Rencontre

Je peux me passer de l’aube : belle rencontre avec l’auteure

alonso

Bonsoir les Amis,

Je vais vous raconter l’histoire d’une belle rencontre.  Elle date de quelques mois à l’occasion d’un dîner auquel nous étions conviées Isabelle Alonso et moi. Assises à une table commune avec six autres personnes dont son éditrice Héloïse d’Ormesson, nous avons alors doucement fait connaissance. Nous nous sommes découvertes en prévision d’une prochaine rencontre déjà prévue. Lors de cette soirée j’ai commencé à mesurer avec plaisir son grand sens de l’humour !

La fois suivante, elle était mon invitée toute une journée à l’occasion de la promotion de son livre Je peux me passer de l’aube, publié chez Héloïse d’Ormesson. Nous étions quelques uns à l’accueillir et nous avons discuté à bâtons rompus, échangé de nombreux points de vue,  été à l’écoute les uns des autres, et surtout partagé beaucoup d’émotions. Puis nous avons aussi beaucoup ri. On m’avait dit qu’elle avait « l’intelligence du cœur » et je le crois,  je l’ai constaté et l’ai ressenti. Elle a un franc parler qui m’a ravie et des yeux qui sourient ou qui pleurent. Selon. C’est un personnage entier. Une femme assez tranchée, certes, mais extrêmement attachante. Elle semble ne pas se prendre au sérieux même si elle a le courage de ses convictions.

Son ouvrage se déroule en 1939 à la fin de la guerre d’Espagne. Angel, 16 ans, passe dix mois au front, puis quatre au camp de Saint Cyprien. Contraint  à des travaux forcés il est ensuite relâché dans une Espagne franquiste ou la répression fait rage. Il décide alors d’entrer en résistance. Ce livre, porteur d’espoir, est un bel hommage au papa de l’auteure.

On y retrouve la plume percutante et émouvante d’Isabelle Alonso. Sans se départir de son humour. A son image. Et je me permets d’insister sur ce point car je sais à quel point l’ancienne présidence de l’association féministe Les Chiennes de garde peut encore lui coller à la peau, et de manière parfois peu flatteuse. Or même si elle a encore des convictions qu’elle défend, Isabelle est profondément à l’écoute des autres, ouverte au dialogue, et possède une grandeur d’âme assez rare. J’ai sincèrement trouvé cette rencontre lumineuse et mémorable. Et je tiens à vous le dire, chers Amis.

A bientôt donc, Isabelle. Au plaisir de te lire à nouveau et de te retrouver au travers d’une nouvelle histoire et d’une nouvelle rencontre.

http://www.editions-heloisedormesson.com/livre/je-peux-me-passer-de-laube/

Pour acheter ce livre en version papier :

https://www.culture.leclerc/livre-u/litterature-u/romans-u/litterature-francaise-u/je-peux-me-passer-de-l-aube-9782350874234-pr

 Existe aussi en ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782350874241/je-peux-me-passer-de-l-aube-isabelle-alonso

 

Un commentaire sur “Je peux me passer de l’aube : belle rencontre avec l’auteure

  1. Comme quoi il ne faut jamais rester sur une mauvaise impression et apprendre à connaître les gens, donc ce fût une belle rencontre!!!
    Isabelle Alonso mérite d’être lue d’après le résumé et son livre fera parti de mes prochaines lectures.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s