Rencontre

Lecture musicale de Neverland

IMG_0982

Bonjour les Amis,

Au 27 rue Jacob, Paris VI, au cœur de Saint Germain, nous étions très nombreux dans une petite salle mythique, une maison d’édition. Aujourd’hui une librairie. En arrivant j’ai franchi les célèbres grilles de cette bâtisse blanche et cossue, je suis passée devant le magnifique if qui ombrage une petite cour, puis je suis entrée dans cette demeure dont les murs ont une mémoire. Une mémoire des nombreux épisodes éditoriaux et intellectuels qui ont traversé des lieux. Ils sont nombreux les écrivains qui ont foulé  ce sol comme moi ce soir ! Dans les pas de qui ai-je donc marché ? À l’intérieur régnait une ambiance joyeuse et conviviale. L’accueil était chaleureux. Je me suis immédiatement sentie bien et à ma place. 

Ce soir là, je venais écouter la lecture de Nerveland, roman mis en musique par Albin de La Simone, auteur-compositeur-interprète à succès. C’est Timothée de Fombelle, l’auteur du livre en personne, qui nous contait quelques passages de son formidable ouvrage sur l’enfance. A ses côtés, Albin s’était installé au piano et rythmait les paroles de son ami de quelques notes en parfaite adéquation avec les mots. Parfois même sa voix s’élevait et dansait autour de moi, calmement, elle m’enveloppait d’une douceur enfantine. L’un et l’autre me faisaient remonter le temps, me transportaient dans un voyage à travers l’enfance. Souvent je me suis reconnue, je me suis souvenu… C’était beau et poétique.

L’association musique et lecture était merveilleuse, je me suis sentie bercée pendant plus d’une heure. Je n’avais pas dix ans, et j’écoutais maman me conter ou m’inventer une histoire comme chaque soir. Ce rendez-vous quotidien était de retour. Et c’était bon. Je l’ai savouré avec plaisir.

Neverland est à lui seul une atmosphère, il répand une odeur de vécu insaisissable…

À défaut d’avoir pu écouter la musique qui accompagnait ce joli texte, je vous conseille vivement la lecture de celui-ci dont voici le premier paragraphe :

« Il y a dans les hauts territoires de l’enfance, derrière les torrents, les ronces, les forêts, après les granges brûlantes et les longs couloirs de parquet, certains chemins qui s’aventurent plus loin vers le bord du royaume, longent les falaises ou le grillage et laissent  voir une plaine tout en bas, c’est le pays des lendemains : le pays adulte. »

Bonne lecture et bon week-end les Amis.

https://wordpress.com/post/laparenthesedeceline.com/687

 

 

2 commentaires sur “Lecture musicale de Neverland

  1. Finalement un événement, une ambiance particulière vous replonge parfois dans les souvenirs d’enfance enfouis dans la mémoire et refont surface, c’est bien, cela veut dire qu’on a mûri, grandi mais que la base est toujours là.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s