Fête des pères·Idées cadeaux

De la lecture pour la fête des pères

Bonjour les Amis,

En panne d’idée cadeau pour vos papas ? Retrouvez  mes chroniques susceptibles de répondre aux attentes de ces messieurs ! Attention cette liste n’est pas exhaustive…

Bon rétablissement de Marie-Sabine Roger, éditions du Rouergue

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/4108

Existe aussi en DVD

https://www.culture.leclerc/video-u/films-u/comedies-u/dvd-u/-3475001042187-pr

Goldman Sucks de Pascal Grégoire, éditions Cherche Midi

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/4122

Vers la beauté de David Foënkinos, éditions Gallimard

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/4075

Du côté du bonheur d’Anna Mc Partlin, éditions Cherche Midi

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/4046

Millésime 54, ou Rhapsodie française d’Antoine Laurain, éditions Flammarion

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/4010

La disparition de Stephanie Mailer, L’affaire Harry Quebert, ou La maison des Baltimore, de Joël Dicker, éditions de Fallois,

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/3994

L’amour sans le faire de Serge Joncour, éditons Fammarion

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/3882

Mr Mercedes de Stephen King, éditions Albin Michel

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/3831

Il est toujours minuit quelque part de Cédric Lalaury, éditions Préludes

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/3796

Je peux me passer de l’aube d’Isabelle Alonso, éditions Héloïse d’Ormesson

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/1398

Seuls les enfants savent aimer de Cali, éditions Cherche Midi

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/3739

Continuer de Laurent Mauvigner, éditions de Minuit

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/3424

Le livre que je ne voulais pas écrire d’Erwan Lahrer, éditions Quidam

 

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/999

Rien n’est joué d’avance de Patrick Bourdet, éditions Fayard

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/1749

D’autres chroniques sont disponibles également sur ce blog.

Bonne lecture à tous.

 

Coup de cœur

La femme au carnet rouge : un roman tendre

carnet rouge

Bonjour les Amis,

Je vous ai déjà parlé d’Antoine Laurain, cet auteur dont j’apprécie beaucoup l’écriture claire et fluide. J’aime tout autant ses histoires simples et douces qui réunissent peu de personnages, toujours attachants. Elles me distraient chaque fois. Celle-ci, parue en 2014 chez Flammarion est très tendre. Je me suis laissée porter par le dépit de Laure et la quête de Laurent, les deux principaux protagonistes.  Le rythme est enlevé et à la fois beaucoup d’émotions et de douceur émanent de ces pages qui se dévorent plus qu’elle ne se lisent.

Pourrais-je conclure qu’à chaque malheur quelque chose est bon ?

Je vous laisse le découvrir !

Résumé de l’éditeur :

« Un soir à Paris, une jeune femme se fait voler son sac à main. Laurent le découvre le lendemain, abandonné dans la rue, tout près de sa librairie. S’il ne contient plus de papiers d’identité, il recèle encore une foule d’objets qui livrent autant d’indices sur leur propriétaire : photos, notes, flacon de parfum… Désireux de la retrouver, l’homme s’improvise détective. À mesure qu’il déchiffre le carnet rouge contenant les pensées secrètes de Laure, le jeu de piste se mue en une quête amoureuse qui va bouleverser leurs vies. Orchestrant avec humour coïncidences et retournements de situation, Antoine Laurain signe une délicieuse comédie romantique qui rend hommage au besoin de merveilleux sommeillant en chacun de nous. »

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/la-femme-au-carnet-rouge-9782081295940-pr

Existe aussi en poche :

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/la-femme-au-carnet-rouge-9782290104637-pr

Et en ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/search?words=la+femme+au+carnet+rouge&action=

Pour rappel, je vous avais déjà parlé des livres d’Antoine Laurain, à savoir :

Millésime 54

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/4010

Raphsodie française

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/368

Antoine Laurain avait remporté le prix Landerneau découverte en 2012 avec un titre que j’avais aussi beaucoup aimé : Le chapeau de Mitterrand. Titre dont je vous parlerai dans un prochaine chronique.

 

Avis de lecture

Millésime 54 : un voyage dans le temps

img_1863

Bonjour les Amis,

Comment réagiriez-vous si tout à coup vous faisiez un bon en arrière dans le temps ? Un bond de plus soixante ans ? Vous y découvririez une vie au mode de fonctionnement inimaginable de nos jours. Vous seriez perdus. C’est ce qui arrive aux quatre personnages principaux du nouveau roman d’Antoine Laurain, Millésime 54 paru chez Flammarion il y a quelques jours. La dégustation d’un vin de 1954 les envoie dans cette année. Un roman frais, original, distrayant. Comme dans chacun de ses livres, l’auteur nous présente des protagonistes attachants. Toute la lecture est ponctuée de rencontres improbables avec des personnalités telles que Salvador Dali, Edith Piaf, Jean Gabin, Jean Cocteau, Marcel Aimé, Audrey Hepburn et quelques autres encore. Les Halles de Paris ont retrouvé leur fonction d’antan, les téléphones portables ont disparu, le TGV n’existe pas plus que le mariage homosexuel ou le droit à l’avortement. Quant à imaginer un homme noir diriger les Etats-Unis ou un femme à la tête de l’Allemagne ! Autant vous dire que nos héros vivent des anachronismes qu’ils ne s’expliquent guère…

Pour ma part j’ai terminé la lecture de ce livre dans un avion qui m’envoyait dans une destination lointaine, j’ai donc ainsi doublement voyagé. Tant dans le temps que dans l’espace.

Un roman agréable et propice à la détente.

Je vous ai déjà parlé de cet auteur avec ma chronique sur Rhapsodie française.

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/368

Antoine Laurain avait remporté le prix Landerneau découverte en 2012 avec un titre que j’avais aussi beaucoup aimé : Le chapeau de Mitterrand. Je vous conseille également La femme au carnet rouge.

Bonne lecture chers Amis.

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/-9782081408654-pr

Existe aussi en ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782081408661/millesime-54-antoine-laurain

Avis de lecture

L’amour sans le faire

L'AMOUR SANS LE FAIRE

Bonsoir les Amis,

Je ferme à l’instant la dernière page de ce très beau roman de Serge Joncour, L’amour sans le faire. Une fois de plus l’auteur peint les atmosphères à merveille. Ici elle est à la fois douillette et fébrile.

Un homme de quarante ans qui vit seul, meurtri par la vie, reviens chez ses parents à qui il ne parle plus depuis dix ans. Sur place, il rencontre une femme, une âme en peine elle aussi, maman d’un petit garçon qui lui rappelle étrangement son frère disparu.

Une écriture poétique pour décrire des sentiments et des mots qu’on ne dit pas. Une précarité. Une relation parents enfant compliquée voire absente. Un amour impossible qu’il vaut mieux ne pas faire. Une tendresse. L’espérance. Toutes ces vibrations constituent les ingrédients de ce roman. La plume si particulière et délicate d’un auteur à l’apparence de grand gaillard. Ce grand gaillard j’ai eu la chance de le rencontrer, sa carrure d’homme costaud aux larges épaules est rehaussée par un regard empreint de douceur. Quand je le lis, j’ai chaque fois le sentiment de retrouver une part de lui dans ses personnages.

Je ne vous en dirai pas plus pour vous laisser le plaisir d’ouvrir la première page et vous laisser happer par l’histoire tout en douceur et délicatesse.

Bonne lecture chers Amis

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/l-amour-sans-le-faire-9782290072264-pr

Existe en ebook

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782081291058/l-amour-sans-le-faire-serge-joncour

JONCOURPhoto David Ignaszewski © Flammarion

Actu

Alice Zeniter remporte le prix Landerneau des lecteurs 


Hier soir, dans une petite rue parisienne, tout près de la rue Dauphine, j’assistais à une remise de prix littéraire. Le prix Landerneau des lecteurs a été remis par Michel-Édouard Leclerc en personne à Alice Zeniter pour son roman commis chez Flammarion : L’art de perdre.

La jeune auteure est apparue émue et heureuse. Le président du jury, Christophe Ono-dit-Bio l’a chaleureusement félicitée. Quant à son roman à succès, il promet de belles heures de lecture à chacun d’entre nous, chers Amis.

@MELeclerc

Coup de cœur·rentrée littéraire 2017

Femme à la mobylette

Chers Amis,femme à la mobylette

Je vous l’avais promis. Voilà mon coup de cœur de la semaine.

Reine. J’aurais pu supposer qu’avec un tel prénom, l’héroïne de ce livre eut un autre destin. Cependant le sien est plutôt terne. Reine, maman de trois enfants, peu coquette, sans famille, sans emploi, quittée par son mari, a une vie misérable. Jusqu’au jour où elle trouve une mobylette.

A partir de là, le cours de sa vie change. Elle redécouvre l’amour. La lumière qu’il apporte provoque en elle une étincelle d’espoir, une envie de croire au bonheur possible pour elle et ses enfants. J’aime l’atmosphère particulière de ce roman. A la fois tout en rêve et en réalité brutale. On ne sait à quelle période situer l’histoire. Plutôt contemporaine me semble-t-il, or rien ne l’évoque ni le précise. Aucune importance, j’aime cette part de mystère aussi.

Le livre débute par une scène épouvantable qui plante l’ambiance immédiatement. On y perçoit le désespoir et la misère humaine en quelques lignes qui donnent envie de découvrir les suivantes. Reine qui se sent humiliée par la vie, par les autres, par son manque de connaissances, possède une intelligence émotionnelle hors du commun. Elle la ressent de manière si intense parfois, qu’elle en est complètement décalée par rapport aux autres qui pourraient la prendre pour folle. Cette pauvre femme s’invente des mots qu’elle récite et auxquels elle se raccroche pour se créer son propre monde. Pour fuir la réalité. La folie qui rôde. Pour survivre. Car son pire ennemi est l’insignifiance. Terrible. Elle parvient à la combattre grâce à son nouvel amour et ses récitations.

« Désormais ils pourront faire face ensemble à la brutalité de ce monde qui ne dit jamais son nom et qu’ils subissent pourtant depuis tant d’années avec la même violence : l’insignifiance. »

Reine, cette femme fragile fait preuve d’un grande volonté et force de caractère. Voici un passage que j’affectionne particulièrement. Il me parle. Il décrit bien sa personnalité :

« il aime les points forts de sa mère, son courage, sa vivacité, son acharnement à vouloir transformer la réalité avec ses tissanderies, sa propension aussi à l’émerveillement tout en sachant que son comportement volontariste, cette violence qu’elle se fait subir à elle-même pour être à la hauteur, n’ont pour socle que son extrême fragilité. » 

Tout est dit là sur l’héroïne. Ouah !

L’écriture poétique, fine, et ciselée de Jean-Luc Seigle me touche. Il décortique avec finesse et pudeur les profondeurs de l’âme humaine. Il a réussi à me faire pénétrer dans l’univers quelque peu surréaliste de Reine. Et je m’y sentais bien.

J’adore ce que j’appelle :  » les livres à atmosphère« . Ils ne me laissent jamais indifférente et je m’en souviens longtemps. Je n’avais encore lu aucun livre de Jean-Luc Seigle mais suis bien décidée à découvrir d’autres ouvrages de cet auteur remarquable et remarqué.

Une parution de cette rentrée littéraire à ne pas manquer. Bonne lecture à tous !

http://editions.flammarion.com/Catalogue/hors-collection/litterature-francaise/femme-a-la-mobylette

Existe aussi en ebook sur : https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782081378698/femme-a-la-mobylette-jean-luc-seigle

rentrée littéraire 2017

Parmi les miens : un premier roman qui interpelle

parmi les miens

Cher Amis bonsoir,

Je vous ai annoncé ce livre en fin de semaine dernière.

Voilà donc mon ressenti : Un vrai coup de cœur ! Il s’agit du premier roman de Charlotte Pons, fondatrice des ateliers d’écriture Engrenages & Fictions.

Le sujet poignant et délicat de la fin de vie, est abordé ici sans pitié et avec peu de compassion du point de vue de la narratrice. Cette dernière est l’une des trois enfants d’une femme victime d’un accident de la route qui la laisse en état de mort cérébrale. Sa famille ne partage pas immédiatement son opinion tranchée, peut-être réaliste mais sans doute trop directe et surtout trop rapide. 

 « Autant qu’elle meure »

Une histoire de famille dont chacun des membres possède une identité forte.

Au fil des pages on découvre qui est cette femme accidentée de la route et de la vie, ses secrets, ses non-dits, ses origines. La mauvaise communication qu’elle entretenait avec sa fille, la narratrice. Cette dernière est maman d’un bébé de moins d’un an. On comprend alors que tant qu’elle n’aura pas réglé certaines difficultés relationnelles avec sa propre mère, elle ne saura que difficilement exprimer son amour à son enfant. Cependant n’est-ce pas déjà trop tard ? Sa mère va-t-elle mourir ? Doit-elle mourir ?

« J’hésitais à me confier. À lui dire toute la difficulté à être mère quand la mienne est en train de mourir, lui dire tout ce qu’elle ne m’a pas transmis et que je devrai trouver seule désormais ; lui dire aussi toute l’intimité mêlée de défiance que j’éprouve pour mon bébé et qui me fait peur, me noue les tripes ; lui dire encore que je n’ai plus souvenir d’une telle intimité avec ma mère aujourd’hui que je suis adulte, et que ça aussi, ça me rend malade. « 

Ce livre laisse me laisse songeuse. Que ferais-je face à une telle situation ? Comment serais-je capable de réagir ? Aurais-je la lucidité de ne pas penser qu’à mes propres désirs ? Aujourd’hui oui, bien entendu j’en ai la certitude. Mais à ce jour, je ne connais pas cette situation. Et à chaque situation, une réaction différente. 

J’ai aimé de Charlotte Pons, sa plume incisive et directe où la tendresse trouve quand même sa place.

« Il y a peu de choses que je n’acceptais pas venant de maman. La voir mourir en faisait partie. »  

Je vous recommande donc vivement cet ouvrage, les Amis, qui ne vous laissera pas indifférent.

http://editions.flammarion.com/Catalogue/hors-collection/litterature-francaise/parmi-les-miens

Existe en version numérique sur :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782081414167/parmi-les-miens-charlotte-pons