13 novembre

L’air est tiède. Le vin est doux. Les esprits échauffés. Les rires déployés. Deux amoureux dînant dans un tête à tête plein de promesses. A l’époque les restaurants étaient ouverts et les terrasses accessibles. Ne surtout pas comparer avec la situation actuelle…

Ils rentrent main dans la main, le cœur léger, les yeux brillants. La clé glisse dans la serrure, en chahutant ils claquent la porte sur leur bonne humeur. Comme pour l’isoler de l’extérieur. La garder juste pour eux deux, dans l’intimité de leur logis. Protecteur illusoire. 

Il allume une dernière cigarette sur la terrasse. Elle patiente en allumant la télévision. Un bandeau. Une image, puis deux. Alors, l’horreur pénètre dans le salon.  La cigarette à demi fumée écrasée crache encore des volutes bleues. L’écran est bruyant et rouge. Le sang déborde sur le tapis. Les détonations d’armes à feu cognent sur les murs blancs. Les hurlements glacés résonnent et envahissent la pièce. Leurs rires sont instantanément coincés dans les gorges puis ravalés. La douleur des larmes à peine contenues prend toute la place. L’incompréhension. L’absurdité. L’incrédulité d’une telle violence. L’oubli de la soirée passée ensemble à rire et à s’aimer. Deux mains qui se touchent, des doigts qui se mêlent, se cherchent et s’agrippent. S’assurer que les proches sont à l’abri. Ne jamais se lâcher. Le temps n’est pas encore à la colère. Les heures oppressantes défilent. Le nombre de victimes ne fait que monter à une vitesse terrifiante et sordide. Il semble ne jamais pouvoir s’arrêter.

Et vous, que faisiez-vous ce vendredi 13 novembre ?

2 commentaires sur “13 novembre

Ajouter un commentaire

  1. Oui je me souviens, loin de Paris mais si près par la pensée et par le cœur, atterrée par cette horreur. Peu de mots pour décrire ce que je ressens pour ces familles touchées par ce drame, c’est trop dur ……

    Aimé par 1 personne

  2. J’étais à Bruxelles. La veille le mari de ma meilleure amie venait de décéder d’un cancer du mélanome à 65 ans. Ces deux événements seront à tout jamais liés l’un à l’autre. Je montais les escaliers pour aller dormir lorsque j’ai vu une notification concernant le bataclan. Ce n’est que le lendemain matin que nous avons découverts cette horreur.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :