billet d'humeur

Jolie rencontre avec PPDA

img_2749

Bonjour les Amis,

Vous souvenez-vous de mon coup de cœur pour le dernier livre de Patrick Poivre d’Arvor paru chez Grasset en début d’année : La Vengeance du loup ? J’avais qualifié cette histoire de grande fresque familiale. La vie du jeune Charles et de ses aïeux m’avait totalement happée. La fin du livre laissait supposer une suite à venir, et bien elle est en cours d’écriture par son auteur. J’ai vraiment hâte de la découvrir. En attendant j’ai eu le plaisir de rencontrer cet homme que j’admire et dont j’ai toujours suivi l’actualité professionnelle et littéraire. Voici donc en petit clin d’œil, un souvenir que je partage avec vous ce soir ! Et j’en profite pour vous glisser le lien de ma premier chronique sur ce très beau texte.

https://laparenthesedeceline.com/2019/02/13/la-vengeance-du-loup-une-grande-fresque-familiale/

Belle lecture à tous, chers Amis

Coup de cœur

Un matin d’hiver : quand amour et absence cohabitent

Un matin d'hiver

Bonjour les Amis,

Dans Un matin d’hiver, Philippe Vilain relate l’histoire réelle à la fois étrange, extraordinaire et tragique d’une femme amoureuse et mère de famille dont le mari a subitement disparu. Sans raison apparente ni expliquée. Sans bonne ou mauvaise raison. Le récit est rédigé à la première personne, la voix de cette femme courageuse. En lisant ce texte j’ai suivi avec émotion les diverses étapes qu’a traversées l’héroïne. Son désespoir, son sentiment d’abandon, son inquiétude, sa solitude, son ignorance et ses questionnements mais surtout sa rage de vouloir retrouver celui qu’elle aime quoi qu’il lui en coûte. A la recherche de son mari franco-américain, j’ai traversé l’Atlantique jusqu’au Texas puis la Californie, tout en observant sa fillette, Mary, grandir avec ce père absent.

Comment vivre sans savoir ce qu’est devenu la personne avec qui on a choisi de passer sa vie ? Celui avec qui on a donné la vie. Celui qu’on aime par-dessus tout. Avec ce doute permanent sur sa vie ou sa mort. Comment vivre sans son autre soi ? Je n’ose l’imaginer. J’arrive à comprendre ce qui a touché l’auteur dans cette histoire improbable. Philippe Vilain a été le confident de cette femme courageuse, à la suite de quoi son histoire l’a hanté au point de désirer l’écrire. Grand bien lui a pris pour nous lecteurs ! Avec la plume délicate et sensible que nous lui connaissons il a formidablement réussi à devenir cette femme au travers ses mots et à raconter sa formidable histoire d’amour.

Pour le plaisir je vous cite quelques passages que j’affectionne particulièrement pour la beauté des mots :

J’aurais voulu ne rien faire d’autre que l’attendre, essorer le temps qui me séparait d’un prochain rendez-vous…/…

Des boîtes aux lettres qui n’attendaient depuis longtemps ni lettres ni colis, des boîtes où les sentiments se trompaient d’adresse…/…

Ces années ne sont pas tristes, elles ne sont pas…/… Un sentiment d’étrangeté et d’absurde face à sa disparition, d’égarement dans une vie devenue trop grande pour moi…/…

Je vous laisse donc avec ce livre court, efficace, émouvant à dévorer sans plus attendre.

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/un-matin-d-hiver-9782246812395-pr

Existe en ebook

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782246812401/un-matin-d-hiver-roman-philippe-vilain

Pour celles et ceux qui ont l’écriture pour passion et souhaitent la développer et l’affiner, Philippe Vilain anime des ateliers d’écriture. Je vous glisse le lien de son site ainsi que celui de l’école Les Mots à Paris dans laquelle il intervient également. Pour avoir assisté à l’un de ses ateliers pendant deux mois, j’en profite pour témoigner de l’efficacité des conseils reçus, leur pertinence, et la bienveillance de Philippe.

https://philippevilain90.wixsite.com/ecrire

https://lesmots.co/

Bon week-end à tous chers Amis et longue vie à Un matin d’hiver !

Actu·billet d'humeur

Un avion sans elle, suite et fin on TV

téléchargement (1)

Bonsoir les Amis,

Ce soir sur M6, suite et fin de la série Un avion sans elle, adaptée du livre de Michel Bussi. Pour avoir regardé les deux premiers épisodes la semaine dernière, j’ai trouvé cette version télévisuelle intéressante . Elle reproduit plutôt fidèlement l’atmosphère du livre.

Et pour celles et ceux qui n’ont pas encore ouvert les premières pages de ce roman, il est encore temps.

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/policier–thriller-u/un-avion-sans-elle-9782258145276-pr

En ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782258094369/un-avion-sans-elle-michel-bussi?ac=1

Bonne soirée à tous chers Amis

Avis de lecture

L’autre fille : lettre à l’absente

img_2363-1

Bonsoir les Amis,

L’autre fille est la sœur décédée d’Annie Ernaux. Comme dans plusieurs ouvrages de son oeuvre, l’auteure écrit ici un récit autobiographique. Il s’agit d’une lettre adressée à sa sœur, bien qu’elle ne lui soit pas destinée. Elle l’est à ses lecteurs. A nous. Les Editions NiL ont lancé il y a quelques années,  une nouvelle collection appelée « Les Affranchis ». Celle-ci propose à des écrivains de rédiger la lettre qu’ils n’ont jamais écrite. C’est dans ce contexte que ce livre a été rédigé puis publié.

Alors elle-même âgée de dix en 1950, elle surprend une conversation entre sa mère et une femme, révélant qu’Annie avait eu une sœur aînée, morte à six ans de la diphtérie, avant sa propre naissance. Les mots terrifiants la cognent, la déchirent, la brûlent, puis la hanteront toujours. Ils m’ont aussi choquée. Surtout quand sa mère déclare :

« Elle ne sait rien, on n’a pas voulu l’attrister. »…/…

Puis à la fin :

« Elle était plus gentille que celle-là. »

Celle là étant Annie Ernaux.

En ce milieu du vingtième siècle, l’enfant n’avait pas le droit à la parole et encore moins aux explications. Seuls les non-dits et le silence étaient susceptibles de camoufler une peine, une blessure. Comme si à ne rien dire, rien ne s’était passé. Annie n’a jamais connu cette sœur tant aimée par ses parents. Elle ne peut donc souffrir du manque mais seulement de l’absence. Au fil des années elle en veut terriblement à sa mère qu’elle ne nomme jamais Maman, mais Elle. Elle lui reproche son manque de communication et ce qu’elle prend pour une préférence envers sa sœur, sans jalousie pour autant.

Annie Ernaux décrit avec une simplicité et une finesse remarquables les effets néfastes de tous ces mots jamais prononcés, de tous ces événements jamais reconnus. Les secrets de famille peuvent avoir des conséquences incommensurables sur la vie ultérieure.

Un autre passage m’a particulièrement marquée :

« Je n’écris pas parce que tu es morte. Tu es morte pour que j’écrive, ça fait une grande différence. »

A partir de là j’ai pris conscience de la puissance de la nécessité d’écrire pour l’auteure. Activité qu’elle exercera remarquablement bien tout au long de sa vie. Elle est d’ailleurs très souvent citée et prise en exemple pour son style dans de nombreux ateliers d’écriture.

Je vous laisse découvrir ce texte court qui n’est pas un roman mais un témoignage épistolaire d’une fille à sa mère, plus qu’à sa sœur.

https://www.culture.leclerc/pageRecherche?q=L%27autre%20fille&univers=all

Ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782841115525/l-autre-fille-annie-ernaux

 

 

Avis de lecture

Les loyautés ou les démons cachés

Les Loyautés

Bonsoir les Amis,

Je vais de nouveau vous parler de Delphine de Vigan. Cette fois pour son livre Les loyautés paru chez JC Lattès en janvier 2018. C’était le premier livre livre de ce qui semble être aujourd’hui les prémices d’une série sur les sentiments. Après celui-ci, l’auteure a publié Les gratitudes dont je vous ai déjà parlé.

Résumé de l’éditeur :

«Chacun de nous abrite-t-il quelque chose d’innommable susceptible de se révéler un jour, comme une encre sale, antipathique, se révélerait sous la chaleur de la flamme ? Chacun de nous dissimule-t-il en lui-même ce démon silencieux capable de mener, pendant des années, une existence de dupe ?»

Avec une plume sobre et efficace, l’auteure aborde le mal-être chez les jeunes, l’alcoolisme, la maltraitance, les relations familiales ; les principales thématiques du livre. Mais pas seulement. L’amitié et les jardins secrets de chacun sont présents également. Delphine de Vigan a cette manière bien à elle d’explorer l’intime tout en menant à diverses pistes de réflexion.  En l’occurrence ici, je me suis posé la question de l’importance ou non des liens du sang pour sauver une personne de la noirceur dans laquelle elle sombre. Ici le jeune Théo qui traverse un épisode auto-destructeur n’est pas entendu par sa famille. Seule Hélène, une de ses professeurs va s’inquiéter et tout mettre en oeuvre pour découvrir quel est le mal qui le ronge. Ce qui m’a plu tout particulièrement est la raison pour laquelle elle réagit ainsi. Comme un animal traqué elle a senti le danger pour le jeune garçon. Elle a reconnu l’odeur du mal, celui qui broie et détruit. Il faut avoir vécu des épreuves similaires pour savoir renifler, détecter une telle souffrance. Il suffit alors de savoir lire dans les yeux baissés,  remarquer une attitude fuyante ou observer une posture du corps. Ce qui est invisible aux yeux de tous ne l’est jamais pour qui a vécu les mêmes méfaits.

En cherchant à aider Théo, pour Hélène la boucle est bouclée.

Bonne lecture chers Amis

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/les-loyautes-9782709661584-pr

En ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782709661249/les-loyautes-delphine-de-vigan?ac=1

Coup de cœur

David Foenkinos signe Deux sœurs

deux soeurs

Bonjour les Amis,

Deux sœurs, le nouveau roman de David Foenkinos est paru chez Gallimard la semaine dernière. Comme d’habitude, j’ai beaucoup aimé l’histoire et l’intrigue bien menée avec une écriture simple, fluide et poétique. C’est l’histoire d’une rupture. Mathilde est quittée par Étienne, son grand amour. Jusqu’ici rien de particulièrement novateur en littérature. Pourtant c’est avec beaucoup de finesse que l’auteur m’a embarquée avec lui cette fois, dans un thriller psychologique. L’héroïne sombre doucement et profondément. Elle vit extrêmement mal ce désamour. Seule sa sœur va lui tendre la main.  Tout le roman traite de cette difficulté à reprendre goût à la vie mais aussi de la perversité de la dépression et les points de non retour où elle peut mener. Il faut vraiment aller à la dernière page pour découvrir l’issue de cette histoire. Et le point final ne l’est peut-être pas, il laisse place derrière lui à toute interprétation personnelle. Au-delà de l’écriture fine, la construction du récit avec ses courts chapitres incite à une lecture rapide.

Comme dans presque tous les romans de David Foenkinos, l’Art est mentionné, tout comme la beauté et la littérature. Des sujets qu’il aime particulièrement. Ici, quelques allusions au  célèbre peintre Magritte viennent ponctuer le texte tout comme Flaubert et son Éducation sentimentale. Ces évocations peuvent être assimilées à la signature de Foenkinos.

Je vous laisse maintenant découvrir ce joli roman.

Bonne lecture chers Amis,

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/deux-soeurs-9782072841842-pr

Existe en ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782072841873/deux-s-urs-david-foenkinos

Autres chroniques sur des titres de David Foenkinos :

En cas de bonheur : https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/4462

Vers la beauté : https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/4075

 

 

Avis de lecture

Une mère, etc : une quête d’identité

UNE MERE ETC

Bonjour Les Amis,

Après Le berceau de Fanny Chesnel ou encore La Vengeance du loup de PPDA, je vous évoque encore une fois cette semaine un livre sur la filiation.

Voici aujourd’hui le dernier livre d’Isabelle Spaak, écrit cette fois à quatre mains avec Florence Billet, dont la vie est racontée dans ce roman paru hier aux éditions de L’Iconoclaste. Editeur dont j’apprécie souvent les titres.

L’essentiel du livre se déroule en Colombie. L’héroïne, Emmanuelle y est née puis a été abandonnée par sa mère avant d’être adoptée par une famille française. Toute l’histoire est basée sur la recherche de sa mère biologique dont elle apprend l’existence et le nom par hasard. Isabelle Spaak qui raconte cette aventure, nous fait traverser l’océan pour atterrir dans la région des Farc. La famille, la maternité, la quête de sa mère et celle de la narratrice, la loyauté envers les parents adoptifs sont des éléments importants de ce roman court et dont l’intrigue est bien menée. Sans aucun voyeurisme. Sans jugement. Juste la recherche de racines pour se construire au mieux.

Une fois de plus, comme elle sait si bien le faire, l’auteure signe un livre sur la famille et tous les liens complexes qui la constituent. L’ensemble avec une écriture ciselée, dynamique et efficace,

« UNE VIE PARFAITE, OU PRESQUE
Emmanuelle est fille de bonne famille. Ses cousins s’appellent
Hugues, Gontran, Maximilien. Elle connaît les bonnes manières,
s’habille en bleu marine, a des parents aimants. Mais ses cheveux
sont noir corbeau et sa peau, mate. Emmanuelle a été adoptée.
Le temps passe, et elle ressent le besoin profond de retrouver son
autre mère, tiraillée entre deux identités, deux continents. Alors,
elle décide de faire le voyage jusqu’en Colombie avec le grand
projet de retrouver celle qui lui a donné la vie.

En souvenir d’une très belle rencontre avec Isabelle Spaak, journaliste et écrivain mais surtout une femme empathique et sensible.

Bonne lecture chers Amis.

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/une-mere-etc-9782378800208-pr

Existe en ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782378800710/une-mere-etc-isabelle-spaak-florence-billet

 

Coup de cœur

La Vengeance du loup : une grande fresque familiale

CVT_La-vengeance-du-loup_9321

Bonjour les Amis,

C’est avec plaisir et impatience que je retrouvais la plume de Patrick Poivre d’Arvor en ouvrant son dernier livre paru chez Grasset la semaine dernière : La Vengeance du loup. Puis c’est avec délectation que j’ai poursuivi ma lecture. Immédiatement, l’histoire de Charles m’a happée. Cette grande fresque familiale sur trois générations d’hommes m’a transportée entre Paris, Alger, Marseille et de nouveau Paris avec une fin bretonne. Le jeune Charles perd sa maman à l’âge de douze ans. Sur son lit de mort elle lui fait une confidence qui va bouleverser sa vie et l’amener à faire des rencontres importantes pour lui. Charles découvrira un pan de sa vie et celle de sa famille qu’il ignorait complètement. La plume fine, épurée et efficace de l’auteur m’a transportée dans ce récit poignant. Même si de graves sujets que je ne dévoilerai pas sont abordés, ils le sont avec finesse et poésie. Jamais une scène d’amour physique ou de violence n’est décrite trop crûment.  Sans pour autant en minimiser l’intensité. Personnellement j’apprécie beaucoup.

Jusqu’où peut-on aller par amour ?  Peut-il nous faire franchir nos propres limites ? A quel point les circonstances de la vie nous amènent-elles sur des chemins parfois tortueux, parfois ambitieux ? Rien n’est écrit d’avance. Notre passé est ancré en nous, il nous façonne et dirige souvent notre vie.

Ce livre est divisé en deux grandes parties et la fin laisse suggérer une suite à venir. J’ai déjà hâte de la découvrir. Monsieur Poivre d’Arvor, quand pouvons-nous attendre ce prochain épisode ?

J’ai toujours admiré l’homme, le journaliste et l’écrivain, je suis donc ravie aujourd’hui de pouvoir m’exprimer sur un de ses ouvrages.

https://www.culture.leclerc/pageRecherche?q=LA+VENFEANCE+DU+LOUP&univers=all

En ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782246818106/la-vengeance-du-loup-roman-patrick-poivr

Bonne lecture chers Amis.

 

Coup de cœur

Le berceau : un tendre roman contemporain

img_1094

Bonjour les Amis,

Que faites-vous donc encore assis dans votre canapé à me lire ? Connectés, téléphone à la main. Levez-vous et filez acheter Le berceau de Fanny Chesnel paru chez Flammarion cette semaine ! Ou achetez le de suite en ebook. Ce second livre de l’auteure d’origine cherbourgeoise (tourlavillaise plus précisément) est une petite perle. Je viens de refermer le livre sur la dernière page et c’est un sentiment de plénitude qui m’envahit.

Fanny, avec ton récit aussi touchant que drôle, tu m’as glissée dans la valise de Joseph au-delà de l’océan Atlantique. Avec lui j’ai déserté notre beau Cotentin que tu décris si bien. Avec lui j’ai rencontré Abigail, cette jeune mère porteuse fougueuse, à la fois débordante d’énergie et de colère contre le monde qui l’entoure. J’ai assisté à la naissance de leur relation si attendrissante. Le temps de la lecture, je suis devenue l’ombre de ce normand rustre et sensible. Tu as su grâce à ton écriture fine et métaphorique aborder des thèmes contemporains sans jugement aucun de ta part. Sous le seul prisme des personnages. Homosexualité, GPA, deuil, famille, ruralité constituent entre autres la toile de fond de ton magnifique roman.

Voici donc un récit émouvant, rafraîchissant, avec des personnages attachants. Un récit qui aborde des sujets graves avec une rare tendresse écrit d’une plume particulièrement riche et créative. J’ai adoré ! Ne tardez plus, ouvrez la première page et vous non plus ne lâcherez plus ce livre original. Bonne lecture chers Amis et à très vite Fanny.

« Joseph fabrique le berceau de sa première petite-fille, lorsqu’un coup de téléphone l’interrompt. Un crash d’avion : son fils dedans, son gendre aussi. Et la petite alors ? Sauve, bien vivante ! Prête à naître, car grandissant dans le ventre d’une mère porteuse canadienne choisie par le couple homosexuel. Joseph n’a jamais foutu les pieds hors de sa Normandie natale, il a passé sa vie dans une ferme, vendu ses vaches, enterré sa femme : il n’a plus que cette enfant en tête. Alors il part. À la rencontre de la minuscule promesse qui prolonge l’existence de son fils. À la rencontre de la jeune étrangère, farouche et indomptable, qui la couve. Rien n’est simple dans cette histoire, mais il se lance, à plein régime, dans une réinvention audacieuse et poignante de la famille contemporaine. »
En ebook :
Pour rappel, Fanny Chesnel avait écrit un premier roman paru en 2011 chez Albin Michel. Une jeune fille aux cheveux blancs a été adapté ensuite au cinéma avec Fanny Ardant, Laurent Lafitte et Patrick Chenais sous le titre Les beaux jours.
Le livre :
L’ebook :

 

 

 

Coup de cœur

La mélancolie du kangourou : un roman lumineux

Bonsoir les Amis,

La voici de retour. Laure Manel avec ce nouveau titre La mélancolie du kangourou (aussi surprenant que son roman paru l’an dernier La délicatesse du homard).

Ce roman comme le précédent, m’a emportée avec douceur au cœur des vies bouleversées et bouleversantes de trois protagonistes tous aussi attachants les uns que les autres. Antoine, un jeune papa veuf ; Lou, sa petite fille, et Rose, une jeune fille au pair. Tout au long de la lecture j’ai réussi à me mettre alternativement dans la peau de chacun des personnages d’Antoine et de Rose. L’écriture délicate de Laure Manel exprime des sentiments forts avec beaucoup de pudeur. C’est une véritable mise en lumière du deuil et de la résilience dans un cocon de confiance, d’amour et filiation. L’auteure parvient à révéler les points positifs qui sont toujours sous-jacents dans chaque épreuve de la vie. Le plus difficile étant d’en prendre conscience et de vouloir l’accepter. Tout comme la remise en question des centres d’intérêts d’Antoine.

« Et si au lieu d’Avoir, il essayait d’Etre ? »

L’espoir et la bienveillance sont très présents. Une fois plongée dans ce roman, jusqu’à la dernière page j’avais beaucoup de mal à le poser. Il s’agit d’une histoire émouvante mais facile à lire à mettre en toutes les mains.

Très agréable lecture à tous chers Amis. Une fois n’est pas coutume, j’ose reconnaître avoir eu une pensée toute particulière à la lecture de ce roman…

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/la-melancolie-du-kangourou-9782749934679-pr#divdetaille

Existe aussi en ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782749937229/la-melancolie-du-kangourou-laure-manel

Pour rappel, il y a un an je vous avais écrit une chronique sur La délicatesse du homard dont je vous mets le lien ci-dessous :

http://www.michel-lafon.fr/livre/1875-La_Delicatesse_du_homard.html