Le Mal-épris : un roman édifiant

Bonjour les Amis,

Je vous propose de découvrir un premier roman de Bénédicte Soymier. Un nom que j’espère revoir sur les tables de librairie un jour…

Le Mal-épris.

Résumé :

« Ça lui ronge les tripes et le cerveau, plus fort que sa volonté – une hargne qui l’habite, une violence qui déferle tel un vent d’orage, puissante et incontrôlable. Il voudrait lâcher mais ne pense qu’à frapper. »

Paul est amer. Son travail est ennuyeux, il vit seul et envie la beauté des autres. Nourrie de ses blessures, sa rancune gonfle, se mue en rage. Contre le sort, contre l’amour, contre les femmes. Par dépit, il jette son dévolu sur l’une de ses collègues. Angélique est vulnérable. Elle élève seule son petit garçon, tire le diable par la queue et traîne le souvenir d’une adolescence douloureuse. Paul s’engouffre bientôt dans ses failles. Jusqu’au jour où tout bascule. Il explose. Une radiographie percutante de la violence, à travers l’histoire d’un homme pris dans sa spirale et d’une femme qui tente d’y échapper

L’auteure a choisi de raconter sous le prisme du personnage principal, l’homme. Le violent. Le coupable. Même si Mal-aimé, Mal-épris, Mal-éduqué, Mal-grandi ; il est Bien-coupable de maltraitances. Le fait qu’il en ait subi lui-même enfant n’excuse rien bien entendu, mais permet de contextualiser l’indicible, l’inacceptable.

Bénédicte Soymier n’a pas son pareil pour décortiquer la psychologie humaine – avec ou sans âme -, ses complexités, ses retors. Ses contradictions. Ses trop-pleins ou ses vides. Sans tabou, sans complexe ni sensiblerie, elle met à nu tous les sentiments ressentis par les protagonistes, de l’amour à la hargne, de l’obsession à l’action. Du doute à la prise de conscience. Sans compassion non plus pour aucun des personnages. Au lecteur de se faire sa propre opinion, de se rallier à une cause ou une autre. Même si, je dois le reconnaître, cet abject Paul est difficilement “aimable”. Oserai-je dire,  Mal-épris ?…

D’une écriture ciselée, hachée, travaillée au scalpel, Bénédicte Soymier signe un roman sur les violences conjugales, abordées d’une manière originale, où les zones grises basculent vite dans l’obscurité totale. La question prédominante reste celle de l’héritage génétique ou non des maltraitances subies.

Je vous souhaite une lecture édifiante et apnéique chers Amis.

Version papier : https://www.e.leclerc/fp/le-mal-epris-roman-grand-format-9782702180778?marketplaceOffers=true&id=5fde3e7f6c0dcc0eae41dae7&ad=true 

Version ebook : https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9782702181058/le-mal-epris-benedicte-soymier 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :