Avis de lecture

Une rhapsodie française : un roman contemporain à souhait

IMG_1853

Bonsoir les Amis,

J’ai déjà évoqué devant vous cet ouvrage d’Antoine Laurain, or je ne vous l’avais jamais réellement présenté.

« Une rhapsodie est un mouvement musical dans lequel il se passe beaucoup de choses, et bien il se passe beaucoup de choses dans le livre », dit l’auteur.

Une lettre, reçue un matin avec trente-trois années de retard, pourrait bouleverser la vie de musiciens d’un ancien groupe de musique pop new wave.

Plusieurs protagonistes hauts en couleurs, aux personnalités et aux vies complètement différentes, dans ce roman à la fois très contemporain et un peu nostalgique des années 80. Le personnage principal, qui reçoit la fameuse lettre, se lance dans un parcours initiatique pour retrouver ses anciens camarades. Mon préféré est JBM un riche entrepreneur du Net, grand visionnaire modeste et pudique. J’ai également pu imaginer quelques individus bénéficiant actuellement d’une notoriété publique, tandis que d’autres personnages sont clairement cités et identifiés. L’auteur dresse ainsi un portrait de la France de nos jours. J’aime beaucoup l’ambiance qui règne dans ces pages écrites avec la sobriété propre à Antoine Laurain. Une petite pointe de romantisme vient également discrètement s’y glisser.

Passons-nous à côté de nos vies ? Nos vies auraient-elles pu être autres ? Ces questions, chacun d’entre nous nous se les a déjà posées.

La plume claire, fluide et moderne d’Antoine Laurain me pousse à le suivre avec beaucoup d’attention.
J’avais déjà beaucoup aimé Chapeau de Mitterrand (prix Landerneau découverte 2012) et La femme au carnet rouge (2014), ainsi que Millésime 54 publiés chez Flammarion.
Ouvrage à dévorer sans modération et rapidement ! N’hésitez plus chers amis.

Bonne lecture.

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/rhapsodie-francaise-9782081360082-pr

Existe en ebook

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782081360099/rhapsodie-francaise-antoine-laurain

 

billet d'humeur

La mer m’invite

img_6683

Bonjour les Amis,

La mer est calme et lisse. Son teint est d’un bleu pâle à cette heure si matinale. Je vois sa couleur changer doucement et se foncer légèrement à la lueur du jour naissant. J’entends juste le petit clapotis cristallin de l’eau sur le sable fin. Il n’y a pas de vent aujourd’hui, donc pas de grondement sourd non plus. Aucune écume. Assise sur un rocher, la mer essaie juste de me lécher les pieds. Elle m’invite à la rejoindre, m’incite à partager son calme. A plonger en elle et son silence. Je résiste encore. J’ai besoin de temps. Le temps de me laisser charmer par son appel. Quand je céderai elle me bercera et mon corps entier flottera. Elle me portera. Je serai légère et vide. Je serai bien.

Belle journée à tous chers Amis.

Rentrée littéraire 2018

Tous les hommes désirent naturellement savoir

NINA B

Bonsoir les Amis,

Voilà, j’ai fermé le nouveau livre de Nina Bouraoui sur sa dernière page. Tous les hommes désirent naturellement savoir, paru aux éditions JC Lattès le 22 août. J’avais déjà eu envie d’en ouvrir la première page en juin, avant sa sortie officielle, tandis que je voyais l’auteure le présenter. J’ai eu cette chance de l’entendre parler elle-même, avec ses propres mots et sa propre émotion du contenu de ce nouveau né. Sa détermination à vouloir révéler qui elle est vraiment mêlée à sa fragilité apparente m’avait touchée. Le temps a passé, m’a dépassée, et ce livre était resté sur ma PAL (pile à lire) jusqu’à ce que je rencontre à nouveau Nina Bouraoui la semaine dernière. Après avoir revu l’auteure, j’ai réalisé qu’il me fallait vraiment découvrir ses écrits au plus vite.

J’ai voyagé avec douceur entre l’Algérie, la France et son homosexualité. Elle dit elle-même avoir trois nationalités. Homosexuelle née d’une mère française et d’un père algérien. J’ai erré avec Nina dans Paris et le milieu des filles, J’ai traversé le désert algérien avec sa mère et sa sœur. J’ai découvert ses premiers émois. J’ai compris cette souffrance inconnue. Nina raconte l’origine de l’amour, la naissance du désir et celle de la peur.

Ce livre est écrit avec une alternance rythmée entre les chapitres. Ils m’ont emportée d’une époque à une autre, d’un pays à un autre. Entre Souvenir et Devenir. C’est la première fois que l’auteure révèle aussi nettement son homosexualité, son identité comme elle la décrit, et la difficulté à l’assumer surtout quand elle est jeune. Alors que pourtant, qui peut donc avoir la légitimité pour porter un jugement sur la sexualité d’autrui ?

Lors de son intervention à La Grande Librairie hier soir, elle a expliqué avoir ressenti une réelle colère et une envie d’oser parler plus ouvertement il y a cinq ans, lors des polémiques sur le mariage pour tous. Elle ne supportait plus les humiliations entendues. Sa détermination à être elle-même l’a menée à cette écriture violente.

« L’écriture n’apaise pas. C’est le feu sur le feu. »

Elle a conclu son entretien en déclarant qu’elle est peut-être écrivain car elle est homosexuelle…

Bonne lecture à tous chers Amis

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/tous-les-hommes-desirent-naturellement-savoir-9782709660686-pr

Existe en ebook

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782709660259/tous-les-hommes-desirent-naturellement-savoir-nina-bouraoui

Actu

Marceline Loridan-Ivens

img_7851

Bonjour les Amis,

Hier nous avons appris la mort de Marceline Loridan-Ivens. Camarade de déportation de Simone Weil, elles s’étaient rencontrées au camp de Auschwitz-Birkenau. Née Rosenberg, Marceline Loridan-Ivens s’est éteinte à Paris à l’âge de 90 ans après une vie consacrée à dénoncer la justice et la violence.

Elle avait été déportée en 1944 avec son père. Ce père qui lui avait dit qu’il ne reviendrait pas contrairement à elle. Est-ce ce qui l’a fait tenir face aux horreures vécues dans ce camp de la mort ? Pendant leur détention, son père avait réussi à lui faire passer un mot qui commençait ainsi : “Ma chère petite fille…” La suite, Marceline l’a oubliée tant elle avait été déshumanisée. Cependant le contenu de ce message semble l’avoir obsédée tout au long de sa vie.

C’est la raison pour laquelle elle a souhaité lui écrire elle aussi. Une lettre, dans un livre intitulé Et tu n’es pas revenu, avec l’aide de l’écrivaine Judith Perrignon.

Hier soir, François Busnel lui a rendu hommage dans son émission La Grande Librairie en rediffusant l’entretien qu’il avait eu avec elle en 2015 à l’occasion de la sortie de son livre. Un entretien très émouvant qui m’a donné envie de découvrir le contenu de cet ouvrage. J’en ai donc commencé la lecture ce matin avant le lever du jour pour terminer à l’aube. Je ne vous en dirai pas plus, il est difficile de résumer des émotions si fortes. Cette lettre à son père est une déclaration d’amour dans laquelle on y sent cruellement le manque et le questionnement de ce qu’aurait été une vie avec lui, vivant. Mais aussi le regret du retour sans lui :

Mais nous aurions été deux à savoir. Nous n’en n’aurions peut-être pas parlé souvent, mais les relents, les images, les odeurs et la violence des émotions nous auraient traversés comme des ondes, même en silence, et nous aurions pu diviser le souvenir par deux.”

J’ai trouvé cette phrase absolument puissante et intense.

Cette lettre relate aussi des épisodes de la vie dans ce camp. Sa rencontre avec Mengele, celui qui décidait avec son bâton qui méritait la vie ou la mort. Celui qui sélectionnait.

J’ai tourné au bout du bâton de Mengele, comme à l’arrivée, la sélection encore. J’ai cru mon heure venue…/…”

Ce type de témoignage important nous rappelle juste à quel point nous devrions tous nous dire, qui que nous soyons sur terre, Plus jamais

C’est un livre très court à mettre entre toutes les mains.

https://www.culture.leclerc/livre-u/arts-culture–societe-u/questions-de-societe–politique-economie-societe-u/et-tu-n-es-pas-revenu-9782246853916-pr

Existe en ebook

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782246853923/et-tu-n-es-pas-revenu-judith-perrignon-marceline-loridan-ivens

A bientôt chers Amis.

billet d'humeur

La tresse : un phénomène littéraire adapté à la jeunesse

Bonsoir les Amis,

Souvenez-vous de ce fabuleux roman chorale paru il y a un an : La tresse écrit par Laetitia Colombani. Ses six-cent mille exemplaires vendus depuis et ses vingt-neuf traductions ont convaincu les éditions Grasset d’adapter ce roman en album pour la jeunesse. Quelle excellente initiative ! J’avais vraiment adoré cet ouvrage qui traitait de discrimination, courage, et combat pour l’indépendance des femmes. Faire découvrir ces thématiques aux plus jeunes est une belle manière de leur ouvrir l’esprit.

Clémence Pollet s’est attachée avec talent à déposer des couleurs sur ce roman déjà lumineux. Centrée sur la partie indienne du roman, La Tresse ou le voyage de Lalita paraîtra le 14 novembre.

Pour rappel voici le lien de ma chronique publiée l’an dernier sur ce roman :

https://laparenthesedeceline.com/2017/07/08/la-tresse/

Coup de cœur·Rentrée littéraire 2018

La Vraie vie, un premier roman grandiose

la vraie vie

Bonjour les Amis,

Je souhaite plus que tout partager avec vous les sensations que j’ai ressenties en me plongeant dans ce premier roman : La Vraie vie, d’Adeline Dieudonné. Si je n’avais droit qu’à un seul mot ce serait Wouah ! Cependant, ce serait ternir ce sublime ouvrage que d’utiliser un si pauvre mot, j’y préfère donc : Grandiose. Je ne peux qu’écrire cette chronique en musique, vous comprendrez pourquoi à la vingt-sixième page précisément. Il s’agit de belle et Grande musique, à savoir La valse des fleurs de Tchaïkowsky, si envoûtante. Je soupçonne même l’auteure d’avoir elle aussi laissé ses doigts s’égarer sur son clavier au rythme du célèbre ballet Casse-noisette.

L’héroïne, une toute jeune fille que j’ai suivie depuis l’âge de ses dix ans jusqu’à ses quinze ans, n’est jamais nommée. Elle est la narratrice. Son frère Gilles, de quatre ans son cadet devient, après un violent traumatisme pour eux deux, sa véritable raison de vivre. Son amour immensément grand pour lui ainsi que son besoin viscéral de le protéger et le sauver lui procure une force incommensurable. Cette enfant possède au fond de son ventre un courage incroyable. Dotée d’une intelligence hors du commun, elle apprend à se battre contre tous ceux qui se placent en travers de son chemin. A commencer par son propre père sadique. Cette famille issue d’un milieu populaire ne communique qu’avec violence et dans la peur, sinon aucunement. Au fil des pages, j’ai vu l’héroïne grandir et assister aux transformations de son corps. Celui qui devient son seul allié. Celui qui à la fois lui est doux mais celui aussi dans lequel s’abrite une rage de vivre intense et profonde. Egalement une rage contre ses ennemis. Une rage bestiale salvatrice et nécessaire. Cette jeune fille s’interdit de ressembler à sa mère. Elle s’interdit de devenir une proie ou une victime et elle met tout en œuvre pour parvenir à ses fins. J’ai aussi remarqué l’évolution de son langage au fur et à mesure de sa croissance. Cette prouesse littéraire est réalisée avec une grande finesse.

Ce livre m’a subjuguée, possédée, émue. Tous les personnages sont sauvages et entiers. Je suis admirative de cette jeune fille. Cette histoire est enveloppée d’une atmosphère palpable, singulière et fébrile dans laquelle j’ai immergé dès les premières pages. J’ai immédiatement pénétré l’univers dans lequel l’auteure m’attirait. Comme si elle m’avait attrapée par la main et m’avait dit « Allez, viens avec moi, suis moi ». Je vivais dans le même quartier appelé le Démo. Je me promenais moi aussi dans le bois des Petits Pendus, j’ai rencontré Monica, la Plume et le Champion, j’ai moi aussi vu les yeux jaunes effrayants de la hyène… Moi aussi j’ai senti cette boule de terreur au creux de mon ventre dans les bois ou encore dans la scène finale. Ce roman est aussi sombre qu’il est empli d’espoir. C’est un livre dont on se souvient et qui ne laisse pas indifférent.

Chaque fois que je devais poser ce livre, je n’avais qu’une envie, avoir encore le temps d’en ouvrir les pages suivantes. J’aurais aimé pouvoir le lire en une seule fois.

Je suis très heureuse d’avoir rencontré Adeline Dieudonné cette semaine et d’avoir eu l’occasion de lui dire à quel point j’aimais son histoire ainsi que son écriture corrosive et aboutie. Ce livre semble être né pour paraître aux éditions de L’iconoclaste. Cette maison qui a la qualité de publier des livres à atmosphères puissantes et poétiques avec des personnages absolument uniques par leur entièreté. Bravo et merci à toi, Sophie de Sivry, d’avoir laissé sa chance à ce livre  !

Je conclurai en disant que cette histoire mériterait une adaptation cinématographique. D’ici là, je souhaite une longue et belle vie à ce premier roman qui vient déjà d’obtenir le prix du roman Fnac ainsi que le prix Première Plume. Il est aussi déjà en lice pour remporter d’autres grands prix littéraires tels que le Goncourt, le Renaudot, le prix Filigranes et celui du Livre de Poche. Titre à suivre donc de très près.

Très belle lecture chers Amis.

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/la-vraie-vie-9782378800239-pr

Existe en ebook

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782378800413/la-vraie-vie-adeline-dieudonne

Coup de cœur·Rentrée littéraire 2018

Les prénoms épicènes, signé Amélie Nothomb

9782226437341-j

Bonsoir les Amis,

Pas la peine de vous la présenter si je vous donne juste deux indices !

Une inconditionnelle et incontournable de toutes les rentrées littéraires. Un teint diaphane rehaussé de lèvres colorées de rouge. Vous l’avez donc reconnue j’en suis certaine. Avec Les prénoms épicènes, prénoms donnés tant aux hommes qu’aux femmes, Amélie Nothomb a encore une fois imaginé et rédigé un ouvrage succulent sur fond grave. L’histoire évoque une relation fille-père dénuée d’amour. Sont également abordés l’amour éperdu et la vengeance.

Comment une enfant peut-elle se construire et développer tous ses sens sans l’amour de son père ? Dans la transparence ? Comment peut-elle grandir dans une haine réciproque ? Devenir une femme épanouie ? Sur quelles bases, quelles fondations doit-elle gravir la vie qui lui a été donnée ? Il n’est pas nécessaire de vous en dire plus, vous le découvrirez en ouvrant les premières pages de ce nouveau livre.

Bonne lecture à tous

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/les-prenoms-epicenes-9782226437341-pr

Existe aussi en ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782226431134/les-prenoms-epicenes-amelie-nothomb

Avis de lecture

En cas de bonheur…

en cas de bonheur

Bonjour les Amis,

Avec En cas de bonheur (publié en 2005 chez Flammarion), David Foenkinos signe ici un roman sur l’amour et le couple. Cette fois il s’agit de l’amour qui s’érode et il aborde avec habileté ce besoin naturel de se sentir écouté, aimé, désiré. Sans grande surprise, il y est donc aussi question d’adultère. Le tout avec des protagonistes qui se retrouvent parfois dans des situations assez cocasses. Attention, ne vous méprenez pas, la chute est surprenante ! Un roman distrayant et frais comme tous ceux de l’auteur. En dépit de la légèreté perceptible à la première lecture, David Foenkinos évoque un sujet grave, comme dans la plupart de ses romans.

Une fois de plus et avec grand plaisir, j’ai reconnu sa plume subtile et inimitable, sa signature littéraire, sa « patte foenkinosienne » si j’ose dire ! Même si aujourd’hui, je trouve son écriture un peu plus épurée et encore plus agréable à lire. La sonorité des mots qui en découle est devenue encore plus douce et fluide.

J’ai passé un très bon moment à livre cet ouvrage même si je conserve une légère préférence pour La délicatesse, autre titre à grand succès ou encore Vers la beauté (dont j’ai déjà écrit une chronique) pour n’en citer que quelques uns parmi ses nombreux titres publiés. Cependant En cas de bonheur reste une charmante lecture que je vous recommande.

Bonne soiré chers Amis

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/en-cas-de-bonheur-9782290041833-pr

Existe aussi en ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782081252189/en-cas-de-bonheur-david-foenkinos

Lien Vers la beauté : 

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/4075

Coup de cœur

Anne Aumont : une jeune auteure à découvrir

Sous-ma-peau

Bonjour les Amis,

Je viens vous parler aujourd’hui d’un premier roman. Ou plutôt du premier roman publié d’une toute jeune femme. En effet, Anne Aumont âgée de seulement vingt et un ans, aurait déjà quelques autres manuscrits bien cachés qu’elle a pour ambition de faire éclore auprès du grand public dès que possible.

En attendant, je vais me concentrer sur ce premier livre paru aux éditions Le Lys Bleu. Sous ma peau.

Voici la quatrième de couverture :

« Allyssa Lowndes vit en Angleterre dans le petit village de Berinsfield. Il y a trois ans, son frère aîné, Nathanaël, a quitté le domicile familial afin de devenir acteur. Depuis, Allyssa n’a plus la moindre nouvelle de lui. Elle n’a retrouvé sa trace qu’il y a quelques mois dans une célèbre école d’art du spectacle réservée aux hommes. Décidée à faire revenir son frère, Allyssa choisit de s’inscrire à son tour dans cette école. N’ayant pas d’autre choix que de se travestir pour y entrer, la jeune femme prend dès lors l’apparence d’un homme. Elle espère pouvoir passer inaperçue et, surtout, convaincre Nathanaël de revenir vivre avec elle à Berinsfield. Cependant, rien ne se passe comme prévu et Allyssa est rapidement confrontée à Gabriel, un étudiant déterminé à découvrir son secret. »

L’auteure m’a plongée dans l’univers du cinéma au travers d’une école britannique rigide et conservatrice exclusivement réservée aux hommes. J’y ai rencontré des personnages attachants pour certains, exécrables pour d’autres. Certains de ces étudiants adoptent des comportements inacceptables qui révoltent l’héroïne. Allyssa, jeune femme tolérante et quelque peu féministe, ne peut s’empêcher de voler au secours d’âmes en peine croisées sur son chemin. Elle fait preuve de courage et d’une force de caractère dont elle ne se soupçonnait pas capable. Après chaque épreuve subie, elle trouve toujours suffisamment de dignité et de volonté pour se relever et continuer son combat. L’histoire est construite de manière à bien montrer l’évolution des personnages. Que ce soit par leurs actes ou leurs propos. Les thèmes de l’homosexualité, du sexisme, de la mort, de l’amitié, des relations familiales ou des études sont abordés dans ces pages. Il s’agit là d’un roman très contemporain. Cependant, je dirais que sous certains aspects, j’ai presque ressenti l’atmosphère du célèbre film Le cercle des poètes disparus. Ce n’est qu’une légère impression qui s’est immiscée en moi car c’est un tout premier roman avec ses qualités et ses quelques petits points d’amélioration possibles, mais surtout je vois là, un avenir prometteur pour cette jeune auteure.

J’ai la chance de la recevoir et la rencontrer dès demain à l’Espace culturel E.Leclerc de Tourlaville (Manche) de 10h30 à 17h . Elle vivra sa toute première séance de dédicaces et je lui souhaite de belles rencontres avec ses lecteurs ! En espérant vous reparler d’elle avec encore un nouvel ouvrage peut-être…

A suivre.

Bonne lecture à tous

https://www.facebook.com/espaceculturelleclerc.tourlaville/

https://www.lysbleueditions.com/produit/sous-ma-peau/

https://www.facebook.com/anne.aumont.3?ref=br_rs

Alphabet

M comme Mot

mot

Bonsoir les Amis,

La lettre M m’évoque immédiatement Mot.

Le mot est un des premiers indicateurs d’évolution dans notre vie. Vers l’âge d’un an environ, chaque enfant prononce son premier mot. De manière souvent chaotique mais avec beaucoup de fierté, surtout pour son entourage. Pourquoi accorder autant d’importance au fait que ce premier mot, toujours difficilement articulé, soit  Maman plutôt que Papa, ou l’inverse ? Ce qui signifie bien que dès le plus jeune âge, on associe, évalue, mesure les sentiments au travers des mots. On en oublierait presque les efforts de l’enfant sans doute incommensurables, pour parvenir à cet exploit : évacuer de sa petite bouche un son sensé et compréhensible.

Quand j’observe les lettres tricotées, entremêlées, je vois se former une dentelle de mots.  Ces mots eux-mêmes assemblés deviennent des phrases qui juxtaposées constituent des histoires. Des histoires de vies. Ces mots peuvent être doux comme la soie, moelleux comme l’ouate, délicats à l’oreille ou tels une caresse à l’âme. Ils peuvent être encourageant, empreints de fierté ou d’admiration. Cependant ils peuvent aussi prendre parfois l’aspect de lames. Blessantes, coupantes, perçantes. Ces mots cruels qui broient, réduisent en miettes et anéantissent.

Les mots peuvent être ronds et généreux comme froids et secs. Ils revêtent différents costumes. Selon comme ils sont utilisés les mots peuvent être chargés de sens dissemblables et alors ils deviennent interprétables. Et pourtant, chacun d’entre eux possède une musicalité propre et unique.

Chaque mot a une importance fondamentale, une signification, un rôle. Un mot à la place d’un autre et le monde peut s’écrouler. Un mot maladroit ou mal employé, un mot de trop ou de moins peut tout faire chavirer. Parfois, il existe un avant et un après ce mot. Imaginez ce bref instant où l’on sent que tout bascule. Avec un seul mot parfois. Ce mot qui émane de vous ou celui qui vous est adressé. Ce mot cinglant ou tendre. Ce mot qui transformera votre vie. Qui vous changera. Celui qui fera que vous ne serez plus jamais la même personne qu’à la minute précédente. Parce que désormais vous savez ou avez révélé. 

Parfois les mots sont difficiles à exprimer ou à entendre. Ils semblent trébucher dans la bouche ou dans l’oreille. Parfois on les entend sans les écouter. Parfois on les écoute sans les comprendre. Ils s’immiscent malgré tout en nous. Parfois on ne les dit pas. Parfois simplement ils manquent.

Puis parfois on les retrouve et ils finissent par surgir.