Création

Elle jaillit soudainement

creative-725811__340

Bonsoir les Amis,

Récemment, je vous ai parlé de la furieuse envie d’écrire. Aujourd’hui je vais vous parler de la suite. Celle qui surgit par surprise. Celle qui m’assaille de temps à autre et me provoque en arrivant sans préavis. N’importe où. N’importe quand. Dans n’importe quelle circonstance. Dans la rue. Au restaurant. En vacances. Au travail. A moto. En courant. Dans la nature. En ville. Seule. Accompagnée. En musique. Ou pas. En avion. En voiture… Dans ma vie quotidienne, elle s’impose à moi. Contrairement à l’envie d’écrire, elle ne se loge pas en douceur pour s’installer et prendre possession des lieux, possession de moi. Quand elle pointe le bout de son nez, elle est aussitôt violente, impulsive, surprenante, inattendue, incontrôlable.

Elle prend alors n’importe quelle apparence. Celle d’un homme portant un chapeau. Celle d’une fillette. Celle d’un groupe. Celle d’un vieux randonneur. Celle d’une amie. Celle de la nature qui m’entoure. D’une chevelure bouclée. D’un sourire. D’un regard. D’une voix. D’une mélodie. D’un lieu. D’un bruit ou d’un silence. D’une couleur. D’une odeur. D’un toucher. D’un met. Que sais-je encore ? Elle peut être n’importe qui, n’importe quoi, n’importe où, n’importe quand… Elle est inexplicable. N’a aucun sens logique. Rien de cartésien. Rien de compréhensible. Aucune évidence. Mais énormément d’intérêt. L’inspiration.

Quand elle me saisit, je ne suis plus où je suis censée être. Je ne suis plus attentive à ce qui m’entoure. Je suis ailleurs. Obsédée par elle. Je suis partie. Je ne sais pas très bien où, en revanche je sais que je finirai par atterrir. Quelque part. Dans une nouvelle histoire ou dans la suite d’une existante. J’adore être sa victime et assister à la naissance d’un nouveau personnage. Ou d’un nouveau passage. D’un nouvel épisode. D’une nouvelle tranche de vie. Je ne maîtrise alors plus rien. Seul le phénomène déclencheur à son insu prend le contrôle sur mon esprit. Et alors :

Je ne réfléchis plus je compose.

Je ne pense plus je rédige.

Je ne vois plus je regarde.

Je n’entends plus j’écoute.

J’aimerais tant un jour que tous ceux qui m’ont inspirée à un moment donné puissent non seulement le savoir mais être réunis tous ensemble. Nous serions alors très nombreux, dans plein d’endroits différents, habillés de toutes les couleurs, diffusant dans notre sillage toutes sortes d’odeur. Nous partagerions tellement.

Bonne fin de soirée les Amis

 

2 commentaires sur “Elle jaillit soudainement

  1. Oui cela est bien décrit cette envie d’ecrire, la pensée vous envahie et un mot après l’autre comme rattachés par un fil, serpentent finalement comme un ruban et forment des phrases, des textes que nous lisons avec plaisir.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s