Libres dans leur tête : de la couleur en prison

img_7179

Bonjour les Amis,

Voici aujourd’hui une jolie et fraîche découverte. Libres dans leur tête est le premier roman d’une femme qui s’est vue remporter un concours d’écriture portant sur le thème du huis clos.

Résumé :

Romain arrive en prison. Les choses n’auraient jamais dû en arriver là, mais une vieille femme est morte… et il doit payer. Il va partager sa cellule avec Laurent, inculpé pour l’homicide d’un dealer. En même temps qu’ils vont apprendre à se connaître, les deux garçons vont découvrir ensemble les codes de l’univers carcéral. De façon surprenante, c’est dans cet environnement hostile et fermé qu’ils vont aussi réussir à nouer des liens d’amour et d’amitié. Réflexion sur la culpabilité, la liberté, la solidarité et le sens de la vie, Libres dans leur tête  est un émouvant huis-clos et un édifiant récit d’apprentissage.

Le roman se déroule en milieu carcéral. Cependant, si vous y cherchez de la noirceur, du sordide, de la violence et du glauque, je vous invite à passer votre chemin. Vous risqueriez de passer à côté de l’objectif de l’auteure, sa subtilité, son amour de la beauté, son désir de révéler le meilleur côté des êtres. Stéphanie Castillo-Soler a pris le parti de démontrer que dans les épreuves, chaque individu – s’il parvient à prendre de la hauteur par rapport à la situation et l’analyser -, peut y déceler du positif. Non pas qu’il faille commettre un meurtre pour apprendre à se connaître, mais cette position d’accusé ou coupable – ici dans cette histoire – transforme l’homme. C’est dans cette mutation que l’être peut grandir et s’élever.

Dans ce récit en particulier, l’enfermement est devenu presque acceptable et vivable grâce à l’art et la connaissance de l’autre.

Le jeune Romain complexé par son inculture, s’initie à la littérature, se passionne pour le dessin et reprend ainsi confiance en lui. A contrario Laurent, étudiant d’une grande école, ne voit les autres que par leur représentation. Il ne lui effleure pas l’esprit que derrière une façade moulée par la société, il existe des personnalités diverses et même des grandeurs d’âme. Il réalise que rien n’est jamais tout blanc ou tout noir. La prison lui a apporté de l’humanité, aussi contradictoire que cela puisse paraître.

Stéphanie Castillo-Soler écrit sous le prisme de l’optimisme. Son écriture fluide et sobre assume tout à fait ce choix, et c’est réussi. Elle a délibérément choisi d’apporter un peu de rose de et de bleu dans cet univers gris et sombre. Et un peu de rouge également avec le coquelicot sur la couverture. Une fleur capable de se déployer entre les pierres…

Ne peut-on pas se laisser aller à imaginer, rêver, ou croire que de tels parcours puissent avoir une issue si pleine d’espoir et de promesses ? La littérature le permet.

Belle découverte à vous chers Amis, et à bientôt Stéphanie pour un prochain roman ?

Libres dans leur tête en ebook

Libres dans leur tête version papier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :