Tant qu’il reste des îles : un roman sensible qui se mérite, comme une île

Bonsoir les Amis,

Voici encore un coup de cœur.

Tant qu’il reste des îles. Rien que le titre de ce second roman de Martin Dumont paru aux Avrils, invite à l’évasion. Cependant, de par un style fluide et sincère, cette sensation de flottement agréable persiste au-delà du titre et tout au long de la lecture. Pour qui aime profondément la mer – comme moi vivant sur une presqu’île -, ce texte est une véritable perle. La mer est un personnage à part entière. Il y est question de voile, de bateaux, d’embruns, de vent…. J’ai pris la mer moi aussi, j’ai barré avec Léni, fendu la crête des vagues, ma peau sentait le sel. Des souvenirs sont remontés à la surface. Pour avoir pratiqué la voile près d’une île sans pont, je me suis complètement immergée dans cette histoire. 

Résumé :

“Ici, on ne parle que de ça. Du pont. Bientôt, il reliera l’île au continent. Quand certains veulent bloquer le chantier, Léni, lui, observe sans rien dire. S’impliquer, il ne sait pas bien faire. Sauf auprès de sa fille. Et de Marcel qui lui a tant appris : réparer les bateaux dans l’odeur de résine, tenir la houle, rêver de grands voiliers. Alors que le béton gagne sur la baie, Léni rencontre Chloé.Elle ouvre d’autres possibles. Mais des îles comme des hommes, l’inaccessibilité fait le charme autant que la faiblesse.”

Mais il y est surtout question des conditions de l’insularité. Cette particularité qui, à défaut d’isoler, écarte un peu du reste du monde et assure une réelle tranquillité. Pourtant dans cette histoire, cet isolement est mis à rude épreuve par la construction d’un pont destiné à relier l’île au continent. Les divergences de points de vue des habitants sur ce sujet mènent parfois à des situations complexes, presque tragiques. Martin Dumont ne prend aucun parti sur ce point, il reste neutre, tout comme Chloé, photographe du continent, un personnage clé avec le héros Léni, l’éternel insulaire. 

L’auteur a imaginé des personnages attachants et plutôt concrets. Chacun d’entre eux possède sa propre poésie, apportant ainsi du corps à ce récit sublimé par l’atmosphère marine.

J’ai beaucoup aimé la sensorialité et la pudeur de ce texte. Nul besoin de tout dire pour exprimer.

Je vous souhaite chers Amis, le même plaisir de lecture, le même voyage, les mêmes émotions.

Tant qu’il reste des îles, il y aura toujours un joli coin pour jeter l’ancre…

Version ebook : https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782491521592/tant-qu-il-reste-des-iles-martin-dumont
Version papier : https://www.e.leclerc/fp/tant-qu-il-reste-des-iles-grand-format-9782491521028?marketplaceOffers=true&id=5ee37226e071a0736cf0c12e&ad=true

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :