Le chapeau de Mitterrand : une fable malicieuse

Bonjour les Amis,

Je reviens aujourd’hui sur un livre qui date de 2012. Le chapeau de Mitterrand d’Antoine Laurain, paru chez Flammarion.

Résumé de l’éditeur :

« Un soir à Paris, Daniel Mercier, comptable, dîne en solitaire dans une brasserie, quand un illustre convive s’installe à la table voisine : François Mitterrand. Son repas achevé, le Président oublie son chapeau, que notre Français moyen décide de s’approprier en souvenir. Il ignore que son existence va en être bouleversée. Tel un talisman, ce célèbre feutre noir ne tarde pas à transformer le destin du petit employé au sein de son entreprise. Daniel aurait-il percé le mystère du pouvoir suprême ? Hélas, il perd à son tour le précieux objet qui poursuit sur d’autres têtes son voyage atypique au sein de la société française des années 1980. Cette fable pleine d’esprit et de malice possède comme le fameux chapeau un charme mystérieux – celui de ressusciter une époque et, surtout, de mettre au jour à travers une galerie de personnages notre rêve commun : voir s’accomplir par magie nos désirs les plus secrets. »

Antoine Laurain publiait à l’époque, avec ce titre, son quatrième roman qui reçut le Prix Landerneau. Avec sa plume sans prétention, fluide et reconnaissable, il m’a embarquée vers un retour dans les années 1980, celles de mon adolescence. Il propose un scénario original : le voyage d’un chapeau perdu et ses pouvoirs. Une véritable fable dans laquelle je me suis plongée avec délice, un récit qui m’a rappelé l’existence déchue du Minitel – que nos enfants ne connaissent pas – les exactions d’Action directe, le JT d’Yves Mourousi… le tout dans un contexte politique décrit avec légèreté et finesse, sur un ton parfaitement maîtrisé. Voilà un roman sensible, distrayant, aux personnages toujours aussi attachants comme sait si bien les créer Antoine Laurain. Un vrai plaisir de lecture.

Ce livre a ensuite été adapté à la télévision en 2016, avec Frédéric Diefenthal dans le rôle principal.

J’en profite pour vous rappeler les chroniques des autres livres d’Antoine Laurain.

Millésime 54 :

https://laparenthesedeceline.com/2018/04/14/millesime-54-un-voyage-dans-le-temps/

Une rhapsodie française :

https://laparenthesedeceline.com/2018/09/23/une-rhapsodie-francaise-un-roman-contemporain-a-souhait/

Ailleurs si j’y suis :

https://laparenthesedeceline.com/2018/11/23/ailleurs-si-jy-suis-antoine-laurain/

La femme au carnet rouge :

https://laparenthesedeceline.com/2018/05/02/la-femme-au-carnet-rouge-un-roman-tendre/

Bonne lecture et bon dimanche chers Amis.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :