Avis de lecture

Une mère, etc : une quête d’identité

UNE MERE ETC

Bonjour Les Amis,

Après Le berceau de Fanny Chesnel ou encore La Vengeance du loup de PPDA, je vous évoque encore une fois cette semaine un livre sur la filiation.

Voici aujourd’hui le dernier livre d’Isabelle Spaak, écrit cette fois à quatre mains avec Florence Billet, dont la vie est racontée dans ce roman paru hier aux éditions de L’Iconoclaste. Editeur dont j’apprécie souvent les titres.

L’essentiel du livre se déroule en Colombie. L’héroïne, Emmanuelle y est née puis a été abandonnée par sa mère avant d’être adoptée par une famille française. Toute l’histoire est basée sur la recherche de sa mère biologique dont elle apprend l’existence et le nom par hasard. Isabelle Spaak qui raconte cette aventure, nous fait traverser l’océan pour atterrir dans la région des Farc. La famille, la maternité, la quête de sa mère et celle de la narratrice, la loyauté envers les parents adoptifs sont des éléments importants de ce roman court et dont l’intrigue est bien menée. Sans aucun voyeurisme. Sans jugement. Juste la recherche de racines pour se construire au mieux.

Une fois de plus, comme elle sait si bien le faire, l’auteure signe un livre sur la famille et tous les liens complexes qui la constituent. L’ensemble avec une écriture ciselée, dynamique et efficace,

« UNE VIE PARFAITE, OU PRESQUE
Emmanuelle est fille de bonne famille. Ses cousins s’appellent
Hugues, Gontran, Maximilien. Elle connaît les bonnes manières,
s’habille en bleu marine, a des parents aimants. Mais ses cheveux
sont noir corbeau et sa peau, mate. Emmanuelle a été adoptée.
Le temps passe, et elle ressent le besoin profond de retrouver son
autre mère, tiraillée entre deux identités, deux continents. Alors,
elle décide de faire le voyage jusqu’en Colombie avec le grand
projet de retrouver celle qui lui a donné la vie.

En souvenir d’une très belle rencontre avec Isabelle Spaak, journaliste et écrivain mais surtout une femme empathique et sensible.

Bonne lecture chers Amis.

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/une-mere-etc-9782378800208-pr

Existe en ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782378800710/une-mere-etc-isabelle-spaak-florence-billet

 

Coup de cœur

La Vengeance du loup : une grande fresque familiale

CVT_La-vengeance-du-loup_9321

Bonjour les Amis,

C’est avec plaisir et impatience que je retrouvais la plume de Patrick Poivre d’Arvor en ouvrant son dernier livre paru chez Grasset la semaine dernière : La Vengeance du loup. Puis c’est avec délectation que j’ai poursuivi ma lecture. Immédiatement, l’histoire de Charles m’a happée. Cette grande fresque familiale sur trois générations d’hommes m’a transportée entre Paris, Alger, Marseille et de nouveau Paris avec une fin bretonne. Le jeune Charles perd sa maman à l’âge de douze. Sur son lit de mort elle lui fait une confidence qui va bouleverser sa vie et l’amener à faire des rencontres importantes pour lui. Charles découvrira un pan de sa vie et celle de sa famille qu’il ignorait complètement. La plume fine, épurée et efficace de l’auteur m’a transportée dans ce récit poignant. Même si de graves sujets que je ne dévoilerai pas sont abordés, ils le sont avec finesse et poésie. Jamais une scène d’amour physique ou de violence n’est décrite trop crûment.  Sans pour autant en minimiser l’intensité. Personnellement j’apprécie beaucoup.

Jusqu’où peut-on aller par amour ?  Peut-il nous faire franchir nos propres limites ? A quel point les circonstances de la vie nous amènent-elles sur des chemins parfois tortueux, parfois ambitieux ? Rien n’est écrit d’avance. Notre passé est ancré en nous, il nous façonne et dirige souvent notre vie.

Ce livre est divisé en deux grandes parties et la fin laisse suggérer une suite à venir. J’ai déjà hâte de la découvrir. Monsieur Poivre d’Arvor, quand pouvons-nous attendre ce prochain épisode ?

J’ai toujours admiré l’homme, le journaliste et l’écrivain, je suis donc ravie aujourd’hui de pouvoir m’exprimer sur un de ses ouvrages.

https://www.culture.leclerc/pageRecherche?q=LA+VENFEANCE+DU+LOUP&univers=all

En ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782246818106/la-vengeance-du-loup-roman-patrick-poivr

Bonne lecture chers Amis.

 

Coup de cœur

Le berceau : un tendre roman contemporain

img_1094

Bonjour les Amis,

Que faites-vous donc encore assis dans votre canapé à me lire ? Connectés, téléphone à la main. Levez-vous et filez acheter Le berceau de Fanny Chesnel paru chez Flammarion cette semaine ! Ou achetez le de suite en ebook. Ce second livre de l’auteure d’origine cherbourgeoise (tourlavillaise plus précisément) est une petite perle. Je viens de refermer le livre sur la dernière page et c’est un sentiment de plénitude qui m’envahit.

Fanny, avec ton récit aussi touchant que drôle, tu m’as glissée dans la valise de Joseph au-delà de l’océan Atlantique. Avec lui j’ai déserté notre beau Cotentin que tu décris si bien. Avec lui j’ai rencontré Abigail, cette jeune mère porteuse fougueuse, à la fois débordante d’énergie et de colère contre le monde qui l’entoure. J’ai assisté à la naissance de leur relation si attendrissante. Le temps de la lecture, je suis devenue l’ombre de ce normand rustre et sensible. Tu as su grâce à ton écriture fine et métaphorique aborder des thèmes contemporains sans jugement aucun de ta part. Sous le seul prisme des personnages. Homosexualité, GPA, deuil, famille, ruralité constituent entre autres la toile de fond de ton magnifique roman.

Voici donc un récit émouvant, rafraîchissant, avec des personnages attachants. Un récit qui aborde des sujets graves avec une rare tendresse écrit d’une plume particulièrement riche et créative. J’ai adoré ! Ne tardez plus, ouvrez la première page et vous non plus ne lâcherez plus ce livre original. Bonne lecture chers Amis et à très vite Fanny.

« Joseph fabrique le berceau de sa première petite-fille, lorsqu’un coup de téléphone l’interrompt. Un crash d’avion : son fils dedans, son gendre aussi. Et la petite alors ? Sauve, bien vivante ! Prête à naître, car grandissant dans le ventre d’une mère porteuse canadienne choisie par le couple homosexuel. Joseph n’a jamais foutu les pieds hors de sa Normandie natale, il a passé sa vie dans une ferme, vendu ses vaches, enterré sa femme : il n’a plus que cette enfant en tête. Alors il part. À la rencontre de la minuscule promesse qui prolonge l’existence de son fils. À la rencontre de la jeune étrangère, farouche et indomptable, qui la couve. Rien n’est simple dans cette histoire, mais il se lance, à plein régime, dans une réinvention audacieuse et poignante de la famille contemporaine. »
En ebook :
Pour rappel, Fanny Chesnel avait écrit un premier roman paru en 2011 chez Albin Michel. Une jeune fille aux cheveux blancs a été adapté ensuite au cinéma avec Fanny Ardant, Laurent Lafitte et Patrick Chenais sous le titre Les beaux jours.
Le livre :
L’ebook :

 

 

 

Coup de cœur

La mélancolie du kangourou : un roman lumineux

Bonsoir les Amis,

La voici de retour. Laure Manel avec ce nouveau titre La mélancolie du kangourou (aussi surprenant que son roman paru l’an dernier La délicatesse du homard).

Ce roman comme le précédent, m’a emportée avec douceur au cœur des vies bouleversées et bouleversantes de trois protagonistes tous aussi attachants les uns que les autres. Antoine, un jeune papa veuf ; Lou, sa petite fille, et Rose, une jeune fille au pair. Tout au long de la lecture j’ai réussi à me mettre alternativement dans la peau de chacun des personnages d’Antoine et de Rose. L’écriture délicate de Laure Manel exprime des sentiments forts avec beaucoup de pudeur. C’est une véritable mise en lumière du deuil et de la résilience dans un cocon de confiance, d’amour et filiation. L’auteure parvient à révéler les points positifs qui sont toujours sous-jacents dans chaque épreuve de la vie. Le plus difficile étant d’en prendre conscience et de vouloir l’accepter. Tout comme la remise en question des centres d’intérêts d’Antoine.

« Et si au lieu d’Avoir, il essayait d’Etre ? »

L’espoir et la bienveillance sont très présents. Une fois plongée dans ce roman, jusqu’à la dernière page j’avais beaucoup de mal à le poser. Il s’agit d’une histoire émouvante mais facile à lire à mettre en toutes les mains.

Très agréable lecture à tous chers Amis. Une fois n’est pas coutume, j’ose reconnaître avoir eu une pensée toute particulière à la lecture de ce roman…

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/la-melancolie-du-kangourou-9782749934679-pr#divdetaille

Existe aussi en ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782749937229/la-melancolie-du-kangourou-laure-manel

Pour rappel, il y a un an je vous avais écrit une chronique sur La délicatesse du homard dont je vous mets le lien ci-dessous :

http://www.michel-lafon.fr/livre/1875-La_Delicatesse_du_homard.html

 

Coup de cœur

Les petites victoires : une BD touchante sur l’autisme

lespetitesvictoires_plat1

 

Géniale ! Cette BD est géniale ! J’ai aimé autant l’histoire que le graphisme.

Voici la quatrième de couverture :

Le témoignage bouleversant d’un père sur le combat qu’il mène au quotidien avec son fils. Comment dire à son fils tant désiré qu’il est le plus formidable des petits garçons malgré le terrible diagnostic qui tombe comme un couperet : autisme, troubles psychomoteurs, inadaptation sociale…

C’est le combat que va mener ce père, resté uni à sa femme malgré leur séparation, pour transformer ensemble une défaite annoncée en formidables petites victoires.

Seule la couverture est en couleur. Le dessin noir et blanc est très sobre. Il me touche. J’admire la manière dont Yvon Roy, l’auteur-illustrateur, parvient à faire passer les émotions sur les visages des protagonistes. Son trait est extrêmement léger. Le dessin, et les textes m’apparaissent purs et sincères, simples et efficaces. Ce papa relate des tranches de vie. Il va souvent à l’encontre des conseils promulgués par les médecins et psychologues en tous genres. Sans pour autant rejeter leurs méthodes. Ce n’est pas un livre écrit dans la rébellion. Il ne veut juste pas instaurer de routine ni d’habitude avec son fils, comme c’est souvent préconisé dans les cas d’autisme. Il y préfère les traditions et de temps à autre les bouleversements. Il agit surtout avec une patience absolument inouïe et une dose d’amour incommensurable. C’est aussi cet amour qui aide le petit garçon à vivre comme presque tous les autres enfants.

Je pense que cet ouvrage émouvant peut éclairer les parents concernés par ce handicap, mais il peut également aider chacun d’entre nous dans notre vie de tous les jours. Par ses leçons de vie, par une philosophie que je trouve à la fois paisible mais déterminée.

J’aime un passage en particulier lorsque le papa dit la chose suivante :

« Je ne veux pas que mon fils apprenne à vivre avec le handicap, je veux qu’il surmonte son handicap. »

Je vous souhaite donc, chers Amis, une lecture bouleversante et enrichissante.

Yvon Roy est un auteur et illustrateur canadien. Il vit au Québec, près de Montréal. Les Petites Victoires est son premier titre chez Rue de Sèvres.

http://www.editions-ruedesevres.fr/les-petites-victoires

https://www.sequencity.com/fr-FR/books/22375/read?store_id=15

rentrée littéraire 2017

Parmi les miens : un premier roman qui interpelle

parmi les miens

Cher Amis bonsoir,

Je vous ai annoncé ce livre en fin de semaine dernière.

Voilà donc mon ressenti : Un vrai coup de cœur ! Il s’agit du premier roman de Charlotte Pons, fondatrice des ateliers d’écriture Engrenages & Fictions.

Le sujet poignant et délicat de la fin de vie, est abordé ici sans pitié et avec peu de compassion du point de vue de la narratrice. Cette dernière est l’une des trois enfants d’une femme victime d’un accident de la route qui la laisse en état de mort cérébrale. Sa famille ne partage pas immédiatement son opinion tranchée, peut-être réaliste mais sans doute trop directe et surtout trop rapide. 

 « Autant qu’elle meure »

Une histoire de famille dont chacun des membres possède une identité forte.

Au fil des pages on découvre qui est cette femme accidentée de la route et de la vie, ses secrets, ses non-dits, ses origines. La mauvaise communication qu’elle entretenait avec sa fille, la narratrice. Cette dernière est maman d’un bébé de moins d’un an. On comprend alors que tant qu’elle n’aura pas réglé certaines difficultés relationnelles avec sa propre mère, elle ne saura que difficilement exprimer son amour à son enfant. Cependant n’est-ce pas déjà trop tard ? Sa mère va-t-elle mourir ? Doit-elle mourir ?

« J’hésitais à me confier. À lui dire toute la difficulté à être mère quand la mienne est en train de mourir, lui dire tout ce qu’elle ne m’a pas transmis et que je devrai trouver seule désormais ; lui dire aussi toute l’intimité mêlée de défiance que j’éprouve pour mon bébé et qui me fait peur, me noue les tripes ; lui dire encore que je n’ai plus souvenir d’une telle intimité avec ma mère aujourd’hui que je suis adulte, et que ça aussi, ça me rend malade. « 

Ce livre laisse me laisse songeuse. Que ferais-je face à une telle situation ? Comment serais-je capable de réagir ? Aurais-je la lucidité de ne pas penser qu’à mes propres désirs ? Aujourd’hui oui, bien entendu j’en ai la certitude. Mais à ce jour, je ne connais pas cette situation. Et à chaque situation, une réaction différente. 

J’ai aimé de Charlotte Pons, sa plume incisive et directe où la tendresse trouve quand même sa place.

« Il y a peu de choses que je n’acceptais pas venant de maman. La voir mourir en faisait partie. »  

Je vous recommande donc vivement cet ouvrage, les Amis, qui ne vous laissera pas indifférent.

http://editions.flammarion.com/Catalogue/hors-collection/litterature-francaise/parmi-les-miens

Existe en version numérique sur :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782081414167/parmi-les-miens-charlotte-pons

 

Avis de lecture

LES DERNIERS JOURS DE RABBIT HAYES : drôle et triste à la fois…

rabbit hayes

Mia, surnommée affectueusement Rabbit, est en phase terminale de cancer. Ainsi dit, on pourrait penser, ouah ! plombant ce texte… or il n’est en absolument rien.

Ce livre relate les neufs derniers jours de la vie de Rabbit Hayes, mais aussi ces neufs jours vécus par chacun des membres de cette famille unie et un peu « folle-dingue », il faut le dire. Surtout les femmes, la mère en particulier, ma sœur, la meilleure amie…

La mère a un tempérament de feu et c’est sur elle que repose toute cette tribu tendre et touchante. Chacun des membres de cette famille a un franc-parler à mourir de rire, sans cynisme aucun, il faut lire ce livre pour comprendre cet humour parfois décapant. Tous sont très attachants. Rabbit, lors de ces longues phases de sommeil revit son passé, revoit son grand amour, le tout dans l’univers de la musique, passion qu’ils partageaient tous. Qu’adviendra-t-il de Juliet, la fille de Rabbit ? Comment envisager la vie de cette adolescente sans sa maman ?

J’ai vraiment vécu au sein de cette famille pendant près de trois cents pages. J’ai beaucoup ri, pleuré. J’ai adoré et maintenant je partage avec vous tous.

J’ai également beaucoup aimé de cette auteure, Anna Mac Partlin, Mon midi mon minuit. Je vous en parlerai ultérieurement.

https://www.cherche-midi.com/livres/les-derniers-jours-de-rabbit-hayes