Belle lecture chers Amis.

Ouvrage disponible sur le site internet :

https://www.culture.leclerc/

Ou en ebook sur :

https://e-librairie.e-leclerc.com/

 

 

 

Coup de cœur·Rentrée littéraire 2018

Pêche sort demain

img_5416

Bonjour les Amis,

Souvenez-vous, je vous ai déjà parlé de Pêche, ce roman percutant qui sera dès demain sur les tables en librairie. Emma Glass signe ici son tout premier roman chez Flammarion. Et je suis certaine que nous n’avons pas fini d’en entendre parler !

Pour rappel, je vous glisse le lien de ma chronique parue le mois dernier, en amont de la sortie.

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/4123

Bonne lecture chers Amis !

Ouvrage disponible sur le site internet :

https://www.culture.leclerc/

Ou en ebook sur :

https://e-librairie.e-leclerc.com/

Rentrée littéraire 2018

Douce : une relation addictive

img_5870

Bonjour les Amis,

Douce. Voici un nouveau roman signé Sylvia Rozelier, qui démontre à quel point l’emprise d’un homme sur une femme peut parfois devenir nocive. Douce est le surnom qu’un amant donne à sa maîtresse. Cette dernière vivra pendant huit années un amour passionnel impossible. Un amour tiraillé entre attente, solitude, possession, dépendance, mensonge, trahison et jalousie. Est-ce vraiment cela l’amour ? Le véritable ? Les contours ont-ils si peu d’importance ? Aimer au point de s’oublier, est-ce réellement aimer ?  La passion doit-elle passer par ces méandres ? Quel est donc ce pouvoir que l’amant distille autour de lui tel un venin ? Son amant est une réelle addiction pour Douce. Une addiction dont elle a beaucoup de mal à se sevrer. Pourtant dès le début de leur relation, Douce sent tout au fond d’elle une sorte de danger, or elle l’occulte, préférant ne marcher que dans les traces de ce que lui dicte son cœur. Préférant laisser la raison sur le bas-côté. Je vous laisse découvrir jusqu’où cette décision la mènera.

Bonne lecture à tous chers Amis

Cet ouvrage paraîtra le 30 août or il est déjà possible de le pré-commander en version papier sur :

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/douce-9782847423907-pr

Coup de cœur·Rentrée littéraire 2018

Pêche : un premier roman percutant

IMG_5420

Bonjour les Amis,

Voici un premier roman à paraître chez Flammarion : Pêche, d’Emma Glass.

Pêche est une jeune fille à qui il est arrivé quelque chose de grave. Infiniment grave. Un vrai cauchemar. Elle rentre chez ses parents ensanglantée sans qu’ils ne voient rien. Ou préfèrent-ils ne rien voir ? Cela semble plus probable…

Avec une écriture incisive, brutale, lapidaire, comme ce que Pêche vient de subir, l’auteure parvient à nous faire vivre le calvaire de cette jeune fille. La seule fantaisie de ce roman réside dans les noms donnés aux personnages, qu’il s’agisse de Pêche, Tronc, Vert, ou encore Patate…

Le rythme est saccadé. Les mots sont nets, précis, brusques et violents mais jamais crus. Et pourtant j’ai ressenti le dégoût de Pêche, sa douleur, sa terreur, sa honte, son incapacité à s’exprimer. Tout ce qui va l’enfermer. Tous ces mots qui jamais ne dégoulineront hors de ce corps sali. Les cinq sens sont intensément présents tout au long de l’histoire. En particulier les odeurs. Les fluides et les relents décrits semblaient imprégner ma propre peau à leur lecture.

J’ai compris ces ombres qui l’assaillent sans cesse et sans prévenir. Tout le temps. Partout. Elles sont palpables. Je les ai vues. Je les ai reconnues. La cohabitation avec elles est intolérable, invivable. Jusqu’à l’extrême limite du supportable.

Les faits décrits au scalpel rendent ce roman rythmé, et extrêmement percutant. A tel point que le premier chapitre est assez violent, or il est le reflet de ce que Pêche vit au même instant. Oserai-je dire âmes sensibles s’abstenir ? En tout cas, il s’agit d’un roman sombre dont on risque vivement d’entendre parler.

Bonne lecture chers Amis.

Cet ouvrage paraîtra le 22 août, or il déjà possible de le pré-commander soit en version papier :

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-etrangere-u/litterature-anglaise-u/peche-9782081443136-pr

soit en version numérique :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782081443143/peche-emma-glass

Coup de cœur·Rentrée littéraire 2018

Trancher : un choix cornélien

img_5872-1

Bonsoir les Amis,

Je vous propose aujourd’hui un premier roman, Trancher d’Amélie Cordonnier à paraître chez Flammarion. En ouvrant la première page des cent-soixante qu’abritent ce roman, je suis immédiatement entrée dans la vie de cette famille que décrit l’auteure. Un couple, deux enfants. A priori un portrait classique et presque sans histoire. Seulement à priori. Aurélien, le mari, souffre d’accès de colères et de violences verbales envers son épouse à peine descriptibles tant elles sont viles, méchantes et humiliantes. Ses mots sont reçus comme des coups de couteau. Ses insultes broient littéralement celle qui les reçoit. Tels de vrais coups physiques qu’elle n’a jamais subis. Ensuite il s’excuse, dit ne pas comprendre pourquoi il agit de la sorte. Elle pardonne, mais elle n’oublie pas. Ensemble ils ont vécu quelques années de rémission, puis il a rechuté. La femme décide alors de définitivement trancher avant ses quarante ans qui vont poindre dans quelques semaines. Partir ou rester pour toujours. Dans la tourmente. Choix difficile tant elle est sous l’emprise de son mari.

Extrait :

« Il canalisait enfin ses colères. Alors tu as cru que vous vous étiez définitivement débarrassés de la violence, que vous l’aviez bannie pour toujours de votre existence. Tu ignorais qu’on se réussit jamais vraiment à s’en dépêtrer. Tu ne savais pas qu’elle peut se mettre en veilleuse, en sourdine, se planquer dans un coin de la maison, restée tapie dans l’ombre ou sous le paillasson pour mieux resurgir le moment venu, et nous sauter dessus lorsqu’on s’y attend le moins…/… Tu vois bien qu’il n’y a pas dix mille options. PARTIR ou RESTER : pas d’autre possibilité. C’est entre ces deux mots qu’il faut choisir, trancher…/.. La seule chose dont tu étais sûre, il y a sept ans, quand plus rien n’allait entre vous, c’est que tu ne voulais plus de lui. Mais tu ne voulais pas le perdre non plus. Tu aurais aimé l’éloigner pour un temps donné, le mettre sous serre, comme ces plantes dont on se sépare pour leur donner une chance de passer l’hiver et que l’on rapatrie chez soi aux beaux jours, lorsqu’on a la certitude qu’elles ne risquent plus de mourir de froid…/… »

Amélie Cordonnier m’a emportée dans cette histoire d’amour ravagé grâce à son écriture à la fois sensible, ciselée et maîtrisée. Son angle est assez peu commun. Elle a pris le parti d’écrire à la deuxième personne. A la lecture, j’ai senti ou cru que ce Tu pourrait sans doute être un Je. Cependant il met de la distance avec l’auteure, il crée une ambiguïté assez forte. J’ai trouvé cette approche littérairement intéressante. Je pense qu’on entendra souvent parler de ce premier roman dans les prochaines semaines.

Je vous souhaite une très bonne lecture. En dépit du sujet délicat, l’ouvrage se lit aisément et rapidement. Sa sortie est prévue le 29 août, or il est déjà possible de le pré-commander soit en version papier :

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/trancher-9782081439535-pr

soit en version numérique :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782081443099/trancher-amelie-cordonnier