Coup de cœur

Art :Yasmina Reza nous emmène au théâtre

ART YASMINA REZA

Bonsoir les Amis,

Oublions la rentrée littéraire pour un temps…

Je vous présente ce soir un livre très court de Yasmina Reza paru il y a quelques années déjà. Art. Il s’agit d’une pièce de théâtre autour de l’art. Trois amis. L’un passionné d’art achète un monochrome blanc une coquette somme. Somme qui semble être une fortune indécente à son meilleur ami aux goûts plus traditionnels. Un désaccord à ce sujet né entre les deux hommes, quant au troisième qui hait le conflit, il fait tout pour n’être opposé à aucun des deux autres. D’un avis divergent sur l’art en général puis sur l’acquisition d’une telle oeuvre, les trois hommes se disputent, se dispersent et se disent des vérités difficiles à entendre sur divers sujets plus personnels. Tous les non-dits explosent et font subitement irruption dans les conversations. Dans ce huis clos, on ne voit jamais la fin de ces querelles qui reprennent toujours de plus belle sous n’importe quel prétexte. Cet ouvrage traite non seulement de l’art mais également d’amitié, d’argent, d’intolérance, d’ouverture d’esprit, ou pas, de cliché, et de conflit.

J’ai beaucoup aimé la lecture ce livre dont j’ai imaginé les voix de Pierre Arditi ou Fabrice Luchini, avant même de savoir qu’ils étaient les comédiens interprétant cette pièce au théâtre ! Très étonnant…

En même temps que ma lecture je suis allée visiter le musée du Centre Pompidou, et j’ai eu une une petite pensée pour ces trois amis en admirant tout particulièrement l’IKB 3, Monochrome Bleu de Yves Klein qui m’a emplie d’émotion.

Ce livre est drôle et enrichissant. Il est à lire sans modération et sans plus attendre ! Un livre qu’on n’oublie pas.

http://www.culture.leclerc/livre-u/scolaire-et-parascolaire-u/scolaire-et-soutien-scolaire-u/lycee-d-enseignement-general-u/generalites-u/art-9782210754478-pr

Existe en ebook

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782226200174/art-yasmina-reza

Bonne lecture à tous.

Coup de cœur

Vers la beauté: Foenkinos m’a touchée

IMG_4678

Bonjour les Amis,

Une fois de plus, David Foenkinos m’a embarquée sur une vague de poésie. L’histoire est tragique mais très belle à la fois. L’art en est le personnage principal. Grâce à lui, deux protagonistes trouvent du réconfort et de l’apaisement face à des épreuves traumatisantes de la vie. La beauté ne soigne pas mais elle a la faculté de caresser avec douceur les esprits torturés, telle une main chaude sur une joue humide. Je ne peux en dire beaucoup plus sans dévoiler une partie importante du récit si ce n’est que l’innommable va frapper et qu’il est exposé avec une plume nette et incisive. Les conséquences qui en découlent sont décrites avec une véracité détonante. De l’abîme à l’espoir pour parvenir à la résilience et la reconstruction en alternant longtemps des périodes effleurant ce qui ressemble au bonheur avec des rechutes profondes et violentes. Les effets post-traumatiques d’une victime sont excellemment analysés. J’ai senti que l’auteur s’était fortement intéressé au sujet pour réussir à en parler avec autant de précision. Quant à sa connaissance de l’art, elle est quasiment  palpable également. J’ai ressenti à la lecture ce désir de partager cette passion.

Voici donc un livre que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire, comme la plupart des ouvrages de David Foenkinos.

Mon bonus

« Sur la couverture figure un portrait de Jeanne Hébuterne, la fiancée de Modigliani, peint en 1918. Modigliani est lui-même très présent dans ce livre. A l’heure où je vous écris, j’apprends qu’un « Nu couché« , un des travaux de prédilection de l’artiste, vient d’être vendu à New York chez Sotheby’s un peu plus de 157 millions de dollars. »

nu couché Modigliani

Bonne lecture à tous, chers Amis.

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/-9782072784873-pr

Existe aussi en ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782072784903/vers-la-beaute-david-foenkinos

Ça m'inspire...

Les Bouilles à Barbette et Gueules de bois : Si trop sérieux, s’abstenir !

Bonsoir chers Amis,

Il est temps que je vous parle d’une de mes découvertes de mon week-end girondin.

En déambulant hier dans le charmant vieux village de Saint Émilion aux ruelles pavées, je suis tombée nez à nez, rue de la Grande Fontaine, avec une drôle de paire d’yeux accrochée sur un mur en pierre de calcaire. Ce regard fixe, émanant de tasses à café en acier inoxydable, et non je ne suis pas dingue, me fixait au point de m’intriguer vivement. Ces yeux surplombaient un long nez droit presque tranchant. Le tout souligné d’une bouche charnue et très rouge aux contours extrêmement bien dessinés. L’ensemble était harmonieux sur un visage allongé et plutôt mat taillé dans le bois. À la Modigliani. En dépit des matières métalliques et boisées, des lèvres figées, la figure semblait presque réelle et souriante. Vivante. Elle rehaussait un corps sans peau mais tout aussi mat, aux formes avantageuses et généreuses. Un corps qui portait la vie sous une robe aussi rouge que la bouche. Le rouge écarlate de la passion.Cette silhouette de femme était façonnée à partir d’une douelle de barrique de vin. Une douelle est une pièce en bois de chêne qui forme avec d’autres la paroi des tonneaux. Elles font environ 90 cm de long pour une largeur de 5 à 10 cm.

Maurice Barbette, sculpteur, crée des personnages plein de gaité, qu’il nomme ses « Bouilles à Barbette » ou « Gueules de bois » et fabrique de l’humour en 3D. J’ai immédiatement aimé son travail. Il se décrit lui-même comme « relookeur de barriques, mais pas que ! «  Il réalise également de nombreux autres objets fantaisistes aux dénominations tout aussi farfelues.

« Un soupçon de Modigliani, une forte parenté avec Max Ernst, une âme d’enfant conservée dans un écrin, Barbette se réfugie dans un univers peuplé d’êtres hybrides, faits de végétal, de verre, d’inox. »

 Un artiste à découvrir sans délai. Mais attention, tout en respectant sa devise :

« Si trop sérieux, s’abstenir ! « 

Du coup, sachez que je ne me suis pas abstenue ! J’adore les personnes qui ne se prennent pas au sérieux.

http://www.barbettemaurice.net/

Actu

Picasso à Landerneau : Qui l’eut cru…

J’ai eu le plaisir de visiter cette semaine, le fonds Hélène et Édouard Leclerc de Landerneau dans le Finistère. Depuis le mois de juin dernier l’exposition est consacrée à un monstre de la peinture du début du XXème siècle, Pablo Picasso. J’y ai appris que déjà, enfant, il avait un talent fou pour cet art. Il a commencé à peindre aux côtés de son père, cependant très vite, l’élève a dépassé le maître. Puis tout au long de sa vie, ses traits, ses couleurs, ses univers ont évolué selon ses amours du moment. Et elles furent très nombreuses. Les femmes ont eu une place prépondérante dans sa vie comme dans ses œuvres. Ce n’est pas à moi de vous conter la vie de Picasso. Les médiateurs du fonds l’expliquent beaucoup mieux que moi. En l’occurrence, j’ai été guidée par une médiatrice qui a su captiver son public, aussi néophyte soit-il. Moi la première.

Il me tient juste à cœur de vous dire chers Amis, que cette exposition est magnifique. La question n’est pas de savoir si on aime ou non l’ensemble de l’œuvre de cet artiste, mais de reconnaître un talent hors norme. Quant au lieu de Landerneau, il est superbement restauré et empreint d’une histoire intime, familiale, puis collective. Celle de la famille Leclerc. Le fonds Hélène et Édouard Leclerc se situe à l’endroit du premier magasin du même nom. Aujourd’hui, Michel-Édouard et sa maman Hélène sont personnellement et profondément impliqués dans le choix des expositions exceptionnelles qui y sont présentées. De Miro à Picasso en passant par Chagal, Giacometti ou Dubuffet ou encore Métal Hurlant… pour n’en citer que quelques-unes. Plus de 100 000 personnes sont déjà venus admirer l’exposition Picasso, alors pourquoi pas vous ? Et vous me direz ce que vous en pensez.

L’exposition est visible jusqu’au 1er novembre, alors n’attendez plus !

http://www.michel-edouard-leclerc.com/categorie/culture/fonds-h-e-leclerc/500-000-visiteurs-au-fonds-leclerc-de-landerneau#

@fhel.landerneau

@MELeclerc