La mer s’impose

img_8249img_8258

Je n’arrive pas à partir. Le vent est chaud tout comme l’eau. La mer grossit avec rage et se veut de plus en plus imposante. Elle qui léchait mes pieds s’accroche désormais à mes genoux. Elle montre qu’elle existe, veut se faire entendre et y parvient. C’est réussi. Debout face à elle, je sens les picotements du sel sur mes mollets au fur et à mesure que les gouttes s’écroulent et explosent comme des larmes sur mes chevilles. Puis c’est un éternel recommencement, l’écume blanche revient, tente d’envahir la plage un peu plus loin chaque fois. Quelques rochers font barrage et laissent apparaître comme un feu d’artifice d’eau et de mousse. Je fais quelques pas qui marquent mon passage sur le sable, les traces disparaissent immédiatement sous l’eau qui les efface. Comme si je n’étais jamais venue à cet endroit à ce moment. Nulle empreinte de ma présence. Et pourtant j’étais bien là, à la voir, l’entendre et la sentir. La mer.

2 commentaires sur “La mer s’impose

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :