Avis de lecture

Les loyautés ou les démons cachés

Les Loyautés

Bonsoir les Amis,

Je vais de nouveau vous parler de Delphine de Vigan. Cette fois pour son livre Les loyautés paru chez JC Lattès en janvier 2018. C’était le premier livre livre de ce qui semble être aujourd’hui les prémices d’une série sur les sentiments. Après celui-ci, l’auteure a publié Les gratitudes dont je vous ai déjà parlé.

Résumé de l’éditeur :

«Chacun de nous abrite-t-il quelque chose d’innommable susceptible de se révéler un jour, comme une encre sale, antipathique, se révélerait sous la chaleur de la flamme ? Chacun de nous dissimule-t-il en lui-même ce démon silencieux capable de mener, pendant des années, une existence de dupe ?»

Avec une plume sobre et efficace, l’auteure aborde le mal-être chez les jeunes, l’alcoolisme, la maltraitance, les relations familiales ; les principales thématiques du livre. Mais pas seulement. L’amitié et les jardins secrets de chacun sont présents également. Delphine de Vigan a cette manière bien à elle d’explorer l’intime tout en menant à diverses pistes de réflexion.  En l’occurrence ici, je me suis posé la question de l’importance ou non des liens du sang pour sauver une personne de la noirceur dans laquelle elle sombre. Ici le jeune Théo qui traverse un épisode auto-destructeur n’est pas entendu par sa famille. Seule Hélène, une de ses professeurs va s’inquiéter et tout mettre en oeuvre pour découvrir quel est le mal qui le ronge. Ce qui m’a plu tout particulièrement est la raison pour laquelle elle réagit ainsi. Comme un animal traqué elle a senti le danger pour le jeune garçon. Elle a reconnu l’odeur du mal, celui qui broie et détruit. Il faut avoir vécu des épreuves similaires pour savoir renifler, détecter une telle souffrance. Il suffit alors de savoir lire dans les yeux baissés,  remarquer une attitude fuyante ou observer une posture du corps. Ce qui est invisible aux yeux de tous ne l’est jamais pour qui a vécu les mêmes méfaits.

En cherchant à aider Théo, pour Hélène la boucle est bouclée.

Bonne lecture chers Amis

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/les-loyautes-9782709661584-pr

En ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782709661249/les-loyautes-delphine-de-vigan?ac=1

Coup de cœur

MA REINE : mon favori paraît dès demain

ma-reine-def3

Ma Reine. Je vous l’avais annoncé le mois dernier car j’ai eu le bonheur de le découvrir en amont de sa sortie officielle. Je l’ai tant aimé que je vous en reparle pour vous dire qu’il sera officiellement en librairie dès demain matin, 30 août. Ne le manquez pas ! vraiment, vous ne le regretterez pas.

 

Jean-Baptiste Andréa est scénariste et réalisateur. Il publie avec Ma Reine, son premier roman. Un roman qui promet un grand succès en librairie. Ma Reine est mon petit chouchou…

J’ai adoré ! L’écriture est fine, poétique, pleine de métaphores, de personnifications. J’ai immédiatement été happée par l’atmosphère du texte, elle est forte et puissante d’un bout à l’autre du livre. Je suis entrée dans l’histoire, dans la tête et le corps de Shell. La domination forte de Viviane sur le jeune garçon est extrêmement bien exprimée, de manière fine et subtile. Quant à la fascination de Shell pour son amie, elle est plus que perceptible, à travers les mots de l’auteur, on pourrait presque toucher du bout des doigts le cordon invisible qui le lie à elle. Shell est différent des autres enfants de son âge, mais il est néanmoins très malin, une forme d’intelligence émotionnelle émane de lui de façon omniprésente. J’ai souvent souri en visualisant tous ses subterfuges pour rencontrer ou croiser Viviane.

Je pourrais en parler longtemps encore, une pluie de mots pourrait continuer à sortir de ma bouche ou du bout de mes doigts sur mon clavier. Je vais donc arrêter ici.

Je n’ai qu’une seule conclusion à proposer : pourquoi Jean-Baptiste Andrea a-t-il attendu autant de temps pour publier son premier roman ? C’est la vraie question !

https://www.editions-iconoclaste.fr/livres/ma-reine/

https://www.culture.leclerc/pageRecherche?q=ma+reine&univers=all

 

 

Coup de cœur

Le vieux qui déjeunait seul : au-delà d’une amitié…

le vieux

Léa Wiazemsky. Je vous ai déjà parlé de cette auteure récemment avec son dernier livre Le bruit du silence. Je retrouve aujourd’hui avec Le vieux qui déjeunait seul, (Michel Lafon) sa jolie plume délicate et directe.

il s’agit désormais d’une histoire d’amitié d’abord, puis d’attachement profond entre deux êtres étrangers l’un à l’autre, d’âges différents, et qui sont en quête des mêmes éléments pour construire ou finir leur vie. Filiation, sentiment de honte, fuite, passé difficile et lourd… Ils apprendront ensemble à vivre avec tous ces sentiments et expériences complexes qui nuisent à leur bien-être. Le tout sur un fond de Seconde Guerre Mondiale. Cependant c’est un roman contemporain, qui se déroule de nos jours, avec des références à ces années de guerre, mais pas un ouvrage sur ce thème.

les deux personnages sont attendrissant. Le lien qu’il crée entre eux est extrêmement fort. Une fois de plus je constate dans ce roman que les origines d’un enfant sont importantes à sa construction. Je vous laisse donc, chers Amis découvrir vous-même ce livre très court qui ne vous demandera que quelques heures pour en terminer la lecture.

http://www.michel-lafon.fr/livre/1573-Le_vieux_qui_dejeunait_seul.html

 

rentrée littéraire 2017

MA REINE : mon favori à paraître

ma-reine-def3

Jean-Baptiste Andréa est scénariste et réalisateur. Il publie avec Ma Reine, son premier roman. Un roman qui promet un grand succès en librairie. A paraître à la rentrée littéraire du mois d’août, Ma Reine est mon petit chouchou à venir…

J’ai adoré ! L’écriture est fine, poétique, pleine de métaphores, de personnifications. J’ai immédiatement été happée par l’atmosphère du texte, elle est forte et puissante d’un bout à l’autre du livre. Je suis entrée dans l’histoire, dans la tête et le corps de Shell. La domination forte de Viviane sur le jeune garçon est extrêmement bien exprimée, de manière fine et subtile. Quant à la fascination de Shell pour son amie, elle est plus que perceptible, à travers les mots de l’auteur, on pourrait presque toucher du bout des doigts le cordon invisible qui le lie à elle. Shell est différent des autres enfants de son âge, mais il est néanmoins très malin, une forme d’intelligence émotionnelle émane de lui de façon omniprésente. J’ai souvent souri en visualisant tous ses subterfuges pour rencontrer ou croiser Viviane.

Je pourrais en parler longtemps encore, une pluie de mots pourrait continuer à sortir de ma bouche ou du bout de mes doigts sur mon clavier. Je vais donc arrêter ici.

Je n’ai qu’une seule conclusion à proposer : pourquoi Jean-Baptiste Andrea a-t-il attendu autant de temps pour publier son premier roman ? C’est la vraie question !

https://www.editions-iconoclaste.fr/livres/ma-reine/