Avis de lecture

Une rhapsodie française : un roman contemporain à souhait

IMG_1853

Bonsoir les Amis,

J’ai déjà évoqué devant vous cet ouvrage d’Antoine Laurain, or je ne vous l’avais jamais réellement présenté.

« Une rhapsodie est un mouvement musical dans lequel il se passe beaucoup de choses, et bien il se passe beaucoup de choses dans le livre », dit l’auteur.

Une lettre, reçue un matin avec trente-trois années de retard, pourrait bouleverser la vie de musiciens d’un ancien groupe de musique pop new wave.

Plusieurs protagonistes hauts en couleurs, aux personnalités et aux vies complètement différentes, dans ce roman à la fois très contemporain et un peu nostalgique des années 80. Le personnage principal, qui reçoit la fameuse lettre, se lance dans un parcours initiatique pour retrouver ses anciens camarades. Mon préféré est JBM un riche entrepreneur du Net, grand visionnaire modeste et pudique. J’ai également pu imaginer quelques individus bénéficiant actuellement d’une notoriété publique, tandis que d’autres personnages sont clairement cités et identifiés. L’auteur dresse ainsi un portrait de la France de nos jours. J’aime beaucoup l’ambiance qui règne dans ces pages écrites avec la sobriété propre à Antoine Laurain. Une petite pointe de romantisme vient également discrètement s’y glisser.

Passons-nous à côté de nos vies ? Nos vies auraient-elles pu être autres ? Ces questions, chacun d’entre nous nous se les a déjà posées.

La plume claire, fluide et moderne d’Antoine Laurain me pousse à le suivre avec beaucoup d’attention.
J’avais déjà beaucoup aimé Chapeau de Mitterrand (prix Landerneau découverte 2012) et La femme au carnet rouge (2014), ainsi que Millésime 54 publiés chez Flammarion.
Ouvrage à dévorer sans modération et rapidement ! N’hésitez plus chers amis.

Bonne lecture.

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/rhapsodie-francaise-9782081360082-pr

Existe en ebook

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782081360099/rhapsodie-francaise-antoine-laurain

 

billet d'humeur

Elle les voit bouger et sourire…

img_6531Dans le jardin, au loin, elle les voit bouger et sourire. Complices. Elle ne les entend pas. Son casque sur les oreilles l’en empêche. Aucune importance. Ils sont debout. Jambes croisées et main sur la hanche pour l’un. Pieds bien ancrés dans le sol et mains dans les poches pour l’autre. Les deux mêmes. La musique s’immisce en elle. La berce, la booste. L’emplit, l’envole. Elle est isolée mais pas seule. Là, avec eux et sans eux.

Le soleil s’est invité entre les branches des arbres et se pose avec moiteur sur son épaule dénudée. Elle les voit se déplacer sans bruit. Comme si elle regardait un film sans son alors que la musique continue de l’emporter. Ils volent au-dessus du sol. Autour d’elle. Au loin d’elle. Ses tympans sont saturés. La batterie résonne dans sa poitrine. Ils s’agitent en douceur tandis que le saxo hérisse ses cheveux.

Leurs rires silencieux s’étouffent et disparaissent dans l’air chaud. La guitare la fait frissonner. Ils s’approchent alors d’elle. Une voix chaude fredonne dans ses oreilles et ses doigts dansent sur le clavier au rythme de la musique. Ils sont les seuls à la diriger. A diriger les mots qu’elle laisse se déployer, glisser. S’entrechoquer, se juxtaposer. Elle ne regarde qu’eux. Elle ne voit pas ce qu’elle écrit. C’est étrange et réjouissant à la fois. Galvanisant.

Ses doigts deviennent son chef d’orchestre.

Elle aime pénétrer dans cette bulle. La fermer hermétiquement. Y tourner à l’intérieur. Danser. Voler. En apesanteur. Sans sensation d’étouffement. Être enfin à sa place.

Père et fils n’ont aucune conscience de ce qu’elle vit en les regardant sans les voir, en les écoutant sans les entendre. Ils continuent de sourire. Et elle aussi.

billet d'humeur

Led Zepplin à la lueur du soir

img_1534

Bonsoir les Amis,

Ce sera bref aujourd’hui. Quelques minutes seulement. Le temps d’une chanson mes doigts deviennent marathoniens sur le clavier. La luminosité qui envahit la pièce les aide et m’inspire. Vous écrire à la lueur du soleil couchant qui traverse le carreau pour se poser sur mon visage, faire froncer mes sourcils, seuls mes cils font un peu d’ombre à mes yeux ; le tout en écoutant Led Zepplin chantant Stairway to Heaven et grattant sa guitare du bout des doigts est un vrai délice. Ce soir la lumière est si particulière, si intense, et à la fois si éphémère. Il faut juste savoir en saisir l’instant. Le contraste formé avec le bleu profond du ciel est puissant. J’ai juste eu le temps de le capturer avec mon téléphone. Et une minute plus tard le ciel s’est coloré différemment. Il a déjà revêtu ses tons orangés. Les cumulus qui l’encombrent sont tout blancs aux contours jaunis. Entre temps Led Zep’ s’est mis à chanter à tue-tête. Il monte son escalier vers le paradis (Stairway to heaven), et à la hauteur de ton de sa voix cristalline, je pense qu’il y est parvenu. Le rythme retombe tout à coup, comme la lumière, il est temps pour moi de vous laisser et vous souhaiter une bonne soirée, chers Amis

billet d'humeur

Romeo and Juliet : une chanson douce

romeo et juliet

Bonjour les Amis,

Je vous ai déjà parlé de la voix grave et limpide de Mark Knopfler, le chanteur de Dire Straits. Aujourd’hui je vous en reparle avec un peu de romantisme à la clé. Je souhaite surtout évoquer avec vous sa célèbre chanson Romeo and Juliet. J’en aime le sens, les paroles, et surtout la mélodie qui les accompagne. Inutile de vous préciser que cette musique me plait, me touche, m’emporte, vers où je ne sais pas, mais j’y cours avec ravissement ! Sa version live est d’autant plus enivrante. La sonorité du saxo dès le début associée ensuite à celle du piano est magnifique.

« Juliet…/…And you expoded into my heart »

Juliet…/… Et tu as exposé dans mon cœur

Dans cette chanson heureusement, la fin semble moins tragique que dans la version originale de William Shakespeare…

Voilà, les Amis, disons que c’est ma manière de vous souhaiter une bonne Saint Valentin ! Il semblerait que ce soit la tradition du 14 février. Même si je trouve assez ridicule de ne choisir qu’un seul jour dans l’année pour célébrer l’Amour. Et pourquoi pas les 364 jours restants ? Le monde serait peut-être alors plus doux, qui sait ?

En attendant, belle écoute à tous.

inspiration

Nothing Else Matters

Bonjour les Amis,

C’est aujourd’hui une ballade du groupe de Métal américain Metallica qui m’inspire et me donne envie de partager avec vous les émotions que je ressens en l’écoutant. Elle commence par un solo de guitare acoustique absolument fabuleux qui fait vibrer.

Nothing Else Matters parue en 1991 dans le célèbre Black Album du groupe. Contrairement aux autres chansons du groupe, cette ballade est plutôt calme et lente, elle a permis l’accès au Métal à un public plus large.

En voici la traduction :

« Si proche peu importe la distance
Ça ne pourrait guère être plus près du cœur
Croyons éternellement en ce que nous sommes
Et rien d’autre n’a d’importance

Je ne m’étais jamais ouvert de cette façon
La vie est nôtre, nous la vivons comme bon nous semble
Tous ces mots que je ne fais pas que dire
Et rien d’autre n’a d’importance

La confiance que je cherche et trouve en toi
Chaque jour est quelque chose de nouveau pour nous
Nous ouvrant l’esprit à un point de vue différent
Et rien d’autre n’a d’importance

Je ne me suis jamais préoccupé de ce qu’ils font
Je ne me suis jamais préoccupé de ce qu’ils savent

Mais je sais

Mais je sais

Je ne me suis jamais préoccupé de ce qu’ils disent
Je ne me suis jamais préoccupé des jeux auxquels ils jouent

Et je sais

Si proche peu importe la distance
Ça ne pourrait guère être plus près du cœur

Non rien d’autre n’a d’importance »

Ces paroles me parlent et résonnent en moi. Le chanteur James Hetfield prétend que l’indépendance est la chose la plus importante dans la vie. Je partage cette réflexion. L’indépendance de penser, d’agir, de fonctionner. Ne pas se laisser influencer par les autres et rester en phase avec ce qu’on est et ce qu’on ressent à chaque instant. Il est nécessaire de rester centré avec ses idées et donc avec soi-même. C’est extrêmement difficile à mettre en application au quotidien du fait qu’il faut pour commencer, en avoir conscience, et ensuite oser assumer ce point de vue. Cependant je pense que c’est le seul moyen d’accéder au bonheur et de se donner l’opportunité d’être heureux. Le reste viendra ensuite. En se sentant heureux on dégage une énergie incommensurable. On reçoit alors en retour tout ce qu’on donne. La sincérité des relations et des sentiments devient donc naturelle et évidente. Pure et non tronquée par des pensées négatives et des valeurs de jugement. Ces paroles louent également la force de l’amour et de la confiance qu’elle procure. Le regard peut alors s’ouvrir vers de nouveaux horizons. Chaque jour nous pouvons ressentir quelque chose de nouveau si on écoute son cœur. Nous ouvrons ainsi le champ des possibles.

En conclusion, croyons en qui nous sommes, vivons notre propre vie sans se préoccuper du jugement des autres, et ouvrons nous dès que faire ce peut à de nouveaux horizons.

Le reste n’a pas d’importance : Nothing Else Matters.

Bonne écoute les Amis, et à bon entendeur…

Actu

Môssieur Ribouldingue : du peps et des sourires

RIBOUDINGUE

Bonjour les Amis,

Et si je vous parlais aujourd’hui de musique pour enfants. Non non, ne craignez rien, pas question ici de comptines tristounettes, mais de vraies musiques gaies, entraînantes qui donnent envie de bouger ! Je vous présente Môssieur Ribouldingue.

« Avec mon chapeau vissé sur la tête, je danse, je danse. »

C’est ce que le guitariste-chanteur et compositeur passionné Jérôme Lesoif, alias Môssieur Ribouldingue s’emploie à accomplir pour séduire les petits. Pendant son spectacle musical, les enfants chantent et dansent avec lui. Son dynamisme et son sourire les font rire et bouger. Aux premières notes, les yeux des petites têtes blondes pétillent, les popotins se tortillent en cherchant le rythme, les pieds tapent sur le sol et les mains gigotent. Une ambiance de dingue règne partout où passe Môssieur Ribouldingue !

Sa particularité ? Ses chansons racontent des histoires adaptées aux petits, en revanche les musiques s’adressent aussi aux plus grands et aux adultes, sans être des ritournelles ennuyeuses et entêtantes. Elles sont agréables à écouter et véhiculent une bonne humeur  très contagieuse. Môssieur Ribouldingue n’est autre qu’un des chanteurs du célèbre groupe normand né à Cherbourg : A Fond d’Cale

Le premier album « Mes petites guiboles » est sorti le 18 novembre et à cette occasion, le groupe a donné un petit concert à l’espace culturel E.Leclerc de Tourlaville qui a réuni une multitude d’enfants.

 

Je vous laisse maintenant découvrir la bande annonce de « Mes petites guiboles ».

À écouter sans modération de 0 à 100 ans et plus !

https://www.ribouldingue.com/

 

 

 

 

 

 

 

billet d'humeur

Dire Straits : Brothers in Arms

Bonjour les Amis,

Je souhaite juste partager avec vous un grand morceau et moment de musique.

Sans doute est-ce grâce à la lecture musicale de Lola Lafon il y a quelques jours, le souvenir d’un groupe de rock britannique que j’écoutais beaucoup fut un temps, a surgi de ma mémoire avec beaucoup de plaisir. Dire Straits. Il n’était plus habituel pour moi de l’écouter. Pourquoi ? Allez savoir… Depuis, la voix de Mark Knopfler me berce plusieurs fois par jour. J’ai réécouté en particulier l’album Brothers in Arms sorti en 1985. La chanson du même nom résonne en moi de façon extraordinaire. Elle est particulièrement planante. Prêtez bien attention, c’est à partir de 2 minutes et 13 secondes précisément que la musique prend alors toute son ampleur. Elle passe de mes oreilles à ma tête puis glisse dans tout mon corps. Est-ce pareil pour vous ?

Je vous cite celle-ci, or toutes les chansons du groupe m’emportent, que ce soit Money for Nothing comme Romeo and Juliet ou encore So Far Away et bien d’autresLa liste est trop longue pour vous nommer tous les morceaux qui me font rêver, me boostent, me donnent la pêche ou me détendent. La musique comme la lecture est un pur et réel moment d’évasion. Elle égaie nos jours, divertit nos vies et nous emmène souvent loin, très loin…

Bonne écoute les Amis

Actu

AC/DC annonce le décès de son fondateur et guitariste

Bonsoir les Amis,

Vous l’avez sans appris, Malcolm Young est décédé hier. Fondateur du célèbre groupe de Rock AC/DC et l’un des plus grands guitaristes au monde. Il disparaît à 64 ans un mois après son frère Georges lui aussi membre du groupe. Je ne vous en parlerai pas plus longtemps, la vidéo ci-dessus est suffisamment explicite quant à son talent. Je préfère vous laisser écouter une de mes chansons préférées qui fut aussi l’un de leur plus grand succès. Highway To Hell. 

Oreilles sensibles s’abstenir, ça déménage ! Et moi j’adore…

Rencontre

Lecture musicale de Neverland

IMG_0982

Bonjour les Amis,

Au 27 rue Jacob, Paris VI, au cœur de Saint Germain, nous étions très nombreux dans une petite salle mythique, une maison d’édition. Aujourd’hui une librairie. En arrivant j’ai franchi les célèbres grilles de cette bâtisse blanche et cossue, je suis passée devant le magnifique if qui ombrage une petite cour, puis je suis entrée dans cette demeure dont les murs ont une mémoire. Une mémoire des nombreux épisodes éditoriaux et intellectuels qui ont traversé des lieux. Ils sont nombreux les écrivains qui ont foulé  ce sol comme moi ce soir ! Dans les pas de qui ai-je donc marché ? À l’intérieur régnait une ambiance joyeuse et conviviale. L’accueil était chaleureux. Je me suis immédiatement sentie bien et à ma place. 

Ce soir là, je venais écouter la lecture de Nerveland, roman mis en musique par Albin de La Simone, auteur-compositeur-interprète à succès. C’est Timothée de Fombelle, l’auteur du livre en personne, qui nous contait quelques passages de son formidable ouvrage sur l’enfance. A ses côtés, Albin s’était installé au piano et rythmait les paroles de son ami de quelques notes en parfaite adéquation avec les mots. Parfois même sa voix s’élevait et dansait autour de moi, calmement, elle m’enveloppait d’une douceur enfantine. L’un et l’autre me faisaient remonter le temps, me transportaient dans un voyage à travers l’enfance. Souvent je me suis reconnue, je me suis souvenu… C’était beau et poétique.

L’association musique et lecture était merveilleuse, je me suis sentie bercée pendant plus d’une heure. Je n’avais pas dix ans, et j’écoutais maman me conter ou m’inventer une histoire comme chaque soir. Ce rendez-vous quotidien était de retour. Et c’était bon. Je l’ai savouré avec plaisir.

Neverland est à lui seul une atmosphère, il répand une odeur de vécu insaisissable…

À défaut d’avoir pu écouter la musique qui accompagnait ce joli texte, je vous conseille vivement la lecture de celui-ci dont voici le premier paragraphe :

« Il y a dans les hauts territoires de l’enfance, derrière les torrents, les ronces, les forêts, après les granges brûlantes et les longs couloirs de parquet, certains chemins qui s’aventurent plus loin vers le bord du royaume, longent les falaises ou le grillage et laissent  voir une plaine tout en bas, c’est le pays des lendemains : le pays adulte. »

Bonne lecture et bon week-end les Amis.

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/687

 

 

Création

Depeche Mode : un compagnon de route

violator

Et si nous parlions musique pour changer un peu. Juste car j’ai envie de partager avec vous chers Amis, ce que j’ai ressenti en écoutant le célèbre groupe Depeche Mode il y a quelques jours.

Je conduisais et j’avais un agréable et mélodieux passager. Dave Gahan. Sa voix profonde m’a accompagnée durant quelques heures de route. Nous étions confinés dans l’habitacle. Je le baladais tandis que lui ne chantait que pour moi.  Plutôt des chansons vieilles d’une trentaine d’années. Je sortais de l’adolescence et je montais le son jusqu’à m’en abrutir les tympans. Jusqu’à sentir le rythme battre dans ma poitrine, contre mon cœur. Personal Jesus et son riff de guitare blues résonnait dans ma tête et dans mon ventre. Enjoy the Silence et Strange Love, entre autres ont eu le même effet sur moi. Le temps sur la route passe beaucoup plus vite en écoutant de la bonne musique. Pendant près de quatre cents kilomètres, mon regard est concentré sur ma trajectoire et mes pensées filent elles aussi à toute allure. Or elle ne font que passer. Elles ne s’arrêtent pas, ne se posent pas, ne s’ancrent pas en moi. Elles courent, se chevauchent, se bousculent pour mieux s’éparpiller ensuite. J’adore cette sensation d’avoir l’esprit en ébullition. Tout se mélange alors pour ne garder que le meilleur. Musique, mots, pensées. J’ai juste envie d’arriver le plus vite possible pour pouvoir les jeter rapidement sur le papier avant qu’elles s’envolent, me quittent et disparaissent à tout jamais.

La musique a cette faculté de laisser nos pensées négatives, nos mauvaises ondes, sur le bas-côté du chemin. Elle gonfle le cœur, rend plus léger et donne force et courage. Elle laisse croire qu’avec elle rien n’est insurmontable. Cette sensation d’être plus fort que tout est une véritable dose d’adrénaline. Indispensable à la confiance en soi.

Je vous invite donc, chers Amis, à prendre le temps vous aussi d’écouter des mélodies qui ont une résonance particulière pour vous. Elles vous porteront, vous transporteront, vers une parenthèse sans doute autre que celle de Céline !