Avis de lecture

Les loyautés ou les démons cachés

Les Loyautés

Bonsoir les Amis,

Je vais de nouveau vous parler de Delphine de Vigan. Cette fois pour son livre Les loyautés paru chez JC Lattès en janvier 2018. C’était le premier livre livre de ce qui semble être aujourd’hui les prémices d’une série sur les sentiments. Après celui-ci, l’auteure a publié Les gratitudes dont je vous ai déjà parlé.

Résumé de l’éditeur :

«Chacun de nous abrite-t-il quelque chose d’innommable susceptible de se révéler un jour, comme une encre sale, antipathique, se révélerait sous la chaleur de la flamme ? Chacun de nous dissimule-t-il en lui-même ce démon silencieux capable de mener, pendant des années, une existence de dupe ?»

Avec une plume sobre et efficace, l’auteure aborde le mal-être chez les jeunes, l’alcoolisme, la maltraitance, les relations familiales ; les principales thématiques du livre. Mais pas seulement. L’amitié et les jardins secrets de chacun sont présents également. Delphine de Vigan a cette manière bien à elle d’explorer l’intime tout en menant à diverses pistes de réflexion.  En l’occurrence ici, je me suis posé la question de l’importance ou non des liens du sang pour sauver une personne de la noirceur dans laquelle elle sombre. Ici le jeune Théo qui traverse un épisode auto-destructeur n’est pas entendu par sa famille. Seule Hélène, une de ses professeurs va s’inquiéter et tout mettre en oeuvre pour découvrir quel est le mal qui le ronge. Ce qui m’a plu tout particulièrement est la raison pour laquelle elle réagit ainsi. Comme un animal traqué elle a senti le danger pour le jeune garçon. Elle a reconnu l’odeur du mal, celui qui broie et détruit. Il faut avoir vécu des épreuves similaires pour savoir renifler, détecter une telle souffrance. Il suffit alors de savoir lire dans les yeux baissés,  remarquer une attitude fuyante ou observer une posture du corps. Ce qui est invisible aux yeux de tous ne l’est jamais pour qui a vécu les mêmes méfaits.

En cherchant à aider Théo, pour Hélène la boucle est bouclée.

Bonne lecture chers Amis

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/les-loyautes-9782709661584-pr

En ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782709661249/les-loyautes-delphine-de-vigan?ac=1

Coup de cœur

La délicatesse du homard : tendre et émouvant

La_Delicatesse_du_homard_hd.png

Je vous l’avais annoncé hier, voici donc mon ressenti sur La délicatesse du homard.

Laure Manel, l’auteure, a trouvé là un titre surprenant, qui du coup m’a incité à regarder de plus près le contenu de cet ouvrage étrangement nommé.

Comme le homard semble-t-il, l’écriture est délicate. L’histoire est touchante, les deux personnages principaux attachants, le tout dans une Bretagne joliment décrite. Un directeur de centre équestre, éprouvé par un événement extrêmement douloureux va tendre la main à une jeune femme toute aussi fragilisée et même plus encore. Qu’adviendra-t-il de ce duo complexe ? Je vous laisse bien entendu le découvrir par vous-même tout au long de ces deux cent quatre-vingt pages qui ne vous laisseront pas insensibles. Secret, non-dits, trahison, désespoir, espoir, amour et filiation sont les maîtres mots de ce livre. J’ai beaucoup aimé, pris énormément de plaisir à tourner chaque page, eu du mal à le poser.

« -Ce qui vous manque, c’est le sourire intérieur.

-Le sourire intérieur ? C’est joli mais ça veut dire quoi ?

-Vous n’allez pas bien pour des raisons qui vous appartiennent. Vous êtes donc sombre à l’intérieur, et forcément ça transparaît à l’extérieur… Ça manque de soleil, de lumière… Vous souriez en surface… »

Ce passage a particulièrement résonné en moi. J’ai moi aussi souvent souri en surface, manqué de soleil. Comme certains d’entre vous les Amis, certainement. Cependant une fois que la lumière réapparaît sur un visage, le cœur se réchauffe et le corps tout entier devient illuminé. Le corps tout entier sourit alors.

Excellente lecture, et je vous laisse donc comprendre par vous-même pourquoi ce titre !

http://www.michel-lafon.fr/livre/1875-La_Delicatesse_du_homard.html

@lauremanel