Les grandes occasions : le délitement silencieux d’une famille

Bonjour les Amis,

Voici un premier roman remarquable d’Alexandra Matine sur les silences fracassants qui mènent au délitement d’une famille. Les grandes occasions, paru aux éditions les Avrils en janvier.

Résumé :

Sur la terrasse, la table est dressée. Esther attend ses enfants pour le déjeuner. Depuis quelques années, ça n’arrive plus. Mais aujourd’hui, elle va réussir : ils seront tous réunis. La chaleur de juillet est écrasante et l’heure tourne. Certains sont en retard, d’autres ne viendront pas. Alors, Esther comble les silences, fait revivre mille histoires. Celles de sa famille. Son œuvre inachevable.
« On joue à des jeux parce qu’on ne veut pas se parler. On joue au Trivial Pursuit pour se poser des questions dont on connaît les réponses. Ça crie beaucoup. »

Il n’est pas question ici de secrets ni d’omissions, juste de non-dits. Par pudeur, par manque de savoir-faire, de savoir exprimer. Par crainte que les mots soient maladroits et non le reflet exact des pensées. Qu’ils soient pires que la violence du silence. Ce qui n’est pas dit n’existe pas. Concept tellement plus simple que s’exposer, se mettre à nu ou confronter ses idées. La parole est une faiblesse dans cette famille où l’absence de mots et de gestes est étouffante, prégnante. Aucune démonstration de tendresse, aucune brutalité physique non plus et pourtant tous souffrent du rien, du néant. Même la colère est silencieuse entre eux. Chacun dans son monde se cogne à celui de l’autre sans jamais se rencontrer. Les liens du sang sont parfois complexes et l’amour ne va pas toujours de soi.

Esther, personnage tragique – parfois même pathétique – épouse, mère et grand-mère m’a raconté ses illusions dont elle n’a pas su se déparer. Celle d’avoir créé une unité familiale et celle d’être une femme libre malgré tout. Elle m’a embarquée dans ses souvenirs le temps de quelques allers et retours entre sa terrasse écrasée par la chaleur et sa cuisine. J’étais dans un petit coin sombre à l’écouter me tisser son histoire familiale avec des fils de soie comme elle l’a fait toute sa vie.

Une écriture vibrante installée dans une unité d’espace et de temps à l’instar de la dramaturgie.

« Il y a toujours dans les familles un défaut par là même où la famille fout le camp, sort d’elle-même. » Marguerite Duras

Je vous souhaite une excellente découverte chers Amis.

Version papier : https://www.e.leclerc/fp/les-grandes-occasions-9782491521042?marketplaceOffers=true&id=5ff131cb481d82f073d954c6&ad=true

Version ebook : https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782491521073/les-grandes-occasions-alexandra-matine

Ma chroniques est également visible sur le site du Figaro Littéraire : https://laparenthesedeceline.com/2021/03/09/les-grandes-occasions-mon-avis-a-decouvrir-sur-le-figaro/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :