Coup de cœur

Ma sœur, serial killeuse : un roman drôle et touchant

CVT_Ma-soeur-serial-killeuse_2445

Bonjour les Amis,

J’ai terminé la lecture d’un livre qui sort un peu des sentiers battus. Ma sœur, serial killeuseUne écriture fluide et limpide installée dans des chapitres courts, un intrigue bien menée, des personnages attachants, (même la serial killeuse), et voici la recette du page turner par excellence. Ce premier roman nigérien de Oyinkan Braithwaite laisse présager de prochaines belles lectures si elle décide de continuer dans cette voie. Dès la première page, je n’ai pas pu lâcher ce livre. C’est un roman à la fois léger, drôle et grave.

Résumé de l’éditeur Delcourt littérature :

« Korede est un peu amère. Il faut dire que sa sœur Ayoola abuse vraiment : non contente d’être la plus belle, la favorite, elle est aussi un peu/beaucoup sociopathe. Et voilà qu’elle l’appelle à nouveau au-secours sous prétexte que son amant numéro 3 est raide mort dans son salon. Avec le temps, Korede est passé experte pour faire disparaître les traces de sang, et le coffre de sa voiture est bien assez grand pour y cacher un cadavre. Et tout ça, sans un merci. Mais Korede a une vie à mener, elle aussi : elle est secrètement amoureuse de Tane, le séduisant médecin qu’elle croise tous les jours dans les couloirs de l’hôpital où elle travaille comme infirmière. Aussi, lorsque sa jeune sœur jette son dévolu sur Tane, Korede se trouve face à un dilemme : comment continuer à protéger sa sœur, sans risquer la vie de l’homme qu’elle aime ? »

Ayoola est une jeune femme à la beauté ravageuse, elle collectionne les amants puis les supprime avec un détachement naturel que seuls les sociopathes peuvent éprouver. Elle est capable de tuer puis danser ou choisir sa plus belle robe pour sortir à quelques heures d’intervalle sans le moindre scrupule. Si elle n’était pas sociopathe, on pourrait croire qu’elle dégage une candeur exacerbée et touchante. On lui pardonnerait presque ses crimes. En dépit du titre et du sujet, ce livre n’est pas un polar ni un roman noir. Il m’a fait sourire. Par certains côtés, il me rappelle avec plaisir le ton particulier que j’avais trouvé dans un précédent livre Eleanor Oliphant va très bien de Gael Honeyman, un premier roman paru chez Fleuve Editions en 2017.

Je vous laisse le soin de découvrir cette serial killeuse qui sans aucun doute retiendra aussi votre attention. Outre-Atlantique, lors de sa parution en fin d’année 2018, ce livre a fait le buzz sur de nombreux réseaux et médias.

https://www.culture.leclerc/pageRecherche?q=Ma%20soeur%2C%20serial%20killeuse&univers=all

En ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782413019305/ma-soeur-serial-killeuse-oyinkan-braithwaite?ac=1

Je vous joins ci-dessous la chronique d’Eleanor va très bien :

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/3489

Actu

Prix Landerneau BD

L’heureux gagnant est : … roulements de tambours…

Philippe Valette pour son ouvrage Jean Doux et le mystère de la disquette molle, paru aux éditions Delcourt en janvier dernier. Le prix a été remis ce soir par Michel Edouard Leclerc en personne, en présence du président du jury Juando Guardino, l’auteur de la série Blacksad. Tous deux sont membres du jury avec huit libraires des espaces culturels E.Leclerc.

L’auteur était touché et ému, ce qui ne laissa pas le public indifférent. La soirée qui suivit fut délicieusement agréable animée et sonore comme chaque année, et les rencontres entre auteurs, éditeurs et libraires multiples.

Bonne lecture chers Amis !

https://www.sequencity.leclerc/fr-FR/store_pages/563