Actu

Ma Reine : Prix Femina des lycéens

prix premier romanma reine

Bonsoir Chers Amis,

C’est avec beaucoup de plaisir que je vous annonce ce soir que Ma Reine, de Jean-Baptiste Andrea dont je vous ai déjà parlé, a remporté ce mercredi 6 décembre le prix Femina des lycéens, après avoir remporté le mois dernier le prix du Premier roman. Publié chez L’Iconoclaste  pendant la rentrée littéraire 2017, il a déjà rencontré un fort succès en librairie.

J’ai aimé ce livre dès la lecture de la première page, de la première ligne.

« Je tombais, je tombais et j’avais oublié pourquoi. C’était comme si j’étais toujours tombé. Des étoiles passaient au-dessus de ma tête, sous mes pieds, autour de moi, je moulinais pour m’y raccrocher mais je n’attrapais que du vide. Je tourbillonnais dans un grand souffle d’air mouillé. »

Les personnages de Shell et Viviane m’ont touchée, ils sont extrêmement attachants et prennent vie à la lecture de leur histoire. Comme un bourgeon qui éclot d’un coup.

Un grand bravo à Jean-Baptiste qui reçoit ce prix si mérité. J’ai depuis le début défendu ce livre, et je continuerai à le faire avec plaisir et conviction.

Chronique de juillet :

J’ai adoré ! L’écriture est fine, poétique, pleine de métaphores, de personnifications. J’ai immédiatement été happée par l’atmosphère du texte, elle est forte et puissante d’un bout à l’autre du livre. Je suis entrée dans l’histoire, dans la tête et le corps de Shell. La domination forte de Viviane sur le jeune garçon est extrêmement bien exprimée, de manière fine et subtile. Quant à la fascination de Shell pour son amie, elle est plus que perceptible, à travers les mots de l’auteur, on pourrait presque toucher du bout des doigts le cordon invisible qui le lie à elle. Shell est différent des autres enfants de son âge, mais il est néanmoins très malin, une forme d’intelligence émotionnelle émane de lui de façon omniprésente. J’ai souvent souri en visualisant tous ses subterfuges pour rencontrer ou croiser Viviane.

Je pourrais en parler longtemps encore, une pluie de mots pourrait continuer à sortir de ma bouche ou du bout de mes doigts sur mon clavier. Je vais donc arrêter ici.

Je n’ai qu’une seule conclusion à proposer : pourquoi Jean-Baptiste Andrea a-t-il attendu autant de temps pour publier son premier roman ? C’est la vraie question !

https://www.editions-iconoclaste.fr/livres/ma-reine/

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/169

https://www.facebook.com/pg/RomanMaReine/reviews/?ref=page_internal

Existe aussi en numérique :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9791095438441/ma-reine-jean-baptiste-andrea

 

 

Actu·Coup de cœur

Ma Reine : Prix Femina des lycéens

prix premier romanma reine

Bonsoir Chers Amis,

C’est avec beaucoup de plaisir que je vous annonce ce soir que Ma Reine, de Jean-Baptiste Andrea dont je vous ai déjà parlé, a remporté ce mercredi 6 décembre le prix Femina des lycéens, après avoir remporté le mois dernier le prix du Premier roman. Publié chez L’Iconoclaste  pendant la rentrée littéraire 2017, il a déjà rencontré un fort succès en librairie.

J’ai aimé ce livre dès la lecture de la première page, de la première ligne.

« Je tombais, je tombais et j’avais oublié pourquoi. C’était comme si j’étais toujours tombé. Des étoiles passaient au-dessus de ma tête, sous mes pieds, autour de moi, je moulinais pour m’y raccrocher mais je n’attrapais que du vide. Je tourbillonnais dans un grand souffle d’air mouillé. »

Les personnages de Shell et Viviane m’ont touchée, ils sont extrêmement attachants et prennent vie à la lecture de leur histoire. Comme un bourgeon qui éclot d’un coup.

Un grand bravo à Jean-Baptiste qui reçoit ce prix si mérité. J’ai depuis le début défendu ce livre, et je continuerai à le faire avec plaisir et conviction.

Chronique de juillet :

J’ai adoré ! L’écriture est fine, poétique, pleine de métaphores, de personnifications. J’ai immédiatement été happée par l’atmosphère du texte, elle est forte et puissante d’un bout à l’autre du livre. Je suis entrée dans l’histoire, dans la tête et le corps de Shell. La domination forte de Viviane sur le jeune garçon est extrêmement bien exprimée, de manière fine et subtile. Quant à la fascination de Shell pour son amie, elle est plus que perceptible, à travers les mots de l’auteur, on pourrait presque toucher du bout des doigts le cordon invisible qui le lie à elle. Shell est différent des autres enfants de son âge, mais il est néanmoins très malin, une forme d’intelligence émotionnelle émane de lui de façon omniprésente. J’ai souvent souri en visualisant tous ses subterfuges pour rencontrer ou croiser Viviane.

Je pourrais en parler longtemps encore, une pluie de mots pourrait continuer à sortir de ma bouche ou du bout de mes doigts sur mon clavier. Je vais donc arrêter ici.

Je n’ai qu’une seule conclusion à proposer : pourquoi Jean-Baptiste Andrea a-t-il attendu autant de temps pour publier son premier roman ? C’est la vraie question !

https://www.editions-iconoclaste.fr/livres/ma-reine/

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/169

https://www.facebook.com/pg/RomanMaReine/reviews/?ref=page_internal

Existe aussi en numérique :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9791095438441/ma-reine-jean-baptiste-andrea

 

 

Coup de cœur

MA REINE : mon favori paraît dès demain

ma-reine-def3

Ma Reine. Je vous l’avais annoncé le mois dernier car j’ai eu le bonheur de le découvrir en amont de sa sortie officielle. Je l’ai tant aimé que je vous en reparle pour vous dire qu’il sera officiellement en librairie dès demain matin, 30 août. Ne le manquez pas ! vraiment, vous ne le regretterez pas.

 

Jean-Baptiste Andréa est scénariste et réalisateur. Il publie avec Ma Reine, son premier roman. Un roman qui promet un grand succès en librairie. Ma Reine est mon petit chouchou…

J’ai adoré ! L’écriture est fine, poétique, pleine de métaphores, de personnifications. J’ai immédiatement été happée par l’atmosphère du texte, elle est forte et puissante d’un bout à l’autre du livre. Je suis entrée dans l’histoire, dans la tête et le corps de Shell. La domination forte de Viviane sur le jeune garçon est extrêmement bien exprimée, de manière fine et subtile. Quant à la fascination de Shell pour son amie, elle est plus que perceptible, à travers les mots de l’auteur, on pourrait presque toucher du bout des doigts le cordon invisible qui le lie à elle. Shell est différent des autres enfants de son âge, mais il est néanmoins très malin, une forme d’intelligence émotionnelle émane de lui de façon omniprésente. J’ai souvent souri en visualisant tous ses subterfuges pour rencontrer ou croiser Viviane.

Je pourrais en parler longtemps encore, une pluie de mots pourrait continuer à sortir de ma bouche ou du bout de mes doigts sur mon clavier. Je vais donc arrêter ici.

Je n’ai qu’une seule conclusion à proposer : pourquoi Jean-Baptiste Andrea a-t-il attendu autant de temps pour publier son premier roman ? C’est la vraie question !

https://www.editions-iconoclaste.fr/livres/ma-reine/

https://www.culture.leclerc/pageRecherche?q=ma+reine&univers=all