Je cherche encore ton nom : Patricia Loison sur les traces de sa mère

img_6211

Bonsoir les Amis,

Qui es-tu donc ? Cette question Patricia Loison se la pose encore en songeant à sa mère biologique qui l’a abandonnée en Inde à Delhi aux Missionnaires de la Charité. Nous connaissons tous Patricia Loison. Journaliste, elle a longtemps présenté le journal de Soir 3, puis l’émission Faut pas rêver ou encore travaillé sur LCI.

Adoptée par une famille française à l’âge de cinq mois, Patricia vit une enfance et une adolescence heureuse où le sujet de ses origines n’est ni secret ni tabou. Pourtant, lorsqu’elle-même met au monde sa fille, elle vit une déflagration intérieure incommensurable. Un déclic se produit qui l’amènera plus tard à partir sur les traces de cette mère qui lui a donné la vie. Dans Je cherche toujours ton nom, l’auteure dresse le parcours poignant et fébrile de sa quête identitaire. Avec une plume délicate et toujours respectueuse de sa famille, elle explique clairement ce besoin de mettre un nom sur sa mère, savoir à quoi elle ressemble, où elle a accouché. J’ai été particulièrement touchée quand elle pose une question à la sœur qui l’avait recueillie. Elle évoque alors les mères qui abandonnent leurs enfants.

Ma sœur, elles étaient tristes n’est-ce pas de nous laisser ? 

Qu’est-ce que tu crois ? Bien sûr qu’elles pleuraient. On les consolait comme on pouvait. Ça creuvait le cœur, tu sais, mais on n’avait pas le choix.

A travers cette simple question, j’ai ressenti toute la détresse de l’auteure, sa peur d’avoir été laissée sans état d’âme, sans amour. Car tout au long du livre, ce qu’elle cherche réellement, c’est connaître celle qui l’a aimée en tout premier lieu. Elle ne sait rien d’elle quand elle part à sa recherche. Elle finit par découvrir deux phrases importantes qui la caractérise dans des échanges de courriers. Je vous laisse le soin d’en découvrir vous-mêmes la teneur et l’émotion qu’elles véhiculent.

Voici donc un beau récit de vie qui une fois de plus, démontre bien à quel point les origines sont les fondations essentielles pour construire une vie équilibrée.

Lors de ma rencontre avec Marek Halter, je me souviens encore d’une phrase qu’il a formulée devant moi et qui m’a marquée : On ne peut savoir où on va si on ne sait d’où on vient. A méditer !

Bonne lecture et très belle soirée chers Amis.

https://www.culture.leclerc/livre-u/loisirs-vie-pratique-u/vie-quotidienne-u/vie-familiale-u/je-cherche-encore-ton-nom–recit-9782213709499-pr

En ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/search?words=je+cherche+encore+ton+nom

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :