Je suis une sur deux : un récit criant et utile

Bonjour les Amis,

Je suis une sur deux. Je vous présente aujourd’hui un récit poignant, cinglant, criant de réalisme, écrit d’une plume ciselée et brutale, d’une plume qui interpelle, mais qui jamais n’appelle la tristesse ou le pathos. Une plume qui permet soit l’identification, soit la compréhension d’un traumatisme. Une plume qui se veut forte, fière et puissante comme son auteure, Giulia Foïs. J’ai aimé que l’auteure encourage les femmes à porter plainte, qu’elle dénonce les impunités et surtout qu’elle ne juge pas tous les hommes de la même manière. Elle a conscience que sur cette terre vivent aussi de très belles personnes. Voici donc un livre dont vous risquez d’entendre beaucoup parler.

Je cite : Les “pourquoi moi ?” faisaient mal, les “pourquoi nous” me dopent. Je partage cette idée, et en ce 8 mars, Journée Internationale des Droits des Femmes, cette dernière question prend tout son sens. Et n’oublions jamais que “Céder n’est pas consentir”… Pour moi ce livre n’est pas une claque, mais un miroir. 

Quatrième de couverture :

Je vais me permettre de te tutoyer, tu ne m’en veux pas ? On ne se connaît pas, c’est vrai. Mais vu ce qu’il vient de t’arriver, je crois qu’on a quelques points communs. Alors on va faire un truc, si tu veux bien : je t’écris maintenant, et toi, tu me lis quand tu veux. D’accord ? Moi, j’ai des choses à te dire. Toi, sens-toi libre d’en faire ce que tu veux. D’ailleurs, c’est peut-être par là que je devrais commencer : sens-toi libre de tout, tout le temps, et surtout de refuser. Ton « non » est un droit élémentaire. Au-delà de respectable, il est inaliénable. Même si on vient de te le piétiner. Alors, par exemple, tu peux dire : « Non, Giulia, je ne te lirai pas, pas tout de suite, et peut-être même jamais. » Mais je vais juste poser ça là.

Parce que j’aime ta manière de présenter ton livre Giulia, j’espère que tu apprécieras la mienne d’appréhender ma chronique.

Je vais me permettre de te tutoyer, tu ne m’en veux pas ? On ne se connaît pas, c’est vrai. Mais vu ce que tu viens de me raconter, je sais qu’on a quelques points communs. Je pourrais presque reprendre mot à mot ta quatrième de couverture et te l’adresser en retour, cependant je ne veux pas voler ton propre verbatim. Et pourtant en lisant ton récit, j’ai cru reconnaître la plupart de mes propres mots comme je pourrais utiliser les tiens. C’est normal : Nous avons les mêmes.

Nous avons connu les mêmes maux, la même humiliation, les mêmes réactions, les mêmes doutes, les “mêmes pourquoi moi ?”, les mêmes “pourquoi as-tu ouvert ta porte ?”, les mêmes cons, la même culpabilité, la même peur de la mort, la même sidération, la même dissociation, la même surprise d’être restée en vie, les mêmes terreurs, les mêmes yeux dans le dos, le même état d’hyper-vigilance qui ne nous lâche jamais, les mêmes battements de cœur au bruit d’un pas qui résonne, les mêmes proches aimants qui nous portent, les mêmes larmes acides cachées, la même fierté de ne pas montrer, de ne jamais flancher, la même envie d’être forte, toujours plus forte. J’ai porté le même masque. Etc, etc… 

Oserais-je dire le même courage ? Ce n’est pas à moi d’en juger.

Ce que je sais, c’est que l’une comme l’autre nous avons osé parler, nous avons osé nous afficher, nous avons osé écrire.

Je terminerai juste avec tes propres mots – que j’adapte et t’adresse :

…/… Alors, par exemple, tu peux dire : « Non, Céline, je ne te lirai pas, pas tout de suite, et peut-être même jamais. » Mais je vais juste poser ça là.

Et vous chers Amis, chères Amies, n’hésitez plus à découvrir ce magnifique témoignage et appel du cœur à toujours combattre.

https://www.culture.leclerc/livre-u/savoirs-u/droit-u/autres-droit-u/je-suis-une-sur-deux-9782081510777-pr

En ebook :

https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782081512535/je-suis-une-sur-deux-giulia-fois

4 commentaires sur “Je suis une sur deux : un récit criant et utile

Ajouter un commentaire

Répondre à Matatoune Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :