La vengeance m’appartient : Marie NDiaye maîtrise l’ambiguïté vertigineuse

Bonsoir les Amis, Marie NDiaye fait vaciller son lecteur en écrivant dans une langue qui n’appartient qu’à elle. Envoûtante, tortueuse et infiniment riche. Aucun mot n’est laissé au hasard. La justesse est de rigueur dans un rythme ponctué de longs monologues quelquefois hallucinants et déroutants.   Résumé de Gallimard : Me Susane, quarante-deux ans, avocate récemment... Lire la Suite →

Retour en haut ↑