Dolorès Claiborne : l’histoire d’une mère louve décrite par Stephen King

IMG_7149

Bonjour les Amis,

J’ai terminé la lecture d’un Stephen King envoûtant. Difficile à poser avant d’avoir lu la dernière page. Classique me direz-vous pour les livres de cet auteur. Et pourtant avec Dolorès Claiborne, le maître du thriller se démarque un peu. Il n’y est pas question de fantastique ni d’horreur. De meurtre, certes, mais d’un crime abordé d’une toute autre manière. Il y est question de confidences, de révélations. De vérité.

Résumé de l’éditeur :

« Je suis qu’une vieille femme avec un mauvais caractère et une langue encore pire, mais c’est ce qui arrive, le plus souvent, quand on a eu une vie mauvaise. »
Tout le monde à Little Tall connaît Dolores Claiborne. Mais on ne sait toujours pas si l’accident qui a provoqué la mort de son mari il y a trente ans en était réellement un. Aujourd’hui, elle est de nouveau soupçonnée : on vient de découvrir le cadavre de la riche et sénile Vera Donovan, dont elle était la gouvernante depuis des décennies.
Dolores n’a désormais plus le choix : elle doit passer aux aveux. Pourtant, ce qu’elle raconte est très différent de ce qu’on aurait pu imaginer. Beaucoup plus noir, beaucoup plus terrible…

Une héroïne poignante, l’une des plus bouleversantes de Stephen King, qui a été incarnée au cinéma par Kathy Bates dans un film de Taylor Hackford.

Dans ce livre, Stephen King présente une héroïne touchante et attachante. Une femme déterminée, une mère louve capable de tout pour ses enfants. Dans le Maine des années soixante, sous l’apparence de l’appartenance à une condition modeste et sans guère d’éducation, Dolorès Claiborne est clairvoyante, intelligente et particulièrement courageuse. Capable d’affronter sa patronne méchante comme son mari abusif, alcoolique et parfois agressif, là où on aurait pu imaginer une femme soumise et réduite au silence, Dolorès s’est rebellée. King a su faire la part belle à la psychologie féminine dans ce roman. Une fois de plus, on se laisse avaler par l’histoire, engloutir dans l’atmosphère et vivre aux côtés des personnages. Si ce n’est entrer dans leur peau…

Extrait :

« Tout ce que j’ai fait, je l’ai fait fait par amour… l’amour qu’une mère ressent pour ses enfants. C’est l’amour le plus fort qu’il y a dans ce monde, et c’est le plus terrible. Y a pas de pire garce sur terre qu’une mère qui a peur pour ses gosses. »

Si certains d’entre vous n’ont jamais osé lire du Stephen King, je vous recommande vivement de commencer par ce titre. Terriblement accessible et captivant. Pas de nuit blanche en perspective si c’est ce qui vous effraie avec cet auteur. Soyez-en absolument assurés !

Très agréable lecture chers Amis.

Version papier

Ebook

J’en profite pour vous glisser les liens d’autres chroniques de Stephen King.

Nuit noire, étoiles mortes

Mr Mercedes

Marche ou crève

Laurie

Misery

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :